Ukraine : alors que l’aide urgente arrive, l’ONU appelle à une pause humanitaire

Des milliers d'Ukrainiens se réfugient dans la Pologne voisine.
© PAM/Marco Frattini
Des milliers d'Ukrainiens se réfugient dans la Pologne voisine.

Ukraine : alors que l’aide urgente arrive, l’ONU appelle à une pause humanitaire

Aide humanitaire

Le Coordinateur des Nations Unies pour la crise en Ukraine, Amin Awad, a appelé samedi à une « pause humanitaire immédiate » dans les combats entre les forces russes et ukrainiennes, alors que les fournitures d'aide de l'ONU arrivent dans le pays.

M. Awad, qui se trouve dans le pays avec son équipe pour tenter de trouver des moyens d'intensifier les opérations humanitaires, a déclaré dans un communiqué que son objectif immédiat était de « donner d'urgence la priorité aux zones géographiques et aux secteurs où il existe des besoins humanitaires urgents afin d'intensifier la fourniture d'une aide vitale », dans des circonstances extrêmement difficiles.

Le Coordinateur de crise s'est félicité de l'issue de la deuxième série de pourparlers entre l'Ukraine et la Russie sur le cessez-le-feu, et a appelé à traduire rapidement les éléments de l'accord en actions sur le terrain, afin que l'aide puisse être fournie aux millions de personnes piégées ou en déplacement et que les personnes puissent se mettre en sécurité.

Une fillette de sept ans assise sur un lit dans un abri anti-aérien à Lviv, dans l'ouest de l'Ukraine.
© UNICEF/Kostiantyn Golinchenko
Une fillette de sept ans assise sur un lit dans un abri anti-aérien à Lviv, dans l'ouest de l'Ukraine.

Les fournitures de l'UNICEF arrivent en Ukraine occidentale

Les appels de M. Awad ont été repris par l'agence des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), qui a précisé samedi qu'une pause humanitaire permettrait aux familles des zones les plus touchées de l'Ukraine de quitter les bunkers et « s'aventurer à chercher de la nourriture et de l'eau, de recevoir des soins médicaux ou de quitter leur maison pour se mettre en sécurité ».

Malgré l'incertitude entourant les pourparlers entre les deux parties et la poursuite des combats, l'ONU continue d'envoyer de l'aide humanitaire dans le pays. 

Samedi, le premier lot de fournitures de l'UNICEF est arrivé à Lviv, dans l'ouest de l'Ukraine. Il fait partie d'un convoi de six camions, contenant environ 62 tonnes de matériel, notamment des fournitures médicales telles que des médicaments, des kits de premiers secours, des kits pour sages-femmes et du matériel chirurgical, ainsi que des kits pour la petite enfance et des kits récréatifs. Un lot supplémentaire de fournitures, dont 17.000 couvertures et vêtements d'hiver chauds pour les enfants, est également en route via la Pologne.

« Ces fournitures vont permettre d'apporter un soutien indispensable aux femmes, aux enfants et aux agents de santé », », a déclaré le Représentant de l'UNICEF en Ukraine, Murat Sahin, expliquant que la situation des enfants et des familles en Ukraine est « de plus en plus désespérée ».

L’UNICEF signale que depuis l'escalade du conflit, les familles s'abritent sous terre, coupées des services de base. Les hôpitaux et les maternités ont déplacé leurs patients dans des sous-sols. Dans tout le pays, des centaines de milliers de personnes n'ont pas d'eau potable en raison des dommages causés aux infrastructures du système d'approvisionnement en eau. Le pays manque de fournitures médicales essentielles et a dû interrompre ses efforts urgents pour enrayer une épidémie de polio.

Des patients de l'hôpital de Novovolynsk, la plupart des personnes âgées, ont trouvé refuge dans l'abri de l'hôpital pour se protéger d'éventuels bombardements.
© OMS/O. Izhyk
Des patients de l'hôpital de Novovolynsk, la plupart des personnes âgées, ont trouvé refuge dans l'abri de l'hôpital pour se protéger d'éventuels bombardements.

L'OMS condamne les attaques contre les agents et les établissements de santé

La crise sanitaire en Ukraine a été aggravée par des attaques contre des hôpitaux, des cliniques et des agents de santé, a pour sa part déclaré samedi l'Organisation mondiale de la Santé. 

L'agence sanitaire mondiale a vérifié six rapports d'attaques contre des établissements de santé, qui ont fait six morts et 11 blessés. Elle signale que d'autres rapports sont également en cours de vérification.

L'OMS a insisté sur le fait que les agents de santé doivent être autorisés à fournir des soins dans un environnement « sûr et protégé, sans être perturbés par des actes de violence ».

Les informations sont publiées sur le centre de données du Système de surveillance des attaques contre les soins de santé de l'OMS, qui fournit une liste complète des attaques, des décès et des blessures subis par les agents de santé, ainsi que des pays dans lesquels ils se produisent.