Plus de 700 000 enfants ont été affectés par la fermeture des écoles en raison de la violence dans le nord-ouest et le sud-ouest du Cameroun.

Cameroun : l’ONU condamne deux nouvelles attaques d’écoles dans la région du Sud-Ouest

© Education Cannot Wait/Daniel Beloumou
Plus de 700 000 enfants ont été affectés par la fermeture des écoles en raison de la violence dans le nord-ouest et le sud-ouest du Cameroun.

Cameroun : l’ONU condamne deux nouvelles attaques d’écoles dans la région du Sud-Ouest

Paix et sécurité

Les Nations Unies ont condamné, mercredi, la destruction d’écoles dans les régions anglophones du Sud-Ouest du Cameroun. Le Coordinateur humanitaire de l’ONU au Cameroun s’est dit « profondément préoccupé » par deux nouvelles attaques contre des écoles dans la région du Sud-Ouest. 

« Les Nations Unies et les partenaires humanitaires au Cameroun condamnent dans les termes les plus forts toutes les actions visant l’éducation », a déclaré dans un communiqué, le Coordinateur humanitaire de l’ONU au Cameroun, Matthias Z. Naab, appelant « tous les auteurs d’attaques à s’abstenir d’actions qui entravent l’accès à l’éducation, conformément à la résolution 2601 (2021) du Conseil de sécurité ».

Les 8 et 11 février 2022, des hommes armés appartenant à « des groupes armés non étatiques » ont incendié deux écoles, respectivement l’école primaire publique de Molyko à Buea et le collège catholique « Queen of Rosary » à Mamfe, toutes deux situées dans la région anglophone du Sud-Ouest du Cameroun.

Plus de 700.000 élèves privés d’éducation en zone anglophone

Selon l’ONU, ces incidents sont les derniers d’une série d’attaques contre les élèves, le personnel éducatif et les locaux, qui prive ainsi plus de 700.000 élèves et étudiants de leur droit à une éducation correcte et sûre dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Dans ces régions anglophones du Cameroun, « les enfants sont traumatisés, les parents ont peur, les enseignants et les administrateurs des écoles ont peur », a indiqué M. Naab.

« Avec l’éducation attaquée, l’avenir de milliers de jeunes camerounais est en danger », a affirmé le Coordinateur humanitaire, jugeant cette situation « inacceptable ».

L’ONU de rappelle que les établissements d’enseignement devraient être des espaces sûrs pour tous les étudiants et les enseignants. 

« L’éducation est un droit fondamental pour tous les enfants, et pourtant beaucoup n’ont pas été autorisés à jouir de ce droit », a regretté le Coordinateur humanitaire de l’ONU au Cameroun.