L'océan est le moteur des systèmes mondiaux qui rendent la Terre habitable pour l'humanité.

Nous devons changer de cap et protéger les océans face à la crise climatique, affirme Guterres

OMM /Awangku Nazrulddin
L'océan est le moteur des systèmes mondiaux qui rendent la Terre habitable pour l'humanité.

Nous devons changer de cap et protéger les océans face à la crise climatique, affirme Guterres

Climat et environnement

La planète fait face à la triple crise du dérèglement climatique, de la perte de biodiversité et de la pollution, a déclaré vendredi le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, lors du « One Ocean Summit », précisant que « l’océan supporte une grande partie de ce fardeau ».

« [L’océan] fait office de puit de carbone et de chaleur géant. Par conséquent il se réchauffe et s'acidifie, la glace polaire fond et les modèles météorologiques mondiaux changent », a expliqué le chef de l'ONU dans son message vidéo au sommet qui se déroule cette semaine dans la ville côtière de Brest, dans le nord-ouest de la France.

Le tableau sombre des écosystèmes océaniques

« Les écosystèmes océaniques souffrent, tout comme les populations qui en dépendent », a fait valoir M. Guterres, soulignant que « plus de trois milliards de personnes dépendent de la biodiversité marine et côtière pour leur subsistance ». 

Il a dressé un tableau sombre citant la diminution des espèces marines, la disparition des récifs coralliens, la transformation des écosystèmes côtiers « devenus des décharges d’eaux usées et de nutriments, créant de vastes zones mortes » et de l'étouffement des nutriments et les déchets plastiques qui étouffent les mers.

En outre, les stocks de poissons sont menacés par des pratiques de pêche excessives et destructrices, ainsi que par la pêche illégale, non déclarée et non réglementée. 

« Nous devons changer de cap », a souligné le Secrétaire général.

Les océans jouent un rôle central dans la régulation du climat de la Terre.
Unsplash/Anastasia Taioglou
Les océans jouent un rôle central dans la régulation du climat de la Terre.

Cimenter le rôle des océans 

Alors que cette année marque les 40 ans de la signature de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer, M. Guterres a affirmé que « la certitude juridique dans les océans est essentielle ». 

Pour le chef de l’ONU, la deuxième conférence des Nations Unies sur les océans, qui se tiendra à Lisbonne du 27 juin au 1er juillet de cette année, est « une occasion de cimenter le rôle des océans dans l’action mondiale visant à réaliser les Objectifs de développement durable et à mettre en œuvre l’Accord de Paris sur les changements climatiques ». 

L'économie bleue durable

Le chef de l'ONU a appelé la communauté internationale à redoubler d’efforts pour protéger l’océan. « Une économie bleue durable peut stimuler le progrès économique et la création d’emplois tout en protégeant l’océan et le climat ».

Pour y arriver le Secrétaire général a prôné des partenariats « plus nombreux et plus efficaces pour lutter contre les sources terrestres de pollution marine », le déploiement urgent des énergies renouvelables en mer, « qui peuvent fournir de l'énergie propre et des emplois », ainsi que la réduction du recours aux combustibles fossiles dans l’économie des océans, sachant que « le secteur des transports maritimes est responsable de près de 3% des émissions mondiales de gaz à effet de serre ». 

« Le secteur doit contribuer à la réduction de 45% des émissions nécessaire d’ici à 2030 et à leur élimination totale d’ici à 2050 si l’on veut espérer limiter la hausse de la température mondiale à 1,5 degré Celsius », a-t-il déclaré. 

M. Guterres a salué les « mesures encourageantes » prises par certains pays, dont la France, pour mettre fin aux plastiques à usage unique, exhortant les autres pays à suivre cet exemple.

Le réchauffement des températures entraîne la fonte de la glace de mer, l'augmentation de la température des océans et le réchauffement de l'eau, ce qui a des répercussions sur les écosystèmes et les régimes climatiques mondiaux.
OMM/Hwang Seonyoung
Le réchauffement des températures entraîne la fonte de la glace de mer, l'augmentation de la température des océans et le réchauffement de l'eau, ce qui a des répercussions sur les écosystèmes et les régimes climatiques mondiaux.

Des solutions fondées sur la nature et la connaissance

M. Guterres a appelé « à faire un bond an avant en matière d’adaptation et de résilience pour les populations côtières dont les habitations, les moyens de subsistance et l’existence même sont menacés ». « Nous devons tirer parti des possibilités qu’offrent les solutions fondées sur la nature, telles que les mangroves et les herbiers marins », a-t-il ajouté.

Pour promouvoir une économie océanique durable, le Secrétaire général a souligné la nécessité de partenariats et d'investissements à l'échelle mondiale ainsi que d'un soutien accru à l'océanographie « afin que nos actions soient fondées sur la connaissance et la compréhension des océans ». « Trop de choses restent non cartographiées, non observées et inexplorées », a-t-il estimé.

Tout au long de la Décennie des sciences océaniques au service du développement durable, M. Guterres encourage les citoyens concernés du monde entier à tenir « notre promesse collective de laisser aux générations futures une planète bleue en bonne santé ».

Des engagements additionnels en faveur de la nouvelle économie des plastiques

Lors du sommet, dix nouveaux gouvernements ont annoncé qu'ils rejoindront l'engagement mondial en faveur de la nouvelle économie des plastiques, dont le Canada, la Colombie, la Grèce, l'Italie, la Norvège, la République de Corée et l'Ouganda. 

Des engagements bienvenus par le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) qui rappelle que « la science est claire».

« Nous ne pourrons pas recycler pour nous sortir de la crise de la pollution plastique : nous avons besoin d'une transformation systémique pour réaliser la transition vers une économie circulaire », a déclaré Inger Andersen, la Directrice exécutive du PNUE.