Des femmes et des enfants attendent pour une consultation médicale dans une clinique à Kandahar, en Afghanistan.

Afghanistan : inquiétante explosion des cas de rougeole (OMS)

© UNICEF/Alessio Romenzi
Des femmes et des enfants attendent pour une consultation médicale dans une clinique à Kandahar, en Afghanistan.

Afghanistan : inquiétante explosion des cas de rougeole (OMS)

Santé

La rougeole a fait au moins 156 morts en janvier en Afghanistan, a annoncé vendredi l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui s’inquiète de la récente explosion du nombre de cas de rougeole dans le pays. 

Plus de 35.000 cas - dont 90% d’enfants de moins de 5 ans - ont été recensés pour ce mois de janvier, avec près de 10% des cas confirmés en laboratoire. 

« Plus de 150 personnes, en grande majorité des enfants, ont succombé à la suite de la maladie au seul mois de janvier en Afghanistan », a déclaré lors d’un point de presse à Genève, Christian Lindmeier, porte-parole de l’OMS, ajoutant que « le nombre de cas et de morts allait probablement augmenter dans les prochaines semaines ».

Selon l’agence sanitaire mondiale de l’ONU, les cas de rougeole ont augmenté dans toutes les provinces depuis la fin juillet 2021, avec une hausse de 18% lors de la semaine du 24 janvier et de 40% lors de la dernière semaine du mois de janvier.

Bien que le nombre de décès soit relativement faible, l’augmentation rapide des cas en janvier 2022 laisse penser que le nombre de décès dus à la rougeole risque d’augmenter fortement dans les semaines à venir. « Il est également important de noter que les décès liés à la rougeole ne sont pas toujours signalés ou saisis par les systèmes de surveillance », a ajouté M. Lindmeier.

Vacciner trois millions de personnes en trois mois

Face à cette explosion des cas en Afghanistan, l’OMS et ses partenaires se mobilisent pour immuniser trois millions de personnes dans trois mois. « La campagne commencera en mai prochain ou plus tôt, si possible », a précisé le porte-parole de l’OMS. En décembre, une campagne de vaccination a permis d’inoculer le sérum à 1,5 million d’enfants dans les zones les plus touchées par la rougeole.

Selon l’OMS, la hausse des cas de rougeole est particulièrement préoccupante en raison des niveaux extrêmement élevés de malnutrition en Afghanistan. La malnutrition affaiblit l’immunité, ce qui rend les gens plus vulnérables aux maladies et aux décès dus à des maladies comme la rougeole, en particulier les enfants.

En outre, l’infection par la rougeole peut entraîner une suppression du système immunitaire et une amnésie immunologique. Ce qui accroît la sensibilité à tous les agents pathogènes, y compris ceux contre lesquels la personne était auparavant immunisée.

La rougeole est l’un des virus humains les plus contagieux au monde, mais il est presque totalement évitable grâce à la vaccination. Au cours des 20 dernières années, l’OMS estime que le vaccin antirougeoleux a permis d’éviter plus de 30 millions de décès dans le monde.

La rougeole sévère plus probable chez les jeunes enfants atteints de malnutrition

La rougeole sévère est plus probable chez les jeunes enfants mal nourris, en particulier ceux qui ont une carence en vitamine A, ou dont le système immunitaire a été affaibli par d’autres maladies. Les complications les plus graves sont la cécité, l’encéphalite (une infection qui provoque un gonflement du cerveau), les diarrhées sévères et la déshydratation qui en résulte, ainsi que les infections respiratoires graves telles que la pneumonie.

Outre la rougeole et la Covid-19, l’Afghanistan est actuellement confronté à de multiples épidémies, notamment « de diarrhée aqueuse aiguë, de dengue et de paludisme, qui ont alourdi le fardeau d’un système de santé déjà fragile ». Kaboul continue de faire face à une crise humanitaire sans précédent.

Selon l’OMS, le problème majeur pour le système de santé reste la suspension du financement de la prestation des services de santé. Actuellement, seuls les établissements de santé bénéficiant d’un soutien extérieur sont fonctionnels, les établissements de santé non financés n’étant pas opérationnels.