L’OMS et ses partenaires en quête de 16 milliards de dollars pour la lutte contre la Covid-19

Un agent de santé se prépare à administrer un vaccin COVID-19 dans un centre de vaccination à Luanda, en Angola.
©OMS/Booming/Carlos Cesar
Un agent de santé se prépare à administrer un vaccin COVID-19 dans un centre de vaccination à Luanda, en Angola.

L’OMS et ses partenaires en quête de 16 milliards de dollars pour la lutte contre la Covid-19

Santé

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a exhorté, mercredi, les pays donateurs à verser d’urgence 16 milliards de dollars qui manquent encore pour financer son plan de lutte contre la pandémie de Covid-19.

« Les dirigeants mondiaux appellent à mettre fin à la pandémie en tant qu’urgence mondiale en 2022 en finançant l’Accélérateur d’accès aux outils Covid-19 (ACT), un partenariat d’agences de premier plan qui fournit aux pays en développement des tests, des traitements, des vaccins et des équipements de protection individuelle », a souligné dans un communiqué l’agence sanitaire mondiale de l’ONU. Cet investissement leur permettra d’acquérir des outils essentiels pour lutter contre le coronavirus et de les fournir aux pays en développement.

Alors qu’une proportion importante de la population mondiale n’est toujours pas en mesure de se faire vacciner, tester ou traiter, l’OMS rappelle l’urgence de fournir 16 milliards de dollars de subventions pour financer l’Accélérateur ACT.

« La science nous a donné les outils pour lutter contre la pandémie, s’ils sont partagés mondialement de manière solidaire, nous pouvons mettre fin à la Covid-19 en tant qu’urgence sanitaire mondiale cette année », a déclaré dans un communiqué le Directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

L’appel de Guterres à agir maintenant

Tandis que la planète entre dans la troisième année de la pandémie, le chef de l’ONU regrette aussi le fait que le monde soit « encore loin d’atteindre des objectifs cruciaux », sur la vaccination, les tests et les traitements. Or ces manquements interviennent au moment où « la fin de cette pandémie peut être dans notre ligne de mire - cette année ». 

« Mais nous devons agir maintenant. Des vaccins, des tests et des traitements efficaces sont disponibles », a déclaré le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres. « Tant que nous ne pourrons pas garantir l’accès à ces outils, la pandémie ne disparaîtra pas, et le sentiment d’insécurité des populations ne fera que s’aggraver », a-t-il prévenu.

Cet appel de l’ONU et de ses partenaires intervient à un moment où persistent de grandes disparités mondiales dans l’accès aux outils contre la Covid-19. Seulement 0,4% des 4,7 milliards de tests de dépistage de Covid-19 effectués dans le monde ont été utilisés dans des pays défavorisés où, par ailleurs, 10% de la population a reçu au moins une dose de vaccin. Seuls 10% des habitants des pays à faible revenu ont reçu au moins une dose de vaccin.

« L’inégalité d’accès aux vaccins anti-Covid, aux tests et aux traitements ne fait que prolonger la pandémie », a regretté le Président sud-africain Cyril Ramaphosa qui co-préside le conseil de facilitation d’ACT-A. Il exhorte les autres dirigeants « à accroître la solidarité, assumer leur part et aider à sauver nos vies face au virus ».

Un centre de vaccination Covid-19 à Luanda, Angola
©OMS/Booming/Carlos Cesar
Un centre de vaccination Covid-19 à Luanda, Angola

Un financement urgent pour empêcher l’émergence de variants

La propagation fulgurante du variant Omicron rend d’autant plus urgente la distribution équitable de tests, traitements et vaccins, a insisté de son côté le Dr Tedros. Il s’agit d’un financement urgent « pour faire face à la menace d’Omicron et empêcher l’émergence de variants encore plus dangereux ». 

Le dispositif pour accélérer l’accès aux outils de lutte contre la Covid-19 (Accélérateur ACT) a été créé à la suite d’un appel lancé par les dirigeants du G20 en mars 2020 puis présenté par l’OMS, la Commission européenne, la France et la Fondation Bill & Melinda Gates en avril 2020. Dirigé par l’OMS, il est chargé de rendre plus rapide l’accès aux outils de lutte contre la Covid-19 dans les pays en développement.

Le fonctionnement d’ACT-A nécessitait quelque 23,4 milliards de dollars sur la période octobre 2021 - septembre 2022, mais seuls 800 millions de dollars ont été collectés jusqu’à présent. Le programme réclame donc 16 milliards de dollars aux pays donateurs pour combler le déficit de financement immédiat, le reste devant être autofinancé par les pays à revenu intermédiaire.

Mettre fin à la pandémie cette année et ensemble

« Si les pays à revenus élevés paient leur juste part du financement du dispositif ACT-A, ce programme peut aider les pays à faibles et moyens revenus à surmonter la faiblesse des taux de vaccination contre le Covid-19, la faiblesse des tests et la pénurie de médicaments », a fait valoir le Dr Tedros.

Outre l’achat de vaccins via le dispositif Covax, ces fonds permettront ainsi d’acheter 700 millions de tests - sur les 988 millions prévus dans le budget global d’ACT-Accelerator. Il s’agit aussi de fournir des traitements à 120 millions de patients, ainsi que 433 millions de mètres cubes d’oxygène, dont 100 % des besoins en oxygène des pays en développement. 

Depuis la début de la pandémie, l’Accélérateur ACT a permis la livraison de plus d’un milliard de doses de vaccin par le biais de son pilier vaccins, COVAX. Le dispositif a facilité l’achat de plus de 200 millions de tests (au 10 janvier), de 519 millions de dollars US de fournitures d’oxygène médical (au 31 janvier 2021) et de 764 millions de dollars US d’équipements de protection individuelle.

« Nous pouvons mettre fin à la pandémie cette année. Nous avons la voie à suivre pour y parvenir.  Mais nous ne pouvons y arriver qu’ensemble », a conclu le chef de l’ONU.