Dans le district d'Ilanivato, Antananarivo, à Madagascar.Un homme transporte des personnes sur un chariot alors que la route principale est inondée suite au passage de la tempête tropicale Ana.

Madagascar : vive inquiétude à l’approche du cyclone Batsirai, l’ONU se prépare

© UNICEF/Rindra Ramasomanana
Dans le district d'Ilanivato, Antananarivo, à Madagascar.Un homme transporte des personnes sur un chariot alors que la route principale est inondée suite au passage de la tempête tropicale Ana.

Madagascar : vive inquiétude à l’approche du cyclone Batsirai, l’ONU se prépare

Climat et environnement

Les autorités malgaches et les Nations Unies redoutent l’arrivée, mais aussi l’impact du cyclone tropical intense Batsirai. Madagascar se prépare alors même que l’île de l’océan Indien se remet à peine d’une tempête tropicale qui a fait des ravages le mois dernier. 

« Les Nations Unies et ses partenaires humanitaires intensifient leurs efforts de préparation en prévision du cyclone tropical Batsirai qui devrait toucher terre à Madagascar ce week-end après avoir traversé l’île Maurice », a déclaré lors d’une conférence de presse régulière de l’ONU à Genève, le porte-parole du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA), Jens Laerke. 

Les organismes humanitaires onusiens s’attendent à « un impact important à Madagascar, notamment dans les zones qui se remettent encore de la tempête tropicale Ana de fin janvier ».

Le Service aérien humanitaire des Nations unies (UNHAS) prévoit d’effectuer un vol spécial en coordination avec OCHA le lundi 7 février, afin d’évaluer l’impact du cyclone selon l’itinéraire suivant : Antananarivo - Ifanadiana - Nosy Varika - Mananjary.

Plus 150.000 personnes seront déplacées et 600.000 pourraient être affectées 

Selon le département de la météorologie de Madagascar, le cyclone Batsirai devrait frapper la côte est de l’île samedi avec des vents et des pluies violents.  

« Il est prévu atterrir sur les côtes Est entre Mahanoro et Mananjary Samedi 05 Février 2022, entre 11 et 17 heures locales, au stade de Cyclone Tropical Intense », a annoncé la Météo malgache sur son site internet. Selon les autorités de la Grande île, il faut s’attendre à des rafales de vent de 175 Km/h. 

« Des dégâts importants et généralisés sont à donc craindre si le niveau de préparation est médiocre », a ajouté la Météo malgache, précisant que « le cyclone Batsirai traversera ensuite le pays d’Est en Ouest pour ressortir en mer dans le Canal de Mozambique au niveau de Menabe dans la matinée du dimanche 06 Février 2022 ».  

De son côté, l’Agence nationale malgache de gestion des risques de catastrophes (BNGRC) estime que 600.000 personnes pourraient être affectées et 150.000 déplacées en raison de nouveaux glissements de terrain et d’inondations dus à l’impact de l’arrivée du cyclone tropical intense Batsirai. 

Pré-déploiement des équipes de recherche et secours

« Les inondations et les intempéries ont non seulement dévasté les maisons et endommagé les biens, mais elles ont surtout détruit les moyens de subsistance et les sources de revenus des ménages touchés », a déclaré lors d’une conférence de presse virtuelle depuis Antanarivo (capitale de Madagascar), la Représentante du Programme alimentaire mondial (PAM) à Madagascar, Pasqualina Di Sirio.

La tempête a déjà balayé les îles de Maurice et de la Réunion. Selon les médias, le cyclone a tué au moins une personne à Maurice et a provoqué de nombreuses coupures de courant. 

Pour les Nations Unies, les efforts de préparation au cyclone Batsirai - sous la direction du gouvernement malgache - comprennent le pré-déploiement de capacités de recherche et de sauvetage et d’équipes d’intervention dans les zones susceptibles d’être touchées. Des avions sont également mis en attente pour soutenir une évaluation et une réponse rapides.

Les Nations Unies soutiennent la réponse d’urgence du gouvernement par une aide financière initiale et la fourniture de biens de secours tels que des tentes, des médicaments, de la nourriture et des équipements d’hygiène et d’assainissement. Il s’agit aussi des achats de locaux de fournitures humanitaires pour augmenter les stocks disponibles à Madagascar. 

Le PAM a prépositionné 50.000 tonnes d’aide alimentaire

Les intervenants humanitaires ont mobilisé de l’argent, de la nourriture, de l’eau, des articles d’assainissement et d’hygiène, ainsi que des services de santé et de protection pour les personnes déplacées par les inondations.  

Du côté du PAM, l’urgence a été de prépositionner 50.000 tonnes d’aide alimentaire, la moitié à Manakara, l’autre à Tamatave, les deux principales villes de la côte Est. Le but est de pouvoir fournir rapidement une aide alimentaire d’urgence à 10.000 personnes (2.000 ménages) pendant une dizaine de jours. 

« La sécurité alimentaire à court et moyen terme est en grand péril. Ces familles, actuellement dans une situation de dénuement total, verront leurs conditions de vie se détériorer en l’absence d’une aide urgente jusqu’à ce que leur situation revienne à la normale », a mis en garde la Représentante du PAM à Madagascar.

Déjà plus de 132.000 sans-abri et 58 morts lors de la tempête tropicale Ana

L’agence alimentaire onusienne basée à Rome étudie également la possibilité de se procurer un stock de biscuits à haute teneur énergétique dans le cadre de l’aide à la sécurité alimentaire apportée aux personnes touchées dans la capitale Antananarivo, mais surtout la distribution d’argent aux personnes vivant dans les abris.Le dispositif comprend aussi l’aide à la réinstallation des personnes dans leurs lieux d’origine par la suite. 

En coordination avec le ministère de l’Agriculture, le PAM prévoit par ailleurs d’effectuer des transferts monétaires conditionnels pour aider les populations locales à remettre en état les rizières endommagées par le cyclone Ana.

Plusieurs pays d’Afrique australe et de l’océan Indien ont été déjà touchés en janvier par la tempête tropicale Ana qui a apporté vents, pluies diluviennes, destructions et pertes de vies humaines. 

« Le cyclone et d’autres pluies diluviennes ont fait 58 morts presque toutes dans la capitale et 132.000 sans-abri dans douze régions malgaches dont 71.000 ont été déplacées, selon les autorités », a fait valoir le porte-parole d’OCHA, rappelant l’effondrement de maisons traditionnelles alors que d’autres habitations ont été emportées par des glissements de terrain.

« Les gens ont depuis commencé à rentrer chez eux, mais la situation pourrait se détériorer à nouveau avec l’approche du cyclone tropical Batsirai », a ajouté M. Laerke.