Colombie : les violations graves contre les enfants se poursuivent malgré un accord de paix historique

Des enfants dessinent dans leur classe dans le département d'Arauca, en Colombie.
© UNMVC/ Diego Morales
Des enfants dessinent dans leur classe dans le département d'Arauca, en Colombie.

Colombie : les violations graves contre les enfants se poursuivent malgré un accord de paix historique

Droit et prévention du crime

Malgré une diminution constante des violations graves contre les enfants en Colombie depuis la signature de l'accord de paix de 2016 entre le gouvernement et les rebelles des FARC, les jeunes de ce pays continuent de souffrir de l'impact des hostilités, selon un nouveau rapport de l'ONU publié mercredi.

Tout en se félicitant d'une baisse des violations, Virginia Gamba, Représentante spéciale du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés a rappelé que la période de référence coïncide avec la pandémie de Covid-19, ce qui entrave la capacité de l'ONU à vérifier les violations.

Le rapport couvre la période du 1er juillet 2019 au 30 juin 2021, une période au cours de laquelle la Colombie a continué à progresser dans la mise en œuvre de l'accord final pour mettre fin au conflit et construire une paix stable et durable entre le gouvernement colombien et les FARC. 

« Et le fait que, malgré une diminution globale des violations graves, les enfants sont toujours utilisés et maltraités par les parties au conflit reste préoccupant », a déclaré Mme Gamba.

Les filles ont été particulièrement touchées par les violations graves, représentant un tiers des 330 enfants concernés touchés, ce qui est supérieur à la moyenne des pays suivis, qui est de 23%.  

Cette jeune fille âgée de 15 ans était un enfant soldat en Colombie. Environ 30% d'entre eux sont des filles, souvent victimes de violences sexuelles.
Photo UNICEF/Donna DeCesare
Cette jeune fille âgée de 15 ans était un enfant soldat en Colombie. Environ 30% d'entre eux sont des filles, souvent victimes de violences sexuelles.
Tweet URL

Contraints de se battre

La violation la plus importante, qui a touché 220 enfants, a vu ces derniers recrutés et maltraités par des groupes armés, notamment les combattants dissidents des FARC, qui en étaient les principaux responsables, ainsi que le groupe militant Ejército de Liberación Nacional (ELN).

Les liens entre les déplacements et les violations graves à l'encontre des enfants sont également préoccupants, notamment les menaces de recrutement d'enfants qui forcent les familles à se déplacer.

La Représentante spéciale a appelé tous les groupes armés à cesser immédiatement de recruter et d'utiliser des enfants et à libérer ceux qui se trouvent dans leurs rangs, afin qu'ils puissent retourner dans leurs communautés et participer à des programmes de réintégration.

Elle a également rappelé que les garçons et les filles associés aux groupes et forces armés doivent être considérés avant tout comme des victimes. 

Les enfants attaqués 

Le meurtre et la mutilation de 118 enfants ont également été vérifiés au cours de la période considérée, principalement à la suite de blessures par balle, de mines terrestres antipersonnel, de munitions non explosées et d'attaques aériennes.

La Représentante spéciale souligne que la Colombie reste l'un des pays les plus touchés par la présence de restes explosifs de guerre. Elle appelle les groupes armés à cesser d'utiliser des engins explosifs sans discernement et encourage le gouvernement à intensifier ses activités de déminage et de sensibilisation aux dangers des mines dans tout le pays. 

« En outre, toutes les parties devraient prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger les enfants pendant les opérations et activités militaires, conformément au droit international humanitaire, en particulier le principe de précaution », a ajouté la Représentante spéciale.

« Les confrontations armées dans des zones où des civils et des enfants sont présents devraient être planifiées et exécutées dans le respect des principes de distinction, de proportionnalité et de précaution et pour assurer la protection des non-combattants », a-t-elle encore dit.

Parmi les autres violations vérifiées figurent les viols et les violences sexuelles, qui sont généralement peu signalés par peur de la stigmatisation, des représailles et du manque de services pour les survivants.

Des élèves dans une salle de classe en Colombie
Maria Alejandra Téllez
Des élèves dans une salle de classe en Colombie

Progrès pour les garçons et les filles affectés par le conflit 

Au cours de la période considérée, la réintégration des enfants libérés des groupes armés s'est poursuivie, avec 323 enfants inscrits dans des programmes spécialisés selon l'Institut colombien de protection de la famille. 

En outre, le Bureau du Haut-Commissaire pour la paix, un bureau politique du pouvoir exécutif de l'État, a reconnu 232 autres anciens combattants des FARC comme ayant été des enfants au moment du dépôt des armes et ayant bénéficié de services de réintégration.

La Représentante spéciale a salué les progrès réalisés en matière de responsabilité par le gouvernement et les mécanismes de justice transitionnelle, ainsi que les nouvelles mesures politiques adoptées pour renforcer la protection des enfants et prévenir les violations.

« Les mesures de prévention, y compris une nouvelle politique visant à prévenir le recrutement et l'utilisation d'enfants et les violences sexuelles à l'encontre des enfants, ainsi qu'une stratégie nationale axée sur la mise en évidence des risques de recrutement sont des mesures bienvenues dans la bonne direction pour renforcer la prévention des violations graves et renforcer la protection des garçons et des filles contre celles-ci », a déclaré Virginia Gamba. « Mon bureau et nos collègues des Nations Unies sur le terrain restent disponibles pour soutenir les autorités colombiennes dans la mise en œuvre de ces mesures de prévention ».