Une famille de Samre, dans le sud-ouest du Tigré, a marché pendant deux jours pour atteindre un camp de personnes déplacées à Mekelle.

Éthiopie : le chef de l’OMS dénonce le « blocus médical » du Tigré qui « tue des gens »

© UNOCHA/Saviano Abreu
Une famille de Samre, dans le sud-ouest du Tigré, a marché pendant deux jours pour atteindre un camp de personnes déplacées à Mekelle.

Éthiopie : le chef de l’OMS dénonce le « blocus médical » du Tigré qui « tue des gens »

Paix et sécurité

Le chef de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a appelé jeudi les autorités éthiopiennes à garantir un accès humanitaire sans entraves au Tigré, un plaidoyer en faveur de sa région natale ravagée depuis un an par un conflit avec Addis-Abeba.

« Au Tigré, l’OMS n’a pas été autorisée à livrer des fournitures médicales depuis la mi-juillet de l’année dernière », malgré les demandes répétées de l’OMS de fournir du matériel médical à la région du Tigré, qui permettrait de répondre à certains des besoins humanitaires et sanitaires de cette région, a fait valoir le Directeur général de l’OMS lors d’un point de presse de l’Organisation à Genève.

En effet, si l’agence sanitaire mondiale de l’ONU a pu expédier 14 tonnes de fournitures médicales à Afar et 70 tonnes à Amhara en décembre, cette ouverture ne touche pas la région éthiopienne du Tigré. 

Même en Syrie, au Soudan du Sud, au Yémen, l’OMS a pu sauver des vies

« Même dans les périodes de conflit les plus difficiles en Syrie, au Soudan du Sud, au Yémen et ailleurs, l’OMS et ses partenaires ont pu sauver des vies », a fustigé le Dr. Tedros, relevant qu’au Tigré, « le blocus de facto empêche l’accès aux fournitures humanitaires » et « tue des gens ».

« Au début de la conférence de presse, j’ai dit que la nouvelle année était un moment de renouveau », a-t-il dit, invitant de manière générale, « tous les dirigeants et les principales parties prenantes aux conflits à se souvenir que ceux qui œuvrent pour la paix sont les héros dont l’histoire se souvient ».

Pour le chef de l’OMS, le monde a besoin de la santé pour la paix et de la paix pour la santé.  

« Pour instaurer la confiance et sauver des vies, un bon point de départ est de veiller à ce que les couloirs humanitaires et sanitaires soient ouverts dans toutes les zones de conflit afin que les agences internationales et les groupes de la société civile puissent faire ce qu’ils font le mieux : sauver des vies », a affirmé le Dr. Tedros.

Un camp de réfugiés pris pour cible

De son côté, l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a dénoncé une attaque contre un camp de réfugiés au Tigré.

« Les réfugiés ne sont pas et ne devraient jamais être une cible », a déclaré jeudi le Haut-commissaire aux réfugiés, Filippo Grandi, se disant « profondément attristé d'apprendre que trois réfugiés érythréens, dont deux enfants, ont été tués hier, lors d'une frappe aérienne qui a touché le camp de réfugiés de Mai Aini, dans le nord de l'Éthiopie ».

« Mes pensées et ma plus profonde sympathie vont aux proches des victimes de cette attaque », a dit M. Grandi.

Selon les informations reçues par le HCR, quatre autres réfugiés ont été blessés mais « leurs vies ne sont heureusement pas en danger ». L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés les aide à recevoir des soins médicaux. Elle continue à rassembler et à corroborer les détails sur les événements.

M. Grandi a réitéré l'appel du HCR à toutes les parties au conflit à respecter les droits de tous les civils, y compris les réfugiés.