L'ONU salue une déclaration de 5 États dotés d'armes nucléaires s’engageant à prévenir une guerre nucléaire

4 janvier 2022

Le Secrétaire général, António Guterres, s'est félicité d'une déclaration conjointe publiée lundi par cinq États dotés de l'arme nucléaire dans laquelle ils s’engagent à prévenir la guerre nucléaire et éviter la course aux armements.

Pour la première fois, les dirigeants de la Chine, des États-Unis, de la France, du Royaume-Uni et de la Russie et ont publié une déclaration sur le fait d'éviter une course aux armements et de ne pas se prendre pour cible, ni aucun autre État.

Les cinq pays, également membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU (communément appelé P5), ont déclaré qu'ils étaient fermement convaincus qu'il fallait empêcher la propagation de ces armes.

Dans une déclaration publiée par son porte-parole, le Secrétaire général de l’ONU s’est dit sensible à la reconnaissance de la nécessité de se conformer aux accords et engagements bilatéraux et multilatéraux de non-prolifération, de désarmement et de contrôle des armements.

M. Guterres a également souligné les obligations des États au titre du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) en matière de désarmement nucléaire.

En raison de la pandémie de Covid-19, un examen du TNP qui devait commencer mardi a été reporté. La déclaration du P5 a été publiée suite à l'annonce du report.

Le chef de l'ONU a déclaré qu'il était encouragé par l'engagement à poursuivre des mesures pour prévenir la guerre nucléaire, conformément à son appel de longue date au dialogue et à la coopération. Il attend avec impatience plus de détails sur les initiatives futures, ajoute le communiqué.

M. Guterres a également profité de l'occasion pour réaffirmer que  « le seul moyen d'éliminer tous les risques nucléaires est d'éliminer toutes les armes nucléaires ».

Il a conclu en réitérant sa volonté de travailler avec tous les États membres pour atteindre cet objectif « dès que possible ».

« Menace qui augmente d'année en année »

Cette déclaration conjointe fait suite à un avertissement du Secrétaire général à la fin de l'année dernière sur le grave danger posé par les 13.000 armes nucléaires qui seraient actuellement détenues par quelques pays.

Dans un article d'opinion publié à l'échelle internationale, M. Guterres a déclaré que cette menace augmentait d'année en année et qu’il « suffirait d’un malentendu ou d’une erreur d’appréciation pour entraîner non seulement la souffrance et la mort à une échelle effroyable, mais aussi la fin de toute vie sur Terre  ».

M. Guterres a insisté sur le fait que le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) reste le « principal espoir d'inverser » la course mondiale aux armements.

Il a appelé à une action audacieuse dans six domaines.

Selon lui, les États membres devraient :

  • définir la marche à suivre en vue du désarmement nucléaire
  • décider de nouvelles mesures de transparence et de dialogue afin de réduire le risque de guerre nucléaire
  • prévenir les crises nucléaires qui couvent au Moyen-Orient et en Asie
  • œuvrer au renforcement des instances mondiales qui appuient la non-prolifération, notamment l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA)
  • promouvoir une utilisation pacifique de la technologie nucléaire à des fins médicales et autres, une des raisons pour lesquelles le TNP a obtenu l’adhésion d’États non dotés d’armes nucléaires
  • rappeler aux peuples du monde, et en particulier aux jeunes, que l’élimination des armes nucléaires est le seul moyen de garantir qu'elles ne seront jamais utilisées.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.