Covid, pauvreté, conflits : l’humanité peut surmonter ces épreuves, déclare Guterres dans ses voeux pour le Nouvel An

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, parle avec Yeashea Braddock, gestionnaire des opérations dans un lycée du Bronx, à New York, où il a reçu sa deuxième dose du vaccin contre la Covid-19.
Photo : ONU/Eskinder Debebe
Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, parle avec Yeashea Braddock, gestionnaire des opérations dans un lycée du Bronx, à New York, où il a reçu sa deuxième dose du vaccin contre la Covid-19.

Covid, pauvreté, conflits : l’humanité peut surmonter ces épreuves, déclare Guterres dans ses voeux pour le Nouvel An

Santé

A quelques jours du Nouvel An, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a lancé un message d’espoir et de résilience alors que le monde est confronté depuis deux ans à la pandémie de Covid-19, sans compter le changement climatique, les conflits et la pauvreté.

« Je vous présente à toutes et à tous mes meilleurs vœux de bonheur et de paix pour la nouvelle année », a déclaré le chef de l’ONU dans un message.

« Le monde accueille 2022 tandis que nos espoirs dans l’avenir sont mis à l’épreuve, par une pauvreté qui s’aggrave et des inégalités qui se creusent, par des vaccins contre la Covid-19 inégalement répartis, par des engagements insuffisants pour le climat, et par des conflits, des clivages et une désinformation qui persistent », a-t-il souligné.

Message du Secrétaire général pour le Nouvel An

 

Des épreuves morales

Selon le Secrétaire général, il ne s’agit pas seulement d’épreuves politiques, mais d’épreuves « morales et vitales ». « Des épreuves que l’humanité peut surmonter, si nous nous engageons à faire de 2022 l’année du relèvement pour toutes et tous », a-t-il ajouté.

Il a plaidé une nouvelle fois en faveur de la mise en œuvre « d’un plan courageux pour vacciner chaque personne, partout dans le monde ».

Il a également plaidé pour un relèvement des économies, « avec des pays riches qui soutiennent les pays en développement par des financements, des investissements et un allégement de la dette ».

Il a souhaité que ce relèvement de la crise de la Covid-19 « tourne la page de la défiance et de la division » et « redonne toute sa place à la science, aux faits et à la raison ».

Le Secrétaire général a aussi plaidé pour un relèvement après les conflits, « dans un esprit renouvelé de dialogue, de compromis et de réconciliation », et un relèvement pour notre planète, « par des engagements pour le climat qui soient à la hauteur de l’ampleur et de l’urgence de la crise ».

Selon lui, « les temps de grandes épreuves sont aussi des temps de grandes opportunités », de « se rassembler dans la solidarité », de « s’unir autour de solutions qui pourront bénéficier à toutes et à tous », et « d’avancer – ensemble – pleins d’espoir dans ce que notre famille humaine peut accomplir ».

« Ensemble, faisons du relèvement notre résolution pour 2022. Pour les personnes, pour la planète et pour la prospérité », a-t-il conclu.