Grèce : le HCR bouleversé par la mort d’une trentaine de migrants dans trois naufrages successifs en mer Egée

28 décembre 2021

L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s’est dit, mardi, profondément bouleversée par le récent bilan tragique des décès en mer Égée en Grèce.

Au moins 31 personnes ont perdu la vie dans trois naufrages distincts entre le 21 et le 24 décembre, tandis qu’un nombre inconnu de personnes sont toujours porté disparues, a annoncé dans un communiqué le HCR

Plus de 160 personnes ont été secourues par les garde-côtes helléniques, avec le soutien de la marine et de l’aviation grecque, ainsi que de navires marchands et privés.

« Il est décourageant de voir des tragédies évitables comme celles-ci se répéter. Nous ne devons pas nous habituer à voir des corps repêchés dans la mer », a déclaré Maria-Clara Martin, Représentante du HCR en Grèce. « Il est déchirant de constater que, par désespoir et en l’absence de voies sûres, les réfugiés et les migrants se sentent obligés de confier leur vie à des passeurs impitoyables ».

Le premier naufrage a eu lieu au large de l’île de Folégandros le 21 décembre. Treize personnes ont été secourues et les corps de trois hommes ont été récupérés. Un survivant a déclaré aux garde-côtes helléniques que jusqu’à 50 personnes auraient pu se trouver à bord du bateau qui les transportait sans aucun équipement de sécurité.

Plus de 2.500 personnes mortes ou disparues en mer en tentant de rejoindre l’Europe

Le deuxième naufrage, au nord de l’île d’Antikythera, a entraîné la perte de 11 vies, tandis que 88 personnes ont été secourues. Par ailleurs, la veille de Noël, un bateau transportant au moins 80 personnes a chaviré au large de l’île de Paros, causant la mort de 17 personnes, dont un bébé. Soixante-trois survivants ont été secourus et amenés sur l’île de Paros, où les autorités locales et les habitants de l’île se sont précipités pour les aider en leur fournissant des couvertures, de la nourriture et des vêtements.

De janvier à fin novembre de cette année, plus de 2.500 personnes sont mortes ou ont disparu en mer en tentant de rejoindre l’Europe, via la Méditerranée et la route maritime du nord-ouest de l’Afrique, a indiqué le HCR. « Une action plus résolue est nécessaire pour endiguer le trafic de personnes et arrêter ceux qui exploitent la misère et le désespoir humains », a ajouté Mme Martin.

Selon l’agence onusienne, plus de 115.000 migrants et réfugiés ont réussi à franchir les frontières européennes cette année dont plus de 111.000 par la mer en Grèce, en Italie, en Espagne, à Chypre et à Malte.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.