L'ONU rend hommage à l'archevêque Desmond Tutu, « une figure mondiale imposante pour la paix »

27 décembre 2021

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, et d’autres hauts responsables de l’Organisation ont rendu hommage dimanche à l'archevêque Desmond Tutu, décédé en Afrique du Sud, le décrivant comme « une voix inébranlable pour les sans-voix ».

Le chef de l'ONU s’est déclaré profondément attristé d'apprendre le décès du leader anti-apartheid et militant des droits de l'homme, décédé au Cap, en Afrique du Sud, plus tôt dans la journée. Il avait 90 ans.

« L'archevêque Tutu était une figure mondiale imposante pour la paix et une inspiration pour les générations à travers le monde. Pendant les jours les plus sombres de l'apartheid, il était un phare pour la justice sociale, la liberté et la résistance non violente », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Sagesse et humanité

M. Guterres a salué la détermination sans faille de l'archevêque Tutu à construire une solidarité mondiale pour une Afrique du Sud libre et démocratique, pour laquelle il a reçu le prix Nobel de la paix en 1984.

Il a ajouté qu'en tant que président de la Commission vérité et réconciliation, Desmond Tutu avait également apporté une contribution importante pour assurer une transition pacifique, mais juste, vers une Afrique du Sud démocratique.

« Sa grande sagesse et son expérience ont toujours été communiquées avec humanité, humour et chaleur », a déclaré M. Guterres.

Le Secrétaire général a qualifié Desmond Tutu de « champion indéfectible du multilatéralisme », soulignant les rôles importants qu'il a joués, notamment en tant que membre du Comité consultatif des Nations Unies sur la prévention du génocide et d’une mission d'enquête de haut niveau à Gaza en 2008.

Se battre pour un monde meilleur

M. Guterres a noté qu'au cours des dernières décennies, l'archevêque Tutu a continué à se battre avec passion pour l'action dans de nombreux problèmes cruciaux de notre époque, tels que la pauvreté, le changement climatique, les droits de l'homme et le VIH/sida.

« Bien que le décès de l'archevêque Tutu laisse un grand vide sur la scène mondiale, et dans nos cœurs, nous serons toujours inspirés par son exemple pour continuer la lutte pour un monde meilleur pour tous », a-t-il déclaré.

La Vice-Secrétaire générale de l'ONU, Amina Mohammed, a également déploré le décès de l'archevêque Tutu.

« Bien que sa présence me manque, je célèbre son incroyable vie de service », a-t-elle écrit dans un message sur son compte Twitter. L'archevêque Tutu avait « toujours le sourire, nous demandant de faire un petit peu de bien », se souvient-elle.

Vérité, justice, pardon

Le Président de l'Assemblée générale des Nations Unies, Abdulla Shahid, s'est également exprimé sur Twitter pour déclarer sa tristesse.

« Profondément attristé d’apprendre le décès de l'archevêque Desmond Tutu qui a mené une campagne mondiale pour mettre fin au régime d'apartheid en Afrique du Sud et a ensuite aidé à panser les blessures de cette nation », a-t-il écrit. « Nos sincères condoléances au peuple et au gouvernement d'Afrique du Sud ».

L'archevêque Tutu manquera beaucoup au monde, a déclaré le Président du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC), Collen Kelapile.

« Aujourd'hui, nous avons perdu une véritable icône de la lutte de libération, une source d'inspiration pour les hommes, les femmes et les jeunes. L'archevêque Desmond Tutu s'est prononcé contre l'injustice et la mauvaise gouvernance sans crainte », a-t-il dit dans un message.

L'archevêque Tutu s'était rendu au siège de l'ONU à New York à plusieurs reprises au cours des dernières décennies, notamment en tant que membre des Anciens (The Elders), un groupe indépendant d'éminents dirigeants mondiaux œuvrant pour la promotion de la paix et des droits de l'homme.

Il a soutenu les initiatives des Nations Unies visant à résoudre des problèmes tels que les déplacements forcés, l'autonomisation des femmes et la lutte contre l'homophobie et la transphobie.

L'archevêque Tutu a reçu d'innombrables distinctions pour son activisme, notamment le prix Champion mondial contre la faim décerné par le Programme alimentaire mondial (PAM) en novembre 2012. Un mois plus tard, l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) a annoncé qu'il était le récipiendaire du prix UNESCO/Bilbao, honorant son rôle dans la construction d'une culture universelle des droits de l'homme dans le monde.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.