Une experte de l'OMS en prévention et contrôle des infections conseille les infirmières d'un établissement de santé du camp de Kutupalong sur la manière de prodiguer des soins sûrs aux patients de la Covid-19 sans s'exposer au virus.

10 moments-clés en matière de santé mondiale en 2021 (OMS)

OMS/Blink Media/Fabeha Monir
Une experte de l'OMS en prévention et contrôle des infections conseille les infirmières d'un établissement de santé du camp de Kutupalong sur la manière de prodiguer des soins sûrs aux patients de la Covid-19 sans s'exposer au virus.

10 moments-clés en matière de santé mondiale en 2021 (OMS)

Santé

Ce fut une année d’efforts colossaux en matière de santé mondiale. Les pays ont lutté contre la Covid-19, qui a fait plus de morts en 2021 qu’en 2020, tout en luttant pour que les autres services de santé continuent de fonctionner, indique l’Organisation mondiale de la santé (OMS)

Les professionnels de la santé et des soins ont assumé la plus grosse part de ces efforts, mais ont souvent été peu reconnus ou récompensés.  

Des vaccins, des tests et des traitements Covid-19 salvateurs ont été déployés, mais massivement dans les pays les plus riches, laissant de nombreuses populations sans protection, en particulier dans les pays à faible revenu.

Dans d’autres domaines de la santé, du diabète à la démence, il y a eu à la fois des revers et des succès durement gagnés.

1. Innovation et inégalités dans la réponse à la Covid-19

Une personne se fait vacciner contre la Covid-19 en Afrique
OMS
Une personne se fait vacciner contre la Covid-19 en Afrique

Les inégalités dans l’accès aux outils de santé ont été encore plus mises en évidence cette année.

Plus de 8 milliards de doses de vaccin COVID-19 ont été administrées dans le monde, mais fin novembre, seul 1 agent de santé africain sur 4 était complètement vacciné. À peine 0,4% des tests dans le monde ont été effectués dans des pays à faible revenu. 

Conduisant les efforts pour mettre fin à la pandémie de Covid-19, l’OMS a mené la charge pour l’équité. Elle a fixé des objectifs mondiaux de vaccination et souligné que la priorité dans chaque pays, et dans le monde, devrait être de protéger les personnes les plus à risque, telles que les agents de santé et les personnes âgées.

Au 20 décembre 2021, l'agence sanitaire des Nations Unies a validé 10 vaccins COVID-19 comme sûrs, efficaces et de haute qualité et a continuellement mis à jour ses directives thérapeutiques, reflétant les toutes dernières connaissances cliniques.

La collaboration est la clé de la réponse de l’OMS à la Covid-19. Les meilleurs cerveaux scientifiques du monde se sont réunis pour poser et répondre aux questions de recherche critiques nécessaires pour lutter contre la Covid-19 dans le cadre du plan directeur de recherche et développement de l’OMS. L’ACT-Accelerator a réduit de moitié le coût des tests rapides Covid-19 pour les pays à revenu faible et intermédiaire inférieur et a fourni plus de 148 millions de tests. Sa branche vaccins, COVAX, a délivré plus de trois quarts de milliard de doses dans le monde, malgré des défis importants, tels que la thésaurisation des vaccins et une transparence insuffisante de la part des fabricants. Tout au long de cette année, l’organisation a collaboré étroitement avec les pays pour préparer les déploiements.

L’OMS a également lancé une initiative de pôle de transfert de technologie d’ARNm et a aidé un fabricant sud-africain à rassembler le savoir-faire, les données et la technologie pour développer la capacité de production afin de desservir la région.

Offrant un excellent exemple d’accord transparent, mondial et non exclusif, la Covid-19 Technology Access Pool a annoncé sa première licence, qui permettra à tous les pays de fabriquer un test sérologique développé par le Conseil national de la recherche espagnol.

La réponse à la Covid-19 se poursuit à un rythme soutenu, mais aussi les  efforts de préparation aux futures épidémies. Ainsi avec l’Allemagne, l’OMS a ouvert un Hub pour le renseignement  sur les pandémies et les épidémies à Berlin. Avec la Suisse, elle a lancé  la première installation du système mondial BioHub pour le partage rapide et sûr des agents pathogènes, ce qui aidera à évaluer les risques et à améliorer la préparation mondiale. 

À l’échelle mondiale, plus de 100 examens intra-action par pays, ont ainsi utilisé cet outil pour évaluer leurs réponses à la Covid-19 et renforcer ensuite en temps réel. En parallèle, le déploiement pilote des examens universels de la santé et de la préparation a réussi à recruter des pays pour apprendre les uns des autres en évaluant leur préparation à la prochaine pandémie tout en assurant et en promouvant la santé globale de leurs populations.

2. Les urgences apparaissent et persistent

Le conflit au Yémen a forcé des millions de personnes à fuir leurs domiciles pour des camps temporaires.
© UNICEF/Hisham Al-Helali
Le conflit au Yémen a forcé des millions de personnes à fuir leurs domiciles pour des camps temporaires.

Alors que la pandémie faisait rage, l’OMS et ses partenaires ont continué d’aider les communautés prises dans des crises humanitaires prolongées, comme celles du Yémen et de la Syrie, tout en répondant aux nouvelles crises en Afghanistan et dans le nord de l’Éthiopie.

Au Yémen, la Covid-19 a encore mis à rude épreuve un système de santé déjà en proie à des conflits et à d’autres épidémies, où seulement la moitié des établissements de santé du pays sont signalés comme fonctionnels. L’OMS a aidé des millions de personnes en soutenant les services de santé essentiels et  les centres d’alimentation thérapeutique  pour traiter les enfants souffrant de malnutrition aiguë.

En réponse à la pandémie, l’OMS a travaillé à la  construction de stations de production d’oxygène, au  renforcement des capacités des agents de santé, à la fourniture d’équipements médicaux et de protection et au renforcement des capacités de laboratoire et de test.

Après plus d’une décennie de crise, les besoins en Syrie sont plus importants que jamais. L’OMS a intensifié les  livraisons de fournitures médicales  et en travaillant avec des partenaires pour fournir  un soutien en santé mentale.

Actuellement la plus grande urgence humanitaire au monde, l’Afghanistan est aux prises non seulement avec la Covid-19, mais aussi contre la diarrhée aqueuse aiguë, la dengue, la rougeole, la polio et le paludisme. L’OMS a expédié plus de 414 tonnes métriques de fournitures médicales vitales depuis le 15 août 2021 et, avec des partenaires, a  vacciné  8,5 millions d’enfants contre la polio lors d’une campagne de novembre.

De graves difficultés – y compris le manque de carburant, de nourriture et de médicaments – ont également affligé les habitants du nord de l’Éthiopie. L’OMS a fourni à ce jour plus de 367 tonnes métriques de fret humanitaire à l’Éthiopie, pour venir en aide à des centaines de milliers de familles. 

Avec des partenaires, elle a également lancé une campagne de vaccination de 2 millions de personnes contre le choléra dans la région du Tigré. Des équipes mobiles de santé et de nutrition aident à fournir des services aux personnes déplacées dans les régions d’Afar, d’Amhara et du Tigré touchées par le conflit.

3. Relever les défis des services de santé

Un système de soins de santé solide est crucial pour réaliser la couverture sanitaire universelle. Photo OMS
Un système de soins de santé solide est crucial pour réaliser la couverture sanitaire universelle. Photo OMS

Les crises uniques dans une génération ont des effets d’entraînement démesurés. La pandémie de Covid-19 devrait mettre un terme à deux décennies de progrès mondial vers la couverture sanitaire universelle (CSU), ayant déclenché la pire crise économique depuis les années 1930 et gravement perturbé les services de santé.

Selon de nouvelles données, 23 millions d’enfants n’ont pas reçu de vaccins de routine en 2020, le plus grand nombre depuis plus d’une décennie – des risques accrus de maladies évitables comme la rougeole et la polio. Plus de la moitié des pays interrogés par l’OMS entre juin et octobre 2021, ont signalé des interruptions de services pour le diabète, le dépistage et le traitement du cancer et la gestion de l’hypertension.

Pourtant, même avant la pandémie de Covid-19, le monde n’avait pas atteint l’objectif de voir 1 milliard de personnes supplémentaires bénéficier de la CSU. En effet, un demi-milliard de personnes ont été poussées (ou poussées encore plus loin) dans l’extrême pauvreté en raison des paiements qu’elles devaient effectuer pour la santé. L’OMS appelle à redoubler d’efforts et faire de la « Santé pour tous » le cri de ralliement de la reprise.

La Covid-19 a aussi exposé les limites de la résilience des systèmes de santé, soulignant la nécessité de les renforcer pour mieux assurer à la fois la couverture sanitaire universelle et la sécurité sanitaire. Il est donc indispensable que tous les pays investissent dans les soins de santé primaires, le personnel de santé et de soins, les infrastructures de santé, les médicaments et autres produits de santé, et le renforcement des mécanismes de protection sociale, insiste l’Organisation mondiale de la santé.

L’OMS a toutefois renforcé les services de santé, par exemple, grâce à sa collaboration avec des partenaires pour la réalisation de la stratégie du Programme de vaccination 2030. Elle a facilité également la réflexion globale sur la voie à suivre, en réunissant des experts pour examiner comment  financer la santé pour tous  et garantir que les percées médicales  servent le bien commun.

4. Contributions plus importantes des femmes – et défis pour les femmes

Environ 70 % des travailleurs de la santé sont des femmes. Pour répondre efficacement à la pandémie, elles doivent non seulement avoir accès à du matériel d'hygiène menstruelle, mais aussi avoir le temps et les ressources nécessaires pour gérer leur santé
©UNICEF/UNI328066/Nzenze
Environ 70 % des travailleurs de la santé sont des femmes. Pour répondre efficacement à la pandémie, elles doivent non seulement avoir accès à du matériel d'hygiène menstruelle, mais aussi avoir le temps et les ressources nécessaires pour gérer leur santé menstruelle.

Si les systèmes et services de santé ont résisté à la tempête de ces deux dernières années, c’est en grande partie grâce aux immenses sacrifices des femmes qui représentent 70 % des effectifs sanitaires et sociaux. La campagne de l’OMS 'Année des personnels de santé et d'aide à la personne' a appelé à les protéger et à investir dans leur environnement de travail et leur éducation ; l’Académie de l’OMS représente un investissement majeur dans ce domaine.

Les femmes ont également joué un rôle de premier plan dans la conduite des  percées scientifiques. L’OMS s’est engagée à éliminer les obstacles à la participation des femmes à la science, afin que davantage de femmes puissent participer à repousser les limites du savoir et à protéger la santé publique.

L’OMS a également agi pour rectifier les injustices du passé, en décernant un  prix à titre posthume à Henrietta Lacks, qui en 1951 a fait prélever des échantillons de tumeurs sans son consentement pendant son traitement contre le cancer du col de l’utérus. La vie de Lacks a été écourtée à l’âge de 31 ans, mais son héritage perdure. Ses cellules ont contribué à près de 75 000 études, ouvrant la voie à des avancées des vaccins contre le VPH et la polio aux médicaments contre le VIH/sida et à des percées, y compris la fécondation in vitro.

Mais les femmes et les filles sont confrontées à des problèmes de santé nouveaux ou accrus, car la pandémie de Covid-19 a exacerbé  les inégalités existantes  et perturbé l’accès aux services vitaux de santé et de soutien.

OMS : Violence contre les femmes - Renforcer la réponse du système de santé

La plus grande étude jamais réalisée sur la prévalence de la violence à l’égard des femmes montre que près d’une femme sur trois dans le monde a été victime de violences physiques ou sexuelles de la part d’un partenaire intime ou de violences sexuelles de la part d’un non-partenaire. L’exposition à la violence à la maison a probablement augmenté pendant la pandémie. Les ressources de l’OMS visent à aider les agents de santé à  mieux soutenir les survivants, tandis que de nouvelles recherches soulignent le besoin urgent de politiques qui donnent la priorité à la violence à l’égard des femmes en tant que menace pour la santé publique.

Pour relever les défis de santé qui affectent particulièrement les femmes, l’OMS s’efforce d’aider les pays à éliminer le cancer du col de l’utérus, en publiant de nouvelles  directives  sur les dépistages du col de l’utérus et en faisant pression pour l’équité  dans l’accès aux vaccins, au dépistage et au traitement. Nous avons également lancé une initiative révolutionnaire pour lutter contre le cancer du sein  – visant à réduire considérablement les décès dus à la maladie.

5. Le vaccin contre le paludisme, une lueur d’espoir dans la lutte contre diverses maladies infectieuses

Une femme s'occupe de son enfant atteint de paludisme dans un hôpital du Malawi (avril 2019)
OMS/Mark Nieuwenhof
Une femme s'occupe de son enfant atteint de paludisme dans un hôpital du Malawi (avril 2019)

Tout comme les agents de santé ont guidé les lumières en ces temps difficiles, le potentiel de transformation de la science l’a également été. La recommandation de l’OMS concernant l’utilisation généralisée d’un vaccin antipaludique chez les enfants à risque, en particulier en Afrique subsaharienne, a marqué un tournant pour la santé infantile et la lutte contre le paludisme.

Le vaccin a redynamisé la lutte contre le paludisme, qui a  coûté  la vie à plus de 600 000 personnes en Afrique en 2020. Les enfants de moins de 5 ans représentaient 80 % de ces décès. Même avant que la pandémie ne frappe, il y avait des signes qu’après des années de gains phénoménaux, les progrès stagnaient.

L’introduction d’un  vaccin homologué contre Ebola et le lancement d’un nouveau plan mondial historique de lutte contre la méningite sont d’autres réalisations majeures liées à la vaccination.

Aussi, davantage de pays suivent les conseils de l’OMS sur les mesures à prendre lorsque la résistance aux médicaments contre le VIH atteint des seuils critiques. Il s’agit d’un pas en avant important dans la lutte mondiale contre la résistance aux antimicrobiens, au sujet de laquelle l’OMS continue de tirer la sonnette d’alarme, appelant à une action sur l’innovation et au sein du système alimentaire.

6. Un nouvel élan dans la lutte contre le diabète

Un agent de santé effectuant un test de dépistage du diabète en Afrique
OMS Afrique
Un agent de santé effectuant un test de dépistage du diabète en Afrique

L’année 2021 marquant le 100e anniversaire de la découverte de l’insuline, l’OMS a lancé un Pacte mondial sur le diabète pour accélérer les actions de prévention et de traitement du diabète.

Rassemblant des personnes vivant avec le diabète, des universités, la société civile, le monde des affaires et plus encore, le Pacte vise à réduire le risque de diabète et à garantir que toutes les personnes diagnostiquées avec la maladie aient accès à des soins abordables et de bonne qualité.

Un nouveau rapport publié en novembre a souligné que l’insuline, un médicament contre le diabète qui sauve des vies, reste hors de portée pour une grande partie des personnes qui en ont besoin. 

Ainsi, l’OMS travaille sur plusieurs fronts pour accroître l’accès à l’insuline et aux produits connexes, avec la priorité d’assurer une production et un approvisionnement ininterrompus d’insuline humaine. L’inscription des analogues de l’insuline sur la liste des médicaments essentiels de l’OMS ouvre la porte à leur préqualification, ce qui pourrait accroître la concurrence et potentiellement réduire les prix.

Le travail de l’Organisation mondiale de la santé sur le diabète n’est qu’une partie des efforts globaux de l’OMS sur les maladies non transmissibles (MNT) et la santé mentale. Les MNT coûtent  la vie à 41 millions de personnes chaque année, ce qui équivaut à 71 % de tous les décès dans le monde ; la dépression à elle seule constitue l’une des principales causes d’invalidité dans le monde.

7. La consommation de tabac a baissé

La consommation de tabac baisse chez les hommes, selon l’OMS. Une tendance qui constitue un tournant dans la lutte contre le tabagisme, souligne l’agence onusienne.
Unsplash/Ali Yahya
La consommation de tabac baisse chez les hommes, selon l’OMS. Une tendance qui constitue un tournant dans la lutte contre le tabagisme, souligne l’agence onusienne.

Quant aux choix fatidiques pour la santé et la prévention des MNT, un nombre impressionnant de personnes décident d’arrêter de fumer. Entre 2000 et 2020, le nombre de personnes consommant du tabac a chuté de 69 millions, passant d’environ un tiers de la population mondiale à moins d’un quart.

Il y a deux ans, seuls 32 pays étaient en passe de réduire leur consommation de tabac de 30 % entre 2010 et 2025. Aujourd’hui, 60 pays sont en passe d’atteindre l’objectif de réduction.

Les progrès sont cependant fragiles, l’industrie du tabac ayant exploité la pandémie de Covid-19 pour renforcer son influence auprès des gouvernements de nombreux pays. 

8. L’OMS sonne l’alarme face au défi de la démence

La démence est une des causes majeures de handicap et de dépendence chez les personnes âgées dans le monde.
OMS/Cathy Greenblat
La démence est une des causes majeures de handicap et de dépendence chez les personnes âgées dans le monde.

Les individus peuvent faire beaucoup eux-mêmes pour rester en bonne santé, mais ils ne peuvent pas tout faire seuls. L’OMS a  publié son premier rapport sur l’état mondial de la réponse de santé publique à la démence, montrant que seulement un quart des pays dans le monde ont une politique, une stratégie ou un plan national pour soutenir les personnes atteintes de démence et leurs familles.

Ces écarts sont de plus en plus préoccupants, alors que le nombre de personnes atteintes de démence augmente. L’OMS estime que plus de 55 millions de personnes (8,1% des femmes et 5,4% des hommes de plus de 65 ans) vivent avec la démence. À mesure que l’espérance de vie augmente dans le monde, ce nombre devrait atteindre 78 millions d’ici 2030 et 139 millions d’ici 2050.

Pour conduire le changement, le rapport souligne le besoin urgent de renforcer le soutien au niveau national, tant pour les personnes atteintes de démence que pour ceux qui s’occupent d’elles. De nombreux pays manquent de fonds réservés dans les budgets nationaux de la santé, laissant des lacunes importantes dans le traitement et les soins, et n’impliquent pas complètement les personnes atteintes de démence, leurs aidants et leurs familles dans l’élaboration des politiques. 

L’OMS a élaboré également un schéma directeur de recherche sur la démence, pour structurer les efforts de recherche et stimuler de nouvelles initiatives, aidant à surmonter les défis liés aux essais cliniques infructueux passés pour les traitements et aux coûts élevés de la recherche et du développement.

9. La santé pour l’action climatique

La pollution de l'air fait des dégâts à notre santé.
Unsplash/Chris LeBoutillier
La pollution de l'air fait des dégâts à notre santé.

Qu’il s’agisse de gérer des dommages irréparables à la mémoire de quelqu’un ou à notre planète, l’OMS vise à faire face aux menaces existentielles, du personnel au systémique.

Lancées en septembre, les Directives mondiales sur la qualité de l’air de l’OMS ont fourni à la communauté mondiale des preuves claires des dommages que la pollution de l’air inflige à la santé humaine, à des concentrations encore plus faibles que celles connues auparavant.

Le Pacte climatique de Glasgow a laissé l’action climatique à un point critique. Il fournit des points d’entrée sur des questions clés telles que le financement ainsi que le sort des subventions au charbon et aux combustibles fossiles – mais elles restent soit non résolues, soit assorties de mises en garde.

L’OMS travaille d’urgence avec ses partenaires pour fournir un soutien technique et financier aux 50 pays qui ont signé des engagements pour accroître la résilience du secteur de la santé au changement climatique et réduire les émissions de carbone produites par le secteur de la santé.

10. Une Organisation plus forte

Le Directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus
Photo : ONU/Evan Schneider
Le Directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus

L’augmentation de la sécurité sanitaire mondiale nécessite le renforcement, l’autonomisation et le financement durable de l’OMS au cœur de l’architecture de la santé mondiale.

Deux développements majeurs ont clôturé 2021. Les pays ont pris la décision historique de se lancer dans le processus de rédaction et de négociation d’une nouvelle convention, accord ou autre instrument international sur la prévention, la préparation et la riposte aux pandémies, informés par un  groupe de travail actif d’États membres. 

L’esprit de solidarité qui sous-tend ce processus permettra non seulement de prévenir et d’atténuer l’impact des futures pandémies, mais aussi de mettre fin à celle-ci.

L’OMS s’est également  engagée dans une démarche urgente pour renforcer les garanties contre l’exploitation et les abus sexuels dans son travail avec les communautés et mieux protéger son propre personnel contre le harcèlement sexuel.

Une étape importante a été la publication du Plan de mise en œuvre, qui jette les bases d’une tolérance zéro à l’égard de l’exploitation, des abus et du harcèlement sexuels — et de l’inaction à leur égard. 

L’OMS a adopté une approche centrée sur les survivants, en veillant à ce que tout son personnel connaisse et soit responsable du respect des normes et de la réforme des structures, des cultures et des pratiques. Ce travail fait partie intégrante de sa mission de promouvoir la santé, d’assurer la sécurité du monde et de servir les personnes vulnérables.