Le Soudan a besoin de près de deux milliards de dollars d’aide humanitaire (ONU)

Vue aérienne de Khartoum, capitale du Soudan.
Photo: PAM/Abeer Etefa
Vue aérienne de Khartoum, capitale du Soudan.

Le Soudan a besoin de près de deux milliards de dollars d’aide humanitaire (ONU)

Aide humanitaire

Les Nations Unies ont lancé, dimanche, un appel mondial visant à récolter près de deux milliards de dollars d’aide humanitaire pour le Soudan, pour secourir près de 11 millions de personnes.

« Les partenaires humanitaires recherchent 1,9 milliard de dollars pour fournir une aide et un soutien humanitaires à 10,9 millions de personnes parmi les plus vulnérables », a déclaré dans un communiqué Khardiata Lo Ndiaye Représentante spéciale adjointe du Secrétaire général de l’ONU. Ces fonds visent à sauver des vies parmi « les déplacés internes, les personnes qui sont récemment retournées dans leur lieu d’origine, les réfugiés accueillis par le Soudan et les Soudanais vulnérables ».

 Le plan prévoit la préparation de la réponse aux inondations récurrentes, aux conflits et aux épidémies. Parmi les services vitaux prioritaires, il y a « les services de santé essentiels, la prévention et le traitement des maladies d’origine hydrique et vectorielle, l’accès à l’éducation, les moyens de subsistance, l’eau et l’assainissement ».

Manifestants dans les rues de Khartoum, au Soudan (11 avril 2019).
Photo Ahmed Bahhar/Masarib
Manifestants dans les rues de Khartoum, au Soudan (11 avril 2019).

Entre manifestations massives à Khartoum et des violences au Darfour et au Kordofan

Cet appel de fonds intervient alors qu’il y a ces dernières semaines « une hausse de la violence, notamment au Darfour et au Kordofan. « Depuis octobre, la situation générale en matière de sécurité au Darfour, au Kordofan-Sud et au Kordofan-Ouest reste tendue et instable », a souligné le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA).

Plus de 83.000 personnes ont été déplacées en raison du conflit intercommunautaire dans le centre, le nord et l’ouest du Darfour. Selon l’Agence des Nations Unies pour les migrations (OIM), des milliers ont été déplacées dans le Kordofan depuis octobre.

Par ailleurs, le Soudan est, depuis le 25 octobre, le théâtre de protestations et de manifestations contre le coup d’Etat mené par l’armée, qui a proclamé l’Etat d’urgence, la dissolution du Conseil de souveraineté. Et trois ans après la chute d’Omar el-Béchir, des dizaines de milliers de manifestants se sont rassemblés contre le pouvoir militaire, aux commandes du pays depuis près de deux mois. 

Un Soudanais sur trois aura besoin d’une aide humanitaire en 2022

Selon les médias, la police aurait tiré hier dimanche des grenades lacrymogènes à Khartoum pour disperser les dizaines de milliers de manifestants descendus dans la rue pour s’opposer à la junte militaire.  « Au moment où nous écrivons ces lignes, le Soudan vient de traverser une crise politique majeure à la suite de la prise de pouvoir par les militaires le 25 octobre, de la destitution et de la réinstallation ultérieure du Premier ministre civil », a indiqué la Coordonnatrice résidente et humanitaire de l’ONU au Soudan. 

Bien que l’impact complet de ces changements ne soit pas encore connu, la communauté humanitaire s’engage à continuer à fournir un soutien indispensable aux populations les plus vulnérables. D’autant que les besoins continuent de croître alors que la crise économique et l’insécurité alimentaire continuent d’affecter des millions de personnes.

L’ONU estime que plus de 14 millions de personnes, soit près d’une personne sur trois, auront besoin d’une aide humanitaire en 2022 dans tout le pays. Cela représente environ 800.000 personnes de plus qu’en 2021. Sur ces 14 millions de personnes, plus de 9 millions auront besoin d’une aide d’urgence.

Un taux d’inflation de plus de 300 % sur un an

En attendant, plus de 2,7 millions de personnes sont confrontées à des conditions de crise ou d’insécurité alimentaire aiguë au Soudan, avait alerté en mi-novembre dernier le Programme alimentaire mondial (PAM). « L’insécurité alimentaire est due à une crise macroéconomique, qui entraîne des taux d’inflation exceptionnellement élevés », avait indiqué l’Agence onusienne, faisant état d’une hausse de l’inflation de « plus de 300 % sur un an ».

Sur le terrain, les partenaires humanitaires ont jusqu’ici aidé plus de 7 millions de personnes dans le besoin. Environ 5 millions de personnes ont reçu une aide alimentaire et une assistance aux moyens de subsistance, 2,4 millions de personnes ont pu accéder à des services de santé. Cependant, dans de nombreux cas, l’ensemble de l’assistance ou la gamme de services fournis n’étaient pas complets, car les agences ont dû réduire ou restreindre la portée de leur réponse en raison du manque de financement.