Iraq : l’ONU condamne fermement la tentative d'assassinat du Premier ministre

Une rue de Baghdad, la capitale de l'Iraq.
Photo MANUI/Sarmad Al-Safy
Une rue de Baghdad, la capitale de l'Iraq.

Iraq : l’ONU condamne fermement la tentative d'assassinat du Premier ministre

Paix et sécurité

Les Nations Unies ont condamné dimanche dans les termes les plus forts la tentative d'assassinat du Premier ministre Mustafa al-Kadhimi survenue à Baghdad.

Selon la presse, dans la nuit de samedi à dimanche, la résidence de M. Al-Kadhimi, qui a prêté serment en mai de l'année dernière, a été visée par des drones dans la « zone verte » fortement fortifiée de la capitale iraquienne.  L'explosion aurait endommagé la résidence et blessé plusieurs des agents de sécurité du Premier ministre.

« Le Secrétaire général appelle tous les Iraquiens à faire preuve de la plus grande retenue et à rejeter toute violence et toute tentative de déstabilisation de l'Iraq », a fait valoir dans une déclaration le Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU, Stéphane Dujarric. 

« Il demande que les auteurs de ce crime soient tenus pour responsables », a ajouté M. Dujarric. 

Aussi le chef de l’ONU a exhorté « tous les acteurs politiques à respecter l'ordre constitutionnel et à résoudre les différends par un dialogue pacifique et inclusif ».

La Mission d'assistance des Nations Unies pour l'Iraq (MANUI) a exprimé son soulagement que le Premier ministre n'ait pas été blessé dans l'attaque 

« Il ne faut pas laisser le terrorisme, la violence et les actes illégaux saper la stabilité de l'Iraq et faire dérailler son processus démocratique », a estimé la MANUI. 

En outre, la MANUI, qui s’est jointe au Premier ministre pour appeler au calme et à la retenue, a « encouragé vivement toutes les parties à assumer la responsabilité de la désescalade » et à « engager le dialogue pour apaiser les tensions politiques, dans le respect de l'intérêt national de l'Iraq ».

« Les Nations Unies sont aux côtés de tous les Iraquiens qui aspirent à la paix et à la stabilité : ils ne méritent rien de moins », a affirmé l’Organisation.