Les vagues promesses ne suffisent pas : la planète toujours sur la voie d'un réchauffement catastrophique (ONU)

26 octobre 2021

Les engagements nouveaux et actualisés pris ces derniers mois en vue de la conférence cruciale sur le climat, la COP26, constituent une avancée positive, mais le monde reste sur la voie d'une augmentation dangereuse de la température mondiale d'au moins 2,7°C au cours du siècle, même s'ils sont pleinement respectés, selon un nouveau rapport du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE).

Le nouveau rapport sur le déficit d'émissions publié mardi montre que les contributions déterminées au niveau national (CDN) actualisées - les efforts déployés par chaque pays pour réduire les émissions nationales, ainsi que les autres engagements pris pour 2030 mais pas encore officiellement soumis - n'entraîneraient qu'une réduction supplémentaire de 7,5% des émissions annuelles de gaz à effet de serre en 2030, par rapport aux engagements précédents.

Ce n'est pas suffisant. Selon l'agence, le monde a besoin d'une réduction de 55% pour limiter l'augmentation de la température mondiale en dessous de 1,5 °C, le cap défini par les scientifiques comme la situation la moins risquée pour notre planète et l'avenir de l'humanité.

« Moins d'une semaine avant la COP26 à Glasgow, nous sommes toujours sur la voie de la catastrophe climatique », a déclaré le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, lors d'une conférence de presse présentant la nouvelle évaluation.

« Comme le dit le titre du rapport de cette année : La chaleur est au rendez-vous. Et comme le montre le contenu du rapport, le leadership dont nous avons besoin est absent. Loin de là », a-t-il averti.

La pollution de l'air pas des centrales électriques contribue au réchauffement climatique.
Unsplash/Marek Piwnicki
La pollution de l'air pas des centrales électriques contribue au réchauffement climatique.

Le monde doit se réveiller

Le rapport indique que les engagements en faveur du « zéro carbone », s'ils sont pleinement mis en œuvre, pourraient faire une grande différence et ramener la hausse de la température mondiale prévue à 2,2 °C, ce qui permet d'espérer que de nouvelles mesures pourraient encore empêcher les effets les plus catastrophiques du changement climatique.

Toutefois, jusqu'à présent, ces promesses sont « vagues » et incompatibles avec la plupart des engagements nationaux de 2030, avertit le PNUE.

Au total, 49 pays, plus l'Union européenne, se sont engagés à atteindre un objectif net zéro. Cela couvre plus de la moitié des émissions domestiques mondiales de gaz à effet de serre, plus de la moitié du PIB mondial et un tiers de la population mondiale. Onze objectifs sont inscrits dans la loi, couvrant 12% des émissions mondiales.

Pourtant, de nombreuses CDN reportent les actions à après 2030, ce qui soulève des doutes quant à la possibilité de tenir des promesses de réduction nette de zéro, indique le rapport.

En outre, bien que douze membres du G20 se soient engagés à atteindre un objectif net zéro, une ambiguïté subsiste quant aux moyens d'y parvenir, indique le rapport.

« Le monde doit se réveiller face au péril imminent auquel nous sommes confrontés en tant qu'espèce. Les nations doivent mettre en place les politiques nécessaires pour respecter leurs nouveaux engagements et commencer à les appliquer dans les mois qui viennent », a prévenu Inger Andersen, Directrice exécutive du PNUE, dans l'avant-propos.

« Elles doivent concrétiser leurs promesses de réduction à zéro, en veillant à ce que ces engagements soient inclus dans les CDN et à ce que des mesures soient prises. Ils doivent ensuite mettre en place les politiques nécessaires pour soutenir cette ambition accrue et, là encore, commencer à les mettre en œuvre de toute urgence », a-t-elle ajouté.

L'utilisation du vent pour produire de l'énergie a moins d'effets sur l'environnement que de nombreuses autres sources d'énergie.
© Unsplash
L'utilisation du vent pour produire de l'énergie a moins d'effets sur l'environnement que de nombreuses autres sources d'énergie.

L'heure tourne

Le rapport est clair : pour avoir une chance d'atteindre l'objectif de 1,5 °C, le monde doit presque réduire de moitié les émissions de gaz à effet de serre au cours des huit prochaines années. Cela signifie qu'il faut supprimer 28 gigatonnes supplémentaires d'équivalent CO2 des émissions annuelles, en plus de ce qui est promis dans les CDN actualisées et les autres engagements pour 2030.

Selon l'agence, les émissions post-pandémiques, après avoir baissé dans un premier temps, ont rebondi et augmentent désormais les concentrations atmosphériques de CO2, plus élevées qu'à n'importe quel moment au cours des deux derniers millions d'années.

« L'écart entre les émissions est le résultat d'un manque de leadership, mais les dirigeants peuvent encore faire de cette situation un tournant vers un avenir plus vert plutôt qu'un point de basculement vers une catastrophe climatique. L'ère des demi-mesures et des promesses creuses doit prendre fin », a exhorté le chef de l'ONU, António Guterres.

Occasion manquée

Les experts soulignent que l'opportunité d'utiliser les dépenses de sauvetage et de relance budgétaire de la Covid-19 pour stimuler les économies, tout en favorisant une transformation à faible émission de carbone, « a été manquée dans la plupart des pays jusqu'à présent ».

Seul un petit nombre d'économies à revenu élevé est à l'origine de la majorité des dépenses vertes, les pays en développement et les marchés émergents risquant d'être laissés pour compte.

Les dépenses liées à la Covid-19 ont été beaucoup plus faibles dans les économies à faible revenu (60 dollars par personne) que dans les économies avancées (11.800 dollars par personne). Les lacunes en matière de financement risquent d'exacerber les lacunes des nations vulnérables en matière de résilience climatique et de mesures d'atténuation, prévient le rapport.

« Alors que les dirigeants du monde entier se préparent à la COP26, ce rapport est un nouvel appel au réveil tonitruant. Combien en faut-il ?... Les scientifiques sont clairs sur les faits. Les scientifiques sont clairs sur les faits. Les dirigeants doivent maintenant être tout aussi clairs dans leurs actions. Ils doivent venir à Glasgow avec des plans audacieux, assortis d'un calendrier et d'échéances précises, pour atteindre l'objectif "zéro émission nette», a ajouté M. Guterres.

Les décharges sont une source importante d'émissions de méthane.
Banque mondiale/Farhana Asnap
Les décharges sont une source importante d'émissions de méthane.

Le méthane sous les projecteurs

Le rapport 2021 sur le déficit d'émissions explore également le potentiel de la réduction des émissions de méthane provenant des secteurs des combustibles fossiles, des déchets et de l'agriculture, pour freiner le réchauffement à court terme.

Les experts expliquent que la réduction du méthane pourrait limiter l'augmentation de la température plus rapidement que la réduction du dioxyde de carbone. Ce gaz, qui est le deuxième facteur de réchauffement de la planète, a un potentiel de réchauffement 80 fois supérieur à celui du dioxyde de carbone sur une période de 20 ans ; sa durée de vie dans l'atmosphère est également plus courte que celle du dioxyde de carbone : douze ans seulement, contre plusieurs centaines pour le CO2.

Le rapport indique que les mesures techniques disponibles, qu'elles soient gratuites ou peu coûteuses, pourraient à elles seules réduire les émissions anthropiques de méthane d'environ 20% par an et, avec des mesures structurelles et comportementales plus larges, d'environ 45%.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.