COP26 : l’ONU salue les plans climatiques nationaux actualisés mais juge qu’on est un « loin » de l’objectif

25 octobre 2021

Les plans d'action climatique nouveaux ou actualisés des gouvernements peuvent être efficaces pour réduire les émissions de gaz à effet de serre mais des efforts accrus sont nécessaires pour contenir le réchauffement climatique, a déclaré lundi le Secrétariat de la Convention-cadre des Nations Unies sur le changement climatique (CCNUCC) dans un nouveau rapport.

Les résultats mettent à jour un rapport antérieur qui synthétise les plans décrits par les pays dans leurs contributions déterminées au niveau national (CDN) dans le cadre de l'Accord de Paris sur le changement climatique, qui vise à limiter la hausse de la température mondiale à 1,5 degré Celsius.

Les parties à l'Accord ont demandé le rapport de synthèse, publié en septembre, pour les aider à évaluer les progrès avant la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique, COP26, qui s'ouvre le week-end qui vient à Glasgow, en Écosse.

La mise à jour de ce lundi a été fournie afin que les pays aient les dernières informations à prendre en compte lors de la conférence.

Elle intègre des informations provenant des 165 derniers CDN disponibles, représentant les 192 parties à l'Accord de Paris. Cela comprend 116 CDN nouvelles ou mises à jour reçues de 143 parties ce mois-ci, contre 86 CDN nouvelles ou mises à jour, couvertes par le rapport de septembre.

Patricia Espinosa, la Secrétaire exécutive de la CCNUCC, a déclaré que les CDN « représentent clairement un engagement à agir contre le changement climatique ».

Pour les 143 parties qui ont soumis des CDN nouvelles ou mises à jour, les émissions totales sont estimées à environ 9% en dessous du niveau de 2010 d'ici 2030. De plus, 71 pays ont indiqué qu'ils espéraient atteindre la neutralité carbone d'ici le milieu du siècle environ. Leur niveau total d'émissions de gaz à effet de serre pourrait être jusqu'à 88% inférieur en 2050 à celui de 2019.

« Nulle part près » du but

Cependant, le rapport confirme également que pour toutes les CDN disponibles des 192 parties, prises ensemble, il y aurait une « augmentation considérable » d'environ 16% des émissions mondiales de gaz à effet de serre en 2030 par rapport à 2019. Cela pourrait conduire à une hausse de la  température mondiale d'environ 2,7 degrés Celsius d'ici la fin du siècle.

Mme Espinosa a déclaré que les parties « doivent de toute urgence redoubler d'efforts pour le climat » si elles veulent empêcher une augmentation des températures au-delà des objectifs de l'Accord de Paris.

« Le dépassement des objectifs de température conduira à un monde déstabilisé et à des souffrances sans fin, en particulier chez ceux qui ont le moins contribué aux émissions de gaz à effet de serre dans l'atmosphère », a-t-elle averti. « Ce rapport mis à jour confirme malheureusement la tendance déjà indiquée dans le rapport de synthèse complet, à savoir que nous sommes loin du stade où la science dit que nous devrions être ».

Selon le Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC), limiter l'augmentation de la température moyenne mondiale à 1,5 degré nécessite une réduction de 45% des émissions de dioxyde de carbone (CO2) en 2030, ou une réduction de 25% d'ici 2030 pour les maintenir à deux degrés.

La CCNUCC, également connue sous le nom d’ONU Climat, a ajouté que « si les émissions ne sont pas réduites d'ici 2030, elles devront être considérablement réduites par la suite pour compenser le lent démarrage sur la voie de zéro émission nette, mais probablement à un coût plus élevé ».

Une « décennie critique »

Le rapport souligne pourquoi les pays doivent faire preuve d'une action climatique ambitieuse à la COP26, a déclaré le ministre britannique du Cabinet Office, Alok Sharma, président de la COP26, notant que bien que des progrès aient été réalisés, ils ne suffisent pas.

Il a appelé « les plus gros émetteurs », les pays du G20, à montrer des engagements plus fermes pour maintenir l'objectif de 1,5 degré à portée de main au cours de « cette décennie critique ».

Mme Espinosa a souligné que les parties peuvent soumettre des CDN, ou « revoir » des soumissions antérieures pour accroître l'action, à tout moment, y compris pendant la conférence.

De nombreux pays en développement ont des CDN qui contiennent des engagements plus ambitieux de réduction des émissions, mais qui ne peuvent être mis en œuvre qu'avec des ressources financières accrues et d'autres formes de soutien. Cela pourrait permettre aux émissions mondiales de culminer avant 2030, selon le rapport.

« Cela montre que les pays en développement ont besoin d'un soutien financier, technologique et de renforcement des capacités pour accroître leur niveau d'ambition, à la fois en matière de réduction des émissions, ainsi qu'en termes de renforcement de la résilience aux effets du changement climatique », a déclaré Mme Espinosa.

« L'engagement de mobiliser 100 milliards de dollars par an d'ici 2020 est essentiel pour renforcer l'action climatique des pays en développement. J'appelle les pays développés à remplir pleinement cet engagement lors de la COP26 », a-t-elle ajouté.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.