La participation et les droits des femmes sont une priorité de toutes les actions de l’ONU – Guterres

21 octobre 2021

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a promis jeudi devant les quinze membres du Conseil de sécurité que l’Organisation redoublerait d’efforts pour faire de la participation et des droits des femmes une priorité de toutes ses actions, partout dans le monde.

« Nous devons nous battre et faire avancer les choses pour chaque femme et chaque fille », a déclaré António Guterres

Il s’exprimait lors du débat public annuel sur la résolution 1325 du Conseil de sécurité sur les femmes, la paix et la sécurité. Ce débat était organisé cette année par le Kenya, qui occupe en octobre la Présidence tournante du Conseil.

Le Secrétaire général a regretté que lors des crises humanitaires les droits des femmes régressent. Il a pris l’exemple du Mali, où « après deux coups d’État en l’espace de neuf mois, on n’assiste pas uniquement à une réduction de l’espace des droits des femmes mais à une fermeture de cet espace ». 

Il a aussi souligné qu’en Afghanistan, les filles et les femmes voient les droits qu’elles ont acquis au cours des dernières décennies « reculer rapidement, notamment le droit d’aller à l’école ». 

Engagement dans « Notre Programme commun » 

Le Secrétaire général a rappelé que cet engagement à se battre et faire avancer les choses pour chaque femme et chaque fille est au cœur de son rapport intitulé « Notre Programme commun » et de son Appel à l’action en faveur des droits humains. 

« Nous voulons parvenir le plus rapidement possible à la pleine participation des femmes, sur un pied d’égalité, dans tous les aspects de la vie. Notamment les processus de paix et les transitions politiques », a-t-il dit. 

Le Secrétaire général a noté que l’année dernière, les femmes ne représentaient que 23% des représentants dans les processus de paix dirigés ou codirigés par l’ONU. Un chiffre qui n’aurait même pas été atteint si l’Organisation n’avait pas fait preuve d’innovation et d’initiative. 

Le chef de l’ONU a promis d’accélérer ces progrès.

Il a pris l’exemple de la Colombie, où les organisations de femmes sont des partenaires clés de la mission de vérification des Nations Unies pour surveiller l’application de l’accord de paix. 

António Guterres a aussi rappelé qu’en Afghanistan, l’ONU reste présente et active, et continuera de promouvoir et de défendre les droits des femmes et des filles dans tous ses échanges avec l’autorité de fait des Talibans.

« Nous poursuivrons notre action jusqu’à ce que les filles puissent retourner à l’école et que les femmes puissent reprendre leur travail et participer à la vie publique », a-t-il ajouté. 

Opérations de maintien de la paix

Dans le cadre de l’initiative « Action pour le maintien de la paix », l’ONU investit également dans des partenariats locaux avec des dirigeantes et des artisanes de la paix, et s’attache à accroître le nombre de femmes dans toutes ses opérations de maintien de la paix. 

Près de 18% des officiers d’état-major et des experts militaires sont aujourd’hui des femmes, contre 8% en janvier 2018. Parmi les policiers hors unités constituées, ce taux est passé de 20 à 30%. 

« Jamais autant de femmes n’ont été à la tête de missions des Nations Unies – il y a aujourd’hui autant de femmes que d’hommes parmi les chefs ou chefs adjoints de mission », s’est félicité M. Guterres. « Et nous ne nous arrêterons pas là ». 

Selon lui, accroître la représentation et l’influence des femmes dans tous les aspects des activités de paix de l’ONU est essentiel pour permettre à l’Organisation de mieux remplir sa mission et de mieux représenter les populations qu’elle sert. 

Appui du Conseil de sécurité

Le Secrétaire général a réclamé l’appui du Conseil de sécurité dans trois domaines : les partenariats, la protection et la participation. 

En premier lieu, il a invité le Conseil à soutenir ses efforts visant à renforcer les partenariats avec des dirigeantes locales et leurs réseaux. « Les femmes doivent pouvoir participer pleinement aux processus de paix comme aux processus politiques », a-t-il dit. 

En deuxième lieu, il a appelé le Conseil à  aider l’Organisation à protéger les défenseuses et les militantes des droits humains. 

Enfin, il a demandé au Conseil de travailler avec l’Organisation pour promouvoir la participation pleine, égale et effective des femmes aux pourparlers de paix, à la consolidation de la paix et aux systèmes politiques mis en place lors des phases de transition vers la paix. 

« La parité absolue est une nécessité, y compris au moyen de quotas ambitieux, dans les élections, la réforme du secteur de la sécurité, le désarmement, la démobilisation et les systèmes judiciaires », a-t-il déclaré. 

En conclusion, le chef de l’ONU a affirmé que l’Organisation ferait de la participation et des droits des femmes une priorité de toutes ses actions, partout dans le monde. 

« L’inclusion est le meilleur moyen de construire la paix », a-t-il déclaré.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.