Conflit israélo-palestinien : l’envoyé de l’ONU plaide pour un dégel politique

19 octobre 2021

L’impasse politique entre Israéliens et Palestiniens « alimente les tensions, l'instabilité et un sentiment croissant de désespoir », a averti mardi l’envoyé de l’ONU au Moyen-Orient lors d’une réunion du Conseil de sécurité.

« Nous ne devons pas nous faire d'illusions sur l'état actuel du conflit israélo-palestinien », a déclaré le Coordinateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, Tor Wennesland, décrivant une situation dans les territoires palestiniens occupés qui continue de se détériorer, sans progrès vers une solution à deux États.

Il a brossé le tableau d'une « réalité de plus en plus désespérée » façonnée par des extrémistes et des actions unilatérales de tous bords, qui menacent d'accroître les risques pour les Palestiniens, les Israéliens et toute la région.

« Les civils israéliens et palestiniens souffrent et paient un prix élevé pour la persistance du conflit, y compris l'occupation prolongée », a déclaré M. Wennesland.

Pendant ce temps, les activités de colonisation, les expulsions, les saisies de biens palestiniens et les restrictions de mouvement « alimentent davantage le cycle de la violence » alors que des civils israéliens continuent d'être tués et blessés dans les attaques palestiniennes.

L'envoyé de l'ONU a décrit des « affrontements nocturnes » entre citoyens israéliens et palestiniens, et a souligné que tous les auteurs de violences doivent être « tenus pour responsables et rapidement traduits en justice ».

Colonies, lieux saints

M. Wennesland a souligné les plans israéliens de construction dans la zone E1, située à côté et au nord-est de Jérusalem-Est, affirmant que ces unités « couperaient la connexion entre le nord et le sud de la Cisjordanie, compromettant considérablement les chances d'établir un État palestinien viable et contigu comme partie d'une solution négociée à deux États ».

« Je réitère que toutes les colonies sont illégales au regard du droit international et restent un obstacle substantiel à la paix », a-t-il précisé.

L'envoyé de l'ONU a noté l'adhésion officielle d'Israël à la préservation du statu quo concernant les lieux saints à Jérusalem, rappelant qu'il doit être soutenu et respecté par « toutes les parties ».

Dans « un développement bienvenu », le Coordonnateur spécial a déclaré que les responsables israéliens et palestiniens avaient annoncé que quelque 4.000 Palestiniens sans papiers en Cisjordanie seraient enregistrés dans le registre de la population palestinienne et recevraient des documents d'identité.

Déclin économique

Pendant ce temps, alors que les dépenses dépassent les revenus et le soutien des donateurs, le déclin économique de la Palestine se poursuit, les options de prêt bancaire étant « épuisées ».

« La situation budgétaire de l'Autorité palestinienne atteint un point de rupture », a déclaré M. Wennesland, citant des estimations selon lesquelles l'Autorité palestinienne approcherait désormais un déficit budgétaire de 800 millions de dollars en 2021, soit presque le double de celui de 2020.

Il s'est dit préoccupé par le fait que « ces tendances négatives se produisent simultanément en Cisjordanie et à Gaza » et ne devraient pas être ignorées.

La « crise fiscale et financière sans précédent » a suscité la nécessité de « réformes et changements politiques significatifs - à la fois par les Israéliens et les Palestiniens », a déclaré l'envoyé de l'ONU.

Attirant l'attention sur le déficit budgétaire persistant de l'agence de secours des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA), il a souligné qu'elle reste « indispensable à la stabilité régionale et doit disposer des ressources nécessaires pour remplir son mandat ».

Pendant ce temps, l'ONU a lancé des efforts pour reconstruire jusqu'à 1.800 maisons détruites ou gravement endommagées et, fin septembre, l'Égypte a commencé à réparer l'une des principales routes côtières de l'enclave de Gaza.

Tout en se félicitant de la délivrance de permis et de l'amélioration des mouvements de marchandises à l'intérieur et à l'extérieur de la bande de Gaza occupée, le Coordonnateur spécial a déclaré au Conseil que « beaucoup plus est nécessaire pour faciliter un accès durable », réaffirmant que « le mécanisme de reconstruction de Gaza reste le mieux placé pour permettre l'entrée et la livraison responsable d'articles et de matériaux qui, autrement, ne seraient pas autorisés dans la Bande ».

Solution au coup par coup inacceptable

M. Wennesland a souligné que la situation actuelle ne peut pas être traitée « au coup par coup ».

« Nous ne pouvons plus basculer de crise en crise… incident par incident, sur une base quotidienne à court terme comme des problèmes autonomes », a-t-il déclaré, appelant à un « ensemble plus large de mesures parallèles » par Israël, l'Autorité palestinienne et la communauté internationale qui s'attaquent aux « défis politiques, sécuritaires et économiques clés » qui empêchent tout progrès.

Malgré l'énormité des défis actuels, « nous ne pouvons pas nous permettre d'être pessimistes ou passifs » et devons « commencer à restaurer l'espoir dans une résolution pacifique, durable et négociée du conflit », a déclaré le Coordonnateur spécial.

Un dégel du dialogue politique n'est pas le but ultime, mais une étape sur la voie de la fin de l'occupation, de la suppression des voix extrémistes, a-t-il précisé. « Nous devons construire un consensus… pour l'engagement ou faire face à une réalité de plus en plus désespérée », a-t-il conclu.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.