Les travailleurs migrants confrontés à un risque accru de décès et de blessures (OIM)

15 octobre 2021

Les migrants, qui occupent souvent des emplois plus dangereux, sont exposés à un risque de blessure et de décès plus élevé que les autres travailleurs, a indiqué vendredi l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), plaidant pour davantage de données sur les circonstances des décès pour mettre en place des politiques qui garantissent leur sécurité.

Selon ce nouveau rapport du projet "Migrants disparus" de l’Agence de l’ONU pour les migrations, les travailleurs migrants sont surreprésentés dans les emplois dangereux. Il s’agit de secteurs tels que la construction, l’industrie manufacturière, l’exploitation minière et l’agriculture par rapport aux non-migrants.

Selon l’OIM, ils sont également plus susceptibles d’avoir des emplois dans l’économie informelle, où les risques sont encore plus grands. L’Agence onusienne estime que 164 millions de travailleurs migrants représentent près de 5 % de la main-d’œuvre mondiale et jouent un rôle économique essentiel tant dans les pays d’origine que dans les pays d’accueil.

Généralement, ils remplissent des fonctions essentielles dans les pays de destination, notamment dans les secteurs de la santé et de l’industrie manufacturière. Et les fonds envoyés par les travailleurs migrants dans leur pays d’origine soutiennent l’économie de certains pays à hauteur de 40 % de leur PIB.

Un travailleur migrant en Inde montre la photo de sa mère qui a été tuée dans un accident de la route alors qu'ils retournaient chez eux pendant la pandémie de Covid-19.
Photo PNUD Inde/Dhiraj Singh
Un travailleur migrant en Inde montre la photo de sa mère qui a été tuée dans un accident de la route alors qu'ils retournaient chez eux pendant la pandémie de Covid-19.

Risque accru d’exposition des travailleurs migrants au coronavirus

Par ailleurs, les conditions de vie et de travail des migrants augmentent les risques d’exposition au nouveau coronavirus, souligne le rapport. « La pandémie de Covid-19 a révélé que les travailleurs migrants sont à la fois essentiels et marginalisés », a déclaré Frank Laczko, Directeur du Centre d’analyse des données sur les migrations mondiales de l’OIM.

Les migrants sont surreprésentés dans les emplois de première ligne, les infrastructures critiques et autres emplois essentiels qui ne peuvent être exécutés à distance. Aux États-Unis, par exemple, près de 70 % de tous les migrants de la population active et 75 % des « travailleurs migrants irréguliers » sont des travailleurs essentiels.

Selon l’Organisation internationale du travail (OIT), le nombre d’accidents du travail mortels était plus élevé chez les migrants que chez les travailleurs nés dans le pays dans 73 % des pays pour lesquels des données étaient disponibles. Ce constat est particulièrement alarmant compte tenu des obstacles auxquels se heurtent les migrants qui tentent de signaler les incidents.

Chaque année, des dizaines de milliers de personnes meurent à l’étranger en travaillant, trop souvent de causes évitables. Les familles endeuillées peuvent subir des répercussions financières dévastatrices tout en luttant pour savoir ce qui s’est passé.

« Souvent, elles doivent se frayer un chemin dans une bureaucratie complexe pour rapatrier la dépouille de leurs proches », conclut l’OIM.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.