L'Organisation mondiale de la santé publie une définition de la maladie post Covid-19 afin d'aider les traitements

8 octobre 2021

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé vendredi que la première définition clinique officielle de la maladie « post Covid » avait été adoptée à l'issue d'une consultation mondiale et publiée afin d'améliorer le traitement des malades.

Cette maladie émergente, également appelée « Covid longue » parmi de nombreuses autres itérations similaires, survient chez les personnes ayant eu une nouvelle infection confirmée ou probable par un coronavirus, « généralement trois mois après l'apparition de la Covid-19 (et) avec des symptômes qui durent au moins deux mois et ne peuvent être expliqués par un autre diagnostic », a déclaré le Dr Janet Diaz, cheffe de la gestion clinique à l'OMS.

Sous le microscope

Jusqu'à présent, le manque de clarté des professionnels de santé sur cette maladie a compliqué les efforts pour faire avancer la recherche et le traitement, explique l'OMS dans un document détaillant les raisons pour lesquelles elle cherche à établir une définition de cas clinique normalisée au niveau mondial.

S'exprimant à l'ONU à Genève, la responsable de l'OMS a expliqué que les symptômes comprennent « la fatigue, l'essoufflement, les dysfonctionnements cognitifs, mais aussi d'autres qui ont généralement un impact sur le fonctionnement quotidien. Les symptômes peuvent être d'apparition récente, après le rétablissement initial de l'épisode aigu, ou persister depuis la maladie initiale. Et puis les symptômes peuvent aussi fluctuer ou rechuter avec le temps ».

On assiste à une baisse des cas de Covid-19 en Afrique, notamment au Rwanda.
Photo OMS
On assiste à une baisse des cas de Covid-19 en Afrique, notamment au Rwanda.

Rétablissement complet

En publiant cette définition, l'OMS a noté que la plupart des patients qui souffrent de la Covid-19 se rétablissent complètement, bien que certains souffrent « d'effets à long terme sur plusieurs systèmes de l'organisme, notamment les systèmes pulmonaire, cardiovasculaire et nerveux, ainsi que d'effets psychologiques ».

Ces effets peuvent survenir quelle que soit la gravité initiale de l'infection. Ils sont également plus fréquents chez les femmes, les personnes d'âge moyen et celles qui présentaient initialement plus de symptômes.

Décrivant la nouvelle définition comme « une avancée importante » dans la normalisation de la reconnaissance des patients atteints de l'état post-Covid-19, le Dr Diaz a déclaré que l'agence des Nations Unies espérait que « cela aidera les cliniciens et les agents de santé à reconnaître les patients et à leur faire suivre les traitements et les interventions appropriés, ainsi que des voies claires ».

« Nous espérons que les décideurs politiques et les systèmes de santé créeront et mettront en œuvre des modèles de santé intégrés pour prendre en charge ces patients », a-t-elle ajouté.

Pas de test

Bien que plusieurs tests existent pour l'infection initiale à la Covid-19, il n'existe pas de solution de ce type pour l'état post Covid-19, et on ne sait toujours pas exactement ce qui le déclenche chez les malades.

« Est-ce une persistance virale, et/ou une microthrombose (ou) un problème avec le système vasculaire », a déclaré le Dr Diaz, décrivant certaines des idées actuelles des scientifiques qui effectuent des recherches dans ce domaine. « Et/ou y a-t-il des problèmes d'auto-immunité, ou le système immunitaire qui fonctionne mal et qui est à l'origine de certains des symptômes », s’est-elle interrogée.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.