Haïti : une évaluation post-séisme révèle une augmentation de la faim dans les zones touchées (FAO)

9 septembre 2021

Alors que de nouvelles données d'Haïti montrent que le séisme du mois dernier a fait augmenter la faim, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a réclamé jeudi davantage d'investissements pour aider les Haïtiens ruraux à reprendre le jardinage et l'agriculture à petite échelle et éviter une aggravation de la crise alimentaire.

Cet appel intervient en réponse à une analyse récemment publiée montrant que quelque 980.000 personnes dans les quatre départements du pays qui ont subi le choc du séisme de magnitude 7,2 sur l’échelle de Richter -- Grand'Anse, Nippes, Sud et Sud-Est - vivent désormais dans une insécurité alimentaire aiguë.

En tant que pays le plus pauvre de l'hémisphère occidental, Haïti est depuis  longtemps vulnérable dans plusieurs domaines. Mais parmi les facteurs les plus récents à blâmer figurent la destruction des marchés, des routes rurales, des installations de stockage et de transformation, des laiteries et des systèmes d'irrigation et les dommages supplémentaires causés par la tempête tropicale Grace, qui a frappé quelques jours après le séisme.

« En plus d'une succession de catastrophes et de crises, ce dernier double coup dur a laissé en lambeaux la capacité des gens à produire et à accéder à la nourriture pour leurs familles et leurs communautés », a déclaré le Représentant de la FAO en Haïti, José Luis Fernandez. « Avec la saison des semis d'hiver d'octobre qui approche à grands pas, nous sommes impatients d'investir dans le redémarrage de la production agricole. Cela doit se produire immédiatement, mais nous sommes entravés par les faibles niveaux de financement pour ce travail essentiel ».

La communauté des Cayes, dans le sud d'Haïti, a été fortement affectée par le séisme du 14 août.
© WFP/Marianela González
La communauté des Cayes, dans le sud d'Haïti, a été fortement affectée par le séisme du 14 août.

Cibler ceux qui en ont le plus besoin

Même avant le tremblement de terre du 14 août, la pauvreté, les troubles civils, l'instabilité politique et économique combinés aux catastrophes naturelles récurrentes et aux effets de la pandémie de Covid-19 avaient fait d'Haïti l'une des plus grandes crises alimentaires du monde, avec 4,4 millions de personnes dans le pays confrontées à une insécurité alimentaire aiguë.

Soixante pour cent des Haïtiens ruraux dépendent de l'agriculture pour leur subsistance. Pour les familles les plus pauvres en ressources et les plus vulnérables, la production alimentaire issue de leur basse-cour et de leur potager est essentielle à leur bien-être nutritionnel.

La FAO appelle à un nouveau soutien de 20 millions de dollars pour protéger et restaurer les moyens de subsistance de 32.000 ménages ruraux très vulnérables (160.000 personnes) touchés par le tremblement de terre et la tempête tropicale Grace. Des fonds sont également nécessaires pour remettre en état l'infrastructure agricole communautaire.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.