Le Président de l'Assemblée générale demande l'arrêt des essais nucléaires

9 septembre 2021

Le Président de l'Assemblée générale des Nations Unies, Volkan Bozkir, a appelé mercredi à l'arrêt des essais nucléaires, alors que les ambassadeurs se réunissaient pour commémorer la Journée internationale contre les essais nucléaires, observée chaque année le 29 août.

« Malgré les progrès récents en matière de désarmement nucléaire, il reste encore beaucoup à faire », a déclaré M. Bozkir, en exhortant les pays qui n'ont pas encore signé ou ratifié le Traité d'interdiction complète des essais nucléaires (TICE) à le faire sans délai.  

« Plus de 2.000 essais nucléaires ont été effectués depuis l'avènement des armes nucléaires. Si le rythme des essais a diminué, ils n'ont pas cessé », a-t-il déclaré. 

« Ces essais ont des conséquences durables sur la santé et l'environnement. Ils dévastent les communautés qu'ils touchent. Ils déplacent des familles de leurs terres natales », a-t-il ajouté

Des progrès en matière de désarmement

Soulignant l'engagement de l'Assemblée générale en faveur du désarmement nucléaire, M. Bozkir a salué les progrès réalisés au cours de l'année écoulée, malgré les défis posés par la pandémie de Covid-19.

Le Traité sur l'interdiction des armes nucléaires, adopté en 2017, est entré en vigueur en janvier dernier après avoir obtenu les 50 ratifications requises.

Les États-Unis et la Russie ont également prolongé leur accord de réduction des armes nucléaires, connu sous le nom de Traité New START, pour cinq années supplémentaires, jusqu'en février 2026.

Du travail en perspective

M. Bozkir a toutefois souligné qu'il restait du travail à faire, notamment l'organisation des réunions d'examen du Traité de non-prolifération, qui doivent se tenir au plus tard en février 2022, et la convocation de la quatrième conférence des zones exemptes d'armes nucléaires et de la Mongolie, reportée depuis avril 2020.

M. Bozkir a également demandé que des mesures soient prises pour faire progresser le TICE, adopté en 1996, qui interdit tout essai d'armes nucléaires explosives en tout lieu et par toute nation.

Le traité a été signé par 185 pays, et ratifié par 170, dont trois États dotés d'armes nucléaires. Toutefois, il doit être signé et ratifié par 44 pays détenteurs de technologies nucléaires spécifiques avant de pouvoir entrer en vigueur.

« Comme mon mandat de Président de l'Assemblée générale prend fin dans quelques jours, je voudrais saisir cette occasion pour appeler les États qui n'ont pas encore signé ou ratifié le traité d'interdiction complète des essais nucléaires à le faire dès que possible », a déclaré M. Bozkir.

La fin d'une époque

La Journée internationale contre les essais nucléaires commémore la fermeture, le 29 août 1991, du site d'essai de Semipalatinsk, au Kazakhstan, où plus de 450 engins nucléaires ont explosé au cours des quatre décennies de l'ère soviétique.

Cette fermeture a marqué « la fin de l'ère des essais nucléaires effrénés », a déclaré le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, dans son message à l'occasion de cet événement, qui a été lu par la Haut-Représentante de l'ONU pour les affaires de désarmement, Izumi Nakamitsu.

Le Secrétaire général a également appelé à la ratification du TICE et à un engagement mondial renouvelé pour mettre fin aux essais nucléaires.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.