L’ONU se mobilise face à la catastrophe humanitaire qui menace l’Afghanistan

3 septembre 2021

Les Nations Unies continuent de se mobiliser pour aider l’Afghanistan à affronter la catastrophe humanitaire qui menace et le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a annoncé vendredi qu’il organiserait une réunion ministérielle humanitaire de haut niveau le 13 septembre à Genève pour répondre aux besoins croissants du pays.

« La conférence plaidera en faveur d'une augmentation rapide du financement afin que l'opération humanitaire vitale puisse se poursuivre et appellera à un accès humanitaire complet et sans entrave pour s'assurer que les Afghans continuent d'obtenir les services essentiels dont ils ont besoin », a précisé son porte-parole, Stéphane Dujarric, dans une déclaration à la presse.

« L'Afghanistan fait face à une catastrophe humanitaire imminente. Près de la moitié des 38 millions d'habitants de l'Afghanistan ont besoin d'une aide humanitaire. Un Afghan sur trois ne sait pas d'où viendra son prochain repas. On prévoit que près de la moitié de tous les enfants de moins de 5 ans souffriront de malnutrition aiguë au cours des 12 prochains mois », a-t-il ajouté.

Le porte-parole a déclaré que les Nations Unies restaient « déterminées à fournir une aide humanitaire à des millions de personnes dans le besoin ».

« Les gains de développement doivent également être protégés pour lier la réponse humanitaire à la stabilité à moyen et long terme de l'Afghanistan », a ajouté M. Dujarric. « Les droits, la sécurité et le bien-être des femmes et des filles sont une partie essentielle de ce lien».

Appel de fonds le 7 septembre

Avant cette conférence ministérielle, le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) doit lancer mardi 7 septembre un appel de fonds pour couvrir les besoins humanitaires les plus urgents pour les quatre prochains mois.

L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a également tiré vendredi la sonnette d’alarme concernant la situation humanitaire en Afghanistan.

La « réalité est que la crise des déplacements est à l'intérieur de l'Afghanistan », avec plus de 600.000 Afghans déplacés cette année, « dont 80% sont des femmes et des enfants », a déclaré un porte-parole du HCR, Babar Baloch, qui s'exprimait depuis le Pakistan.

Dans un appel au monde à ne pas détourner son attention des Afghans et de l'Afghanistan, il a averti qu’on ne pouvait pas permettre que la situation « devienne une catastrophe humanitaire ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.