Afghanistan : les enfants ont assez souffert, il faut assurer leur protection (ONU)

Une jeune Afghane a été blessée lors de l'attaque d'une école dans le district 13 de Kaboul.
© UNICEF Afghanistan
Une jeune Afghane a été blessée lors de l'attaque d'une école dans le district 13 de Kaboul.

Afghanistan : les enfants ont assez souffert, il faut assurer leur protection (ONU)

Droits de l'homme

Alors que des rapports alarmants font état de violations des droits de l'homme contre des civils en Afghanistan, deux responsables de l'ONU chargées de la protection des enfants contre les violences ont appelé mardi les Talibans et les autres parties prenantes à respecter et à protéger les droits humains de tous. 

« Avec au moins 45% de la population afghane âgée de moins de 15 ans, la communauté internationale ne doit pas abandonner les enfants d'Afghanistan », ont affirmé dans une déclaration conjointe la Représentante spéciale du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés, Virginia Gamba, et la Représentante spéciale du Secrétaire général sur la violence contre les enfants, Najat Maalla M'jid.

Ne pas effacer les acquis

« Les contextes politique et sécuritaire actuels ne doivent pas effacer les progrès réalisés en matière de droits de l'homme, notamment ceux des enfants et des femmes. Nous appelons les Talibans et les autres parties à respecter la dignité et les droits de l'homme de tous les Afghans, y compris des garçons et des filles », ont exhorté les défenseures des enfants.

« Assurer la protection des enfants contre le danger et prendre en compte leurs voix et leurs besoins est essentiel pour une paix et un développement durables en Afghanistan », ont-elles ajouté. 

Les deux responsables de l'ONU ont ainsi rappelé aux Talibans et à toutes les parties concernées « qu'ils sont liés par toutes les normes internationales auxquelles l'Afghanistan s'est déjà engagé pour la protection des enfants ». 

Il s'agit notamment de la Convention relative aux droits de l'enfant (CDE), qui définit un enfant comme tout être humain âgé de moins de 18 ans, et de son Protocole facultatif concernant l'implication d'enfants dans les conflits armés (OPAC), qui stipule « que les États parties prennent toutes les mesures possibles pour veiller à ce que les membres de leurs forces armées qui n'ont pas atteint l'âge de 18 ans ne participent pas directement aux hostilités ».

Respecter les droits des filles et des femmes

Les deux responsables de l'ONU sont particulièrement préoccupées par les violations des droits des filles, notamment la violence sexuelle et sexiste, ainsi que par leur droit à l'éducation.

« Les droits de toutes les filles afghanes qui ont étudié au cours des deux dernières décennies, rêvant de devenir médecins, ingénieurs ou enseignantes, doivent continuer à être respectés et leur droit à l'éducation doit être protégé des menaces et des attaques. Nous appelons les Talibans et toutes les parties à faire respecter les droits des enfants, notamment le droit des filles à l'éducation et à la protection contre la violence », ont déclaré Mme Gamba et Mme M’jid.

Elles ont en outre exhorté les Talibans à assurer le respect et la protection de l'aide et du personnel humanitaires, car 10 millions d'enfants à travers l'Afghanistan ont besoin d'une assistance pour survivre, selon les Nations Unies sur le terrain. 

Agir énergiquement pour prévenir les violences et les préjudices 

Mme Gamba et Mme M’jid ont fermement condamné les attaques horribles et meurtrières contre l'aéroport de Kaboul, au cours desquelles des enfants auraient été tués et mutilés.

Elles ont également exprimé leurs plus sincères condoléances aux familles de toutes les victimes et au peuple afghan.

La première moitié de l'année 2021 a déjà été le témoin d'un nombre alarmant de violations graves commises à l'encontre des enfants, amplifiant le besoin urgent de mettre fin aux violations et de garantir les droits des enfants et de respecter les engagements internationaux.

« Les enfants d'Afghanistan ont suffisamment souffert. Les Talibans et les autres parties, ainsi que ceux qui peuvent exercer une influence, doivent prendre des mesures énergiques pour prévenir les violences et les préjudices à l'encontre des enfants et inclure la protection et les droits de toutes les filles et de tous les garçons de moins de 18 ans dans tout processus de paix, toute discussion sur la gouvernance et tout effort de paix, conformément aux normes internationales », ont affirmé Mme Gamba et Mme M’jid.

« Protéger les droits de tous les Afghans, y compris ceux des enfants, est la seule solution durable pour la paix », ont-elles ajouté.

L'approvisionnement alimentaire de millions de personnes pourrait s'épuiser

Un autre haut responsable de l’ONU a prévenu mercredi que les stocks alimentaires en Afghanistan pourraient s'épuiser dès ce mois-ci.

Ramiz Alakbarov, Représentant spécial adjoint et Coordonnateur humanitaire en Afghanistan, a souligné que si l'ONU reste « déterminée à livrer » de l’assistance, davantage de fonds sont nécessaires pour atteindre les millions de personnes qui dépendent de l'aide pour survivre.

Il a signalé que plus de la moitié des enfants moins de cinq ans souffrent de malnutrition extrême et que plus d'un tiers des citoyens n'ont pas assez à manger.

« Il est extrêmement important que nous empêchions l'Afghanistan de sombrer dans une nouvelle catastrophe humanitaire en prenant les mesures nécessaires pour fournir les articles essentiels dont ce pays a besoin en ce moment. Et cela pour soutenir les services alimentaires, de santé et de protection, et les articles non alimentaires, à ceux qui en ont le plus besoin », a déclaré M. Alakbarov, s'exprimant depuis la capitale, Kaboul.

Ces derniers jours, l'ONU a acheminé des fournitures médicales à l'aéroport de Mazar-i-Sharif dans le nord de l'Afghanistan, tandis que quelque 600 tonnes de nourriture ont été livrées par des camions en provenance du Pakistan.