Covid-19 : les décès et les contaminations restent stables dans le monde (OMS)

27 août 2021

Après une hausse pendant deux mois, le nombre des nouvelles infections et de décès liés à la Covid-19 reste désormais stable dans le monde, selon un tableau général dressé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour observer l’évolution de la pandémie.

« Après avoir augmenté chaque semaine pendant près de deux mois, le nombre mondial de cas et de décès dus au nouveau coronavirus est resté stable la semaine dernière », a admis le Directeur général de l’OMS, Tedros Adhanam Ghebreyesus, lors d’une session d’information sur la Covid-19 à l’intention des États membres de l’ONU à Genève.

Le Directeur général de l’Agence sanitaire mondiale de l’ONU a toutefois ajouté que les courbes sont stables à « un niveau très élevé » avec 4,5 millions de cas et 68.000 décès en une semaine.

« Nous voyons maintenant plus de 650.000 nouveaux cas par jour », a déclaré le Dr Tedros, ajoutant que « les chiffres réels varient toutefois d’une région à l’autre ».

La couverture vaccinale est encore inférieure à 2% dans de nombreuses régions

« Bien sûr, la situation reste très différente dans le monde, avec des augmentations brutales et des hôpitaux débordés dans certaines régions et certains pays, et des baisses bienvenues dans d’autres », a-t-il fait valoir. Les Amériques ont ainsi connu une augmentation de 8% des cas la semaine dernière, tandis que le Pacifique occidental a connu une hausse des nouvelles infections de 20%.

Dans le même temps, l’Europe a signalé une augmentation de 11% du nombre de décès dus au Covid-19 et les Amériques ont connu une augmentation de 10% des décès selon l’OMS.

Avec ces disparités notées dans les courbes de la maladie dans le monde, l’OMS estime qu’il n’y a pas de raccourcis. Une façon de rappeler tous ces fondamentaux prônés depuis le début de la pandémie. « L’OMS continue de recommander une approche globale, fondée sur le risque, de mesures sociales et de santé publique éprouvées, en combinaison avec une vaccination équitable », a réitéré le Dr Tedros.

La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 4.459.381 morts dans le monde, selon un bilan établi vendredi par l’OMS. Plus de 213.752.662 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l’épidémie.

A la date du mercredi 25 août 2021, un total de 4.953.887.422 doses de vaccin ont été administrées dans le monde, notamment dans les pays riches. Dans de nombreuses régions du monde, la couverture vaccinale est encore inférieure à 2%.

Cette iniquité vaccinale est « inacceptable »

« Cette situation est inacceptable », fustigé le chef de l’OMS, réitérant son appel pour « un moratoire mondial sur les doses de rappel, au moins jusqu’à la fin du mois de septembre ». « Notre objectif de 10% est encore réalisable, mais seulement si tous les États membres travaillent ensemble de manière solidaire », a-t-il fait remarquer.

En continuant à s’opposer à l’injection d’une 3e dose, l’OMS entend ainsi rappeler ces « objectifs mondiaux », qui consistent à « aider chaque pays à vacciner au moins 10 % de sa population d’ici la fin septembre, au moins 40% d’ici la fin de l’année et 70% de la population mondiale d’ici le milieu de l’année prochaine ».

« Nous faisons des progrès », a poursuivi le Dr Tedros, relevant qu’à l’échelle mondiale, « 140 pays ont vacciné au moins 10% de leur population ». En attendant, l’Agence sanitaire mondiale de l’ONU travaille directement avec l’industrie pharmaceutique, les pays à fort taux de vaccination et les pays producteurs, « pour résoudre ce problème ».

L’OMS espère que d’ici la fin de l’année le volume de vaccins augmentera considérablement. « Il est donc crucial que tous les pays intensifient leurs préparatifs pour déployer les vaccins », a-t-il ajouté.

Pour un passeport vaccinal numérique universellement lisible

S’agissant du passeport vaccinal (« pass sanitaire »), l’OMS a lancé des orientations sur la documentation numérique des certificats Covid-19. L’objectif est de soutenir les États membres dans leurs efforts pour « adopter une documentation numérique universellement lisible pour le statut vaccinal ».

Selon l’OMS, de nombreux États membres et certaines entreprises privées ont commencé à délivrer des documents confirmant le statut vaccinal du Covid-19 ces derniers mois. Or selon l’agence onusienne, ces certificats sont délivrés dans plusieurs formats différents, y compris numériques.

« Ce méli-mélo international de documents menace de saper la confiance dans la certification des vaccins et son efficacité, et présente des risques pour la santé publique », a souligné le Dr Tedros, tout en relevant que l’OMS ne recommande pas toutefois d’exiger une preuve des certificats de vaccination pour les voyages internationaux. « Mais ceux-ci peuvent être utilisés pour faciliter la levée des mesures de santé publique et sociales liées aux voyages internationaux, telles que les exigences en matière de tests et de quarantaine », a conclu le chef de l’OMS.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.