Iraq : l’envoyée de l’ONU insiste sur l’importance d’élections crédibles le 10 octobre

25 août 2021

Alors que les élections prévues en Iraq le 10 octobre approchent rapidement, l’envoyée de l’ONU dans ce pays a souligné mercredi devant le Conseil de sécurité combien un scrutin crédible était crucial pour cette jeune démocratie.

« Il est temps de reconnaître que la crédibilité de ces élections en octobre s'avérera essentielle pour l'avenir de l'Iraq », a déclaré Jeanine Hennis-Plasschaert, cheffe de la Mission d’assistance des Nations Unies pour l’Iraq (MANUI), devant les membres du Conseil. 

« Je ne peux que souligner que la responsabilité du succès des prochaines élections incombe aux parties prenantes et aux autorités iraquiennes. Et aussi la responsabilité de ce qui va suivre : la formation d'un nouveau gouvernement, capable - rapidement et efficacement - de s'occuper de la longue liste des questions intérieures non résolues de l'Iraq », a-t-elle ajouté. « L'Iraq a désespérément besoin de réformes structurelles profondes. Et de telles réformes demandent une détermination inébranlable, une immense patience et beaucoup de temps ».

« Je ne peux que souligner l'importance d'élections crédibles pour l'avenir de la jeune démocratie iraquienne », a-t-elle insisté.

Jeanine Hennis-Plasschaert, cheffe de la Mission d'assistance des Nations Unies pour l'Iraq (MANUI) devant le Conseil de sécurité (photo d'archives).
Photo ONU/Eskinder Debebe
Jeanine Hennis-Plasschaert, cheffe de la Mission d'assistance des Nations Unies pour l'Iraq (MANUI) devant le Conseil de sécurité (photo d'archives).

L'ONU salue le travail de la commission électorale

Mme Hennis-Plasschaert s’est félicitée du travail effectué par la Haute commission électorale indépendante (IHEC) pour préparer ces élections.

« Ces derniers mois, l'IHEC a franchi plusieurs étapes complexes. Et, bien entendu, la MANUI a fourni - et continue de fournir - une assistance technique partout où elle le peut. À noter : cinq fois plus de personnel de l'ONU sont actuellement impliqués que lors des élections de 2018 », a-t-elle souligné.

Elle a aussi noté avec satisfaction que :

  • Les listes de candidats ont été finalisées ;
  • Un tirage au sort a été organisé pour les 83 circonscriptions ;
  • L'impression des bulletins de vote est en cours, tous les bulletins de vote étant attendus dans le pays d'ici la mi-septembre ;
  • Les systèmes informatiques de vote et de gestion des résultats font l'objet d'une revue par un cabinet d'audit indépendant ; 
  • Deux des trois simulations prévues le jour du scrutin ont déjà été menées ; 
  • Le recrutement du personnel électoral est en cours et la formation du personnel électoral a également commencé.

L’envoyée de l’ONU a félicité «  l'IHEC non seulement pour son dévouement mais aussi pour sa transformation ». Selon elle, jeter le doute sur la capacité de l'IHEC à fonctionner risque d'éroder davantage la confiance des électeurs.

Elle a ajouté qu’en parallèle, les préparatifs d’observation du scrutin par l'ONU avancent rapidement. La plupart des membres de l'équipe préparatoire ont été engagés et sont en train d’être déployés à Bagdad. Ils seront bientôt suivis par les équipes régionales, attendues sur le terrain la 1ère semaine de septembre. Et ces équipes régionales ouvriront la voie à l'arrivée d'experts.

Lutter contre la désinformation

Parallèlement, la MANUI a intensifié ses efforts de communication stratégique visant à informer les électeurs iraquiens sur les préparatifs des élections et les activités connexes de l'ONU, en partageant des faits et des chiffres, en s'attaquant à la désinformation et en gérant les attentes du public.

« On nous demande souvent : ces élections d'octobre seront-elles différentes des élections de 2018 ? », a dit Mme Hennis-Plasschaert.

« En réponse, je ne peux que souligner les faits. Le fait est que l'IHEC applique les leçons apprises des élections précédentes. Le fait est que des changements importants pour améliorer les processus électoraux et les préparatifs pour le jour du vote sont en cours », a-t-elle ajouté. « En d'autres termes : les élections d'octobre ont clairement le potentiel d'être différentes des élections de 2018 ».

Cependant, elle a estimé que des élections réussies ne sont pas, et ne peuvent pas être, la seule responsabilité de l'IHEC. Elle a appelé toutes les parties prenantes (y compris les responsables gouvernementaux, les partis, les candidats, les forces politiques, les organisations de la société civile, les médias et les électeurs) « à s'engager pour des élections transparentes et crédibles - en paroles et en actes ».

Elle a également appelé tous les médias à fournir « des informations précises, fiables et opportunes au peuple iraquien », au lieu d'alimenter de fausses perceptions.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.