L’ONU témoigne sa solidarité aux victimes et aux personnes rescapées d’actes terroristes

20 août 2021

A la veille de la Journée internationale du souvenir, en hommage aux victimes du terrorisme, les Nations Unies ont témoigné leur solidarité à toutes les victimes et à toutes les personnes rescapées d’actes terroristes, afin de les aider à surmonter leur traumatisme et de leur redonner espoir.

Une commémoration de cette journée a été organisée vendredi par l'Assemblée générale des Nations Unies, qui a mis l’accent sur le soutien psychologique et psychosocial et la protection des victimes du terrorisme.

« Nous exprimons notre solidarité à celles et ceux dont les proches ont été tués et qui continuent de souffrir tant sur le plan physique que psychologique, ainsi qu’aux populations et aux sociétés marquées à jamais par des actes de terrorisme », a dit le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres dans un message.

« Nous témoignons notre soutien aux personnes rescapées en les écoutant et en nous faisant leur porte-voix, en défendant leurs droits, ainsi qu’en leur fournissant l’appui et l’accès à la justice qui leur sont dus, et en faisant en sorte qu’elles soient traitées avec la dignité qu’elles méritent », a-t-il ajouté. 

Alors que les célébrations cette année mettent l’accent sur le lien social, le chef de l’ONU a rappelé qu’il s’agissait d’un lien « d’autant plus important dans le contexte de la pandémie, qui continue de restreindre les déplacements, de limiter les occasions de voir nos proches et de priver les personnes rescapées de la possibilité de se réunir pour s’épauler mutuellement ».

Selon lui, « ces liens peuvent être de puissants agents de guérison, car ils aident les personnes rescapées d’actes terroristes à travers le monde à se sentir entendues, vues et moins seules ». « Les contacts noués entre ces personnes, les associations de victimes, la société civile et les États membres jouent eux aussi un rôle essentiel pour ce qui est de mieux défendre les droits des victimes et de mieux répondre à leurs besoins, aujourd’hui et demain », a-t-il ajouté.

Il s’est dit impatient de voir comment il sera possible de continuer d’œuvrer en ce sens à l’occasion du tout premier Congrès mondial des victimes du terrorisme, qui est prévu en 2022.

Le quartier de Faj Attan au Yémen est régulièrement frappé par des attaques aériennes. La plupart de la population est partie.
Photo OCHA/Charlotte Cans
Le quartier de Faj Attan au Yémen est régulièrement frappé par des attaques aériennes. La plupart de la population est partie.

Attentats du 11 septembre 2001

La commémoration organisée par l’Assemblée générale des Nations Unies intervient cette année dans le contexte du 20ème anniversaire des attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis.

« Depuis lors, nous avons vu le terrorisme prendre des formes nouvelles et auparavant impensables, tuant et mutilant des milliers d'autres personnes dans le monde, détruisant des familles et bouleversant des sociétés. L'extrémisme religieux et politique violent, la xénophobie et le racisme ont encore aggravé le bilan », a dit le Secrétaire général lors de cette commémoration.

Actuellement, la pandémie de Covid-19, qui restreint les déplacements et limite la capacité à voir ses proches, a exacerbé, pour de nombreuses victimes, le sentiment d'isolement et les a privées des ressources essentielles nécessaires à leur réadaptation, a-t-il noté.

« Aujourd'hui, nous disons à toutes les victimes et survivants du terrorisme : vous n'êtes pas seuls. Nous reconnaissons votre douleur et les avantages inestimables du soutien, des soins et de la connexion pour votre santé et votre bien-être mental et physique », a ajouté M. Guterres.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.