Haïti : le séisme a causé d'importants dégâts dans les écoles, la rentrée se complique (UNICEF)

18 août 2021

Trois semaines seulement avant la rentrée scolaire, les évaluations préliminaires menées par l'UNICEF et les autorités haïtiennes dans l'un des trois départements les plus durement touchés au cours des derniers jours par le tremblement de terre et par la dépression tropicale Grace, ont révélé des « destructions importantes » dans les écoles.

« Il sera extrêmement difficile pour les parents, les enseignants et le gouvernement de ramener les enfants en toute sécurité à l'école dans seulement trois semaines, lorsque les écoles rouvriront le 7 septembre », a déclaré le Représentant de l'UNICEF en Haïti, Bruno Maes, après avoir visité une école endommagée à Mazenod, près des Cayes, aux côtés de la Ministre de l’éducation haïtienne, Marie Lucie Joseph. 

« Mais il est tellement crucial pour les enfants qui viennent de vivre cette expérience traumatisante du tremblement de terre et des conditions météorologiques extrêmes, de retrouver la normalité et la stabilité d'être dans une classe avec leurs amis et leurs enseignants », a affirmé M. Maes.

Le bilan s’alourdit

Selon l’UNICEF les premières estimations montrent que 94 des 255 écoles du département du Sud sont complètement détruites ou ont subi des dommages partiels.

Des évaluations doivent encore avoir lieu dans les départements de Nippes et de Grand'Anse, ainsi que dans d'autres communautés où les dégâs n'ont pas encore été évalués.

Le bilan officiel des morts et des destructions ne cesse de s'alourdir. À la fin de la journée de mardi, au moins 1.941 personnes ont été tuées et plus de 9.900 blessées. 

Plus de 115.000 maisons ont été endommagées ou détruites, et près de 580.000 personnes, soit environ 40% de la population des trois départements, ont besoin d'une aide d'urgence.

Bruno Maes, représentant de l'UNICEF, et Marie Lucie Joseph, ministre de l'éducation, évaluent les dommages causés au Collège Mazenod à Camp-Perrin, Les Cayes, Haïti.
© UNICEF/George Harry Rouzier
Bruno Maes, représentant de l'UNICEF, et Marie Lucie Joseph, ministre de l'éducation, évaluent les dommages causés au Collège Mazenod à Camp-Perrin, Les Cayes, Haïti.

Remettre les enfants dans les salles de classe 

Cette nouvelle calamité vient s'ajouter à deux années au cours desquelles les enfants ont été privés d'école pendant plusieurs mois en raison de problèmes politiques ou de sécurité et de la pandémie de Covid-19, a déclaré M. Maes.

« Les enfants d'Haïti ont besoin de solidarité et de soutien. Les parents et les enseignants qui ont tout perdu auront besoin de soutien. Et nous aurons besoin de ressources pour reconstruire certaines écoles, en réhabiliter d'autres, équiper les classes de bureaux, les enseignants et les élèves de kits pédagogiques et scolaires », a-t-il expliqué.

Selon lui, remettre les enfants dans les salles de classe est peut-être le meilleur moyen de s'assurer qu'ils pourront se rétablir, ainsi que leurs familles et leurs communautés.

L'UNICEF envoie en urgence des fournitures vitales, notamment des médicaments, de l'eau potable, du matériel d'hygiène et d'assainissement et des bâches, dans les zones touchées, alors même que les inondations et les coulées de boue entravent les opérations de secours.

Le Fonds estime qu'il lui faudra 15 millions de dollars pour répondre aux besoins les plus urgents d'au moins 385.000 personnes, dont 167.000 enfants de moins de cinq ans, pendant une période de huit semaines. Il signale toutefois que ce besoin initial de financement sera revu et ajusté dans les semaines à venir, à mesure que l'impact sur les enfants et les familles se précisera.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.