Côte d’Ivoire : début de la vaccination contre Ebola pour les personnes à haut risque

17 août 2021

La Côte d’Ivoire a lancé lundi à Abidjan la vaccination contre Ebola des populations à haut risque, parmi lesquelles les travailleurs de la santé en première ligne et les contacts du cas confirmé.

« Le vaccin contre Ebola est un outil essentiel dans la lutte contre le virus et la priorité absolue est donc d’agir rapidement et de commencer à protéger les personnes à haut risque face à la maladie », a déclaré la Dre Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l’Afrique.

« La vitesse à laquelle la Côte d’Ivoire a accéléré la vaccination est remarquable et montre qu’avec une solidarité sous-régionale efficace, nous pouvons rapidement prendre des mesures pour étouffer des infections mortelles qui peuvent potentiellement devenir de grandes épidémies », a-t-elle ajouté.

Après l’apparition d’un premier cas le 14 août, la Côte d’Ivoire a pu, en à peine deux jours, commencer la vaccination avec le vaccin rVSV-ZEBOV contre Ebola fabriqué par Merck car les doses que l’OMS a contribué à obtenir pour lutter contre une précédente épidémie de quatre mois en Guinée ont été promptement envoyées par la Guinée à la Côte d’Ivoire.

Le déploiement du vaccin depuis la Guinée concernait 2.000 vaccins de Merck qui ont été utilisés dans le cadre d’une « stratégie en ceinture » consistant à vacciner les personnes qui ont été en contact avec un patient atteint d’Ebola, ainsi que les intervenants et soignants en première ligne.

De plus, la Guinée a envoyé environ 3.000 doses de vaccins fabriqués par Johnson & Johnson, qui ont été utilisées pour renforcer la vaccination dans les zones ne connaissant pas de transmission active.

La Guinée a également déployé cinq experts de la vaccination et fourni des traitements par anticorps monoclonaux à la Côte d’Ivoire, qui a déclaré une épidémie après avoir confirmé la présence du virus Ebola chez une patiente qui a voyagé par la route jusqu’à Abidjan depuis la Guinée. La patiente suit actuellement un traitement dans un hôpital d’Abidjan. Un traitement précoce efficace, qui existe, et des soins de soutien peuvent considérablement améliorer les chances de survie à la maladie à virus Ebola.

Un cas confirmé, un cas suspect et neuf cas contacts

En plus du cas confirmé, un cas suspect et neuf cas contacts ont été identifiés et sont suivis. Aucun décès n’a été enregistré. Il n’existe pas encore d’indication que l’actuelle épidémie en Côte d’Ivoire est liée à celle qui a eu lieu en Guinée.

Afin de soutenir les efforts de la Côte d’Ivoire pour contrôler cette épidémie – la première depuis 1994 – l’OMS déploie des experts qui rejoindront leurs homologues basés dans le pays pour renforcer la prévention et le contrôle des infections, le diagnostic, le suivi des cas contact, le traitement, la mobilisation communautaire et la surveillance transfrontalière. L’OMS évalue également si davantage de vaccins seront nécessaires pour endiguer la maladie.

En Guinée, les autorités sanitaires renforcent la surveillance, mènent davantage d’enquêtes, identifient les cas contacts pour anticiper la vaccination et préparent un centre de traitement d’Ebola.

Depuis la déclaration de l’épidémie d’Ebola en Guinée plus tôt cette année, l’OMS a soutenu six pays, dont la Côte d’Ivoire, dans la préparation à une éventuelle épidémie. Cela inclut un soutien à la surveillance de la maladie, aux contrôles aux points de passage des frontières et au sein des communautés à haut risque, ainsi qu’à la mise en place d’équipes de riposte rapide, à l’amélioration des capacités de dépistage et de traitement, et au renforcement de la sensibilisation et de la collaboration communautaire.

L’épidémie en Côte d’Ivoire est la troisième sur le continent cette année après celles observées en République démocratique du Congo et en Guinée.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.