Beyrouth : un an après, il importe de défendre les droits des victimes, estime Michelle Bachelet

4 août 2021

Un an après les explosions dévastatrices dans le port de Beyrouth et alors que le pays connait une crise économique, politique et sanitaire due à la Covid-19, la Haut-Commissaire aux droits de l’homme exhorte les responsables libanais à défendre les droits des victimes et à rendre des comptes.

« Un nombre effarant de familles ont toujours besoin d'aide. Depuis lors, le pays est en chute libre, aux prises avec une triple crise : économique, politique et sanitaire due à la pandémie de Covid-19 », a déclaré Marta Hurtado, la porte-parole de Michelle Bachelet.

« Au départ, il y avait un puissant esprit de solidarité nationale, car tous les éléments de la société se sont unis pour réagir et le gouvernement a engagé des procédures judiciaires. Mais douze mois plus tard, les victimes et leurs proches se battent toujours pour la justice et la vérité », a-t-elle ajouté lors d’un point de presse à Genève.

Pour la cheffe des droits de l’homme, les enquêtes semblent être au point mort, dans un manque inquiétant de transparence et de responsabilité.

Les victimes et leurs proches se battent toujours pour la justice et la vérité - Michelle Bachelet, Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme

Une déclaration qui fait écho à la préoccupation exprimée mardi par plusieurs agences des Nations Unies sur la situation précaire dans laquelle se trouvent de nombreuses familles dans le pays.

Une étude du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) montre, par exemple, que les besoins des enfants et des familles touchés restent aigus.

Les explosions ont détruit de larges pans de Beyrouth. Plus de 200 personnes ont été tuées, dont six enfants, tandis que plus de 6 500 personnes, dont 1 000 enfants, ont été blessées. Elles ont laissé des dizaines de milliers de personnes sans emploi, qui ont maintenant du mal à nourrir leur famille et à fournir les soins médicaux dont leurs enfants ont besoin.

Rendre des comptes

« La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme a également demandé que des comptes soient rendus sur la crise qui s'aggrave au Liban depuis les explosions », a déclaré Marta Hurtado, la porte-parole de Michelle Bachelet.

« Michelle Bachelet a souligné l'urgence pour le gouvernement de garantir une enquête transparente, efficace, approfondie et impartiale sur l'incident, a déclaré la porte-parole.

Marta Hurtado a ajouté que la Haut-Commissaire a exhorté les autorités à faire respecter le droit des victimes à un recours effectif et à une réparation.

« Une victime, qui a perdu son mari, son frère et son cousin dans l'explosion, a déclaré qu'elle continuerait à chercher la vérité jusqu'à son dernier souffle. Les autorités doivent poursuivre les enquêtes avec la même vigueur », a-t-elle conclu.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.