Commémoration de l'Holocauste des Roms : un expert de l'ONU exhorte les gouvernements à réprimer les discours et les crimes haineux

1 août 2021

Les Roms du monde entier ne doivent pas devenir les boucs émissaires des politiciens, ni être diabolisés et pris pour cible sur les médias sociaux, a déclaré à l’occasion de la Journée de commémoration de l'Holocauste des Roms, le Rapporteur spécial des Nations Unies sur les questions relatives aux minorités, Fernand de Varennes.

« Les États doivent faire davantage pour lutter de manière proactive contre les signes croissants d'intolérance et d'attaques contre les Roms et les autres minorités, en particulier les crimes de haine et les attaques sur les médias sociaux », a affirmé l’expert onusien.

Près de 80 après le génocide, toujours victimes de discours de haine

M. de Varennes a qualifié de « tragique » le fait que près de 80 ans après le génocide des Roms pendant la Seconde Guerre mondiale, les minorités - en particulier les Roms en Europe et dans d'autres parties du monde - sont de plus en plus victimes de discours haineux et soient prises pour cible par des politiciens et d'autres personnes.

« Nous avons vu ce qui s'est passé lorsque les membres de la minorité juive dans l'Allemagne nazie ont été dépeints comme étrangers et antagonistes à la nation et aux valeurs et à la culture allemandes », a-t-il averti.

« Aujourd'hui, les Roms sont à nouveau confrontés au même type de rhétorique de division », a déploré le Rapporteur.

S’attaquer à l'exclusion et à la discrimination

M. de Varennes a appelé à une plus grande sensibilisation du public à l'holocauste des Roms et a déclaré que les États devaient s'attaquer à l'exclusion et à la discrimination dont sont victimes trop de Roms aujourd'hui.

Ils doivent également s'attaquer aux crimes de haine en Europe et aux niveaux élevés de discours haineux diabolisant les Roms sur les médias sociaux, a-t-il affirmé.

La Journée de commémoration de l'Holocauste des Roms, le 2 août, marque la nuit de 1944 où environ 3.000 enfants, femmes et hommes roms du « camp familial tsigane » d'Auschwitz-Birkenau ont été assassinés dans les chambres à gaz. Elle commémore toutes les victimes du génocide des Roms perpétré par l'Allemagne nazie et ses alliés pendant la Seconde Guerre mondiale. Bien que les chiffres exacts soient incertains, entre 25 et 50 % des 1 million à 1,5 million de Roms d'Europe ont probablement été exterminés.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.