Le Rapport mondial de l'UIP sur l'e-#parlement révèle le rôle de catalyseur joué par la #COVID19 pour les parlements, dont un grand nombre se modernisent en adoptant les nouvelles technologies.

Covid-19 : la pandémie a accéléré la modernisation des parlements (UIP)

©UIP 2021
Le Rapport mondial de l'UIP sur l'e-#parlement révèle le rôle de catalyseur joué par la #COVID19 pour les parlements, dont un grand nombre se modernisent en adoptant les nouvelles technologies.

Covid-19 : la pandémie a accéléré la modernisation des parlements (UIP)

Droits de l'homme

La pandémie de Covid-19 a joué un rôle de catalyseur pour les parlements, incitant un grand nombre à se moderniser en adoptant les nouvelles technologies et à se rapprocher ainsi des citoyens qu'ils représentent, selon le dernier rapport mondial de l’Union interparlementaire sur l’e-parlement publié cette semaine.

« La pandémie a fait vaciller les idéaux et les pratiques démocratiques, qui ont de nouveau donné la preuve de leur extraordinaire résilience. Les parlements ont dû s'adapter à une situation évoluant rapidement, ne serait-ce que pour continuer à fonctionner », a expliqué le Secrétaire général de l'UIP, Martin Chungong.

Le rapport présente le résultat d'une enquête menée entre 2018 et 2020 auprès de 116 chambres parlementaires dans 91 pays et de groupes de discussion ayant rassemblé 49 parlements.  Il fait suite à la Conférence mondiale 2021 de l'UIP sur l'e-parlement du mois de juin, au cours de laquelle plus de 650 parlementaires et membres du personnel parlementaire du monde entier se sont réunis pour échanger leurs bonnes pratiques et débattre des enseignements tirés de la pandémie.

L’étude détaille l'expérience vécue par l'ensemble des parlements ces dernières années et contient non seulement des dizaines d’exemples illustrant la façon dont les parlements se sont adaptés, mais aussi comment ils se sont transformés pour être en mesure de mieux servir les citoyens.

Covid-19, agent catalyseur

Plus d'une année après le début de la pandémie, le nouveau rapport de l'UIP fait état de la transformation culturelle radicale par laquelle sont passés les parlements, contraints d'innover et de trouver des solutions nouvelles pour continuer à fonctionner.

Tweet URL

A l’instar des parlements du Brésil, de l'Espagne et du Chili qui ont été parmi les premiers à adopter les outils numériques dès le début de la pandémie pour organiser des réunions à distance.

Les règlements et procédures parlementaires ont dû être amendés pour permettre le télétravail, l'adoption de formules de travail plus souples, ainsi que le vote à distance.

Entre 2018 et 2020, le recours aux visioconférences a connu une hausse spectaculaire de 72 pour cent.  Ainsi, fin 2020, 65 pour cent des parlements consultés dans le cadre du rapport avaient organisé des réunions de commission en ligne ou hybrides et 33 pour cent une plénière en ligne ou hybride.

Renforcement du lien avec les citoyens

Le travail à distance se révèle aussi propice à la participation du public, les parlementaires passant davantage de temps auprès de leurs électeurs, souligne l’organisation mondiale des parlements.

Le rapport souligne le fait que les outils numériques sont désormais mieux acceptés par les parlements car ils leur permettent de se rapprocher des citoyens.

Le recours aux outils en ligne pour communiquer avec les électeurs ne cesse de croître. 
Entre 2018 et 2020, 81 pour cent des parlements ont été concernés par cette hausse.

Les réseaux sociaux sont aujourd'hui utilisés par 76 pour cent des parlements et 56 pour cent des parlementaires.

L'utilisation par les parlementaires d'applications de messagerie instantanée pour dialoguer avec les électeurs continue également à se développer, passant de 14 pour cent en 2016 à 39 pour cent en 2020.

La volonté d'informer les électeurs des questions politiques et des lois à l'étude (pour 70 pour cent) et le souhait que le peuple participe plus directement au processus politique (pour 69 pour cent), ont été les deux priorités citées par les parlementaires quant à leur recours à de tels outils numériques.

Qu'est-ce qu'un e-parlement ?

La définition d'un e-parlement a beaucoup évolué depuis le premier rapport de l'UIP sur la question en 2008. 
Au-delà de la technologie, la nouvelle définition de l'e-parlement inclut la gouvernance, la transformation et l'efficacité.

Un e-parlement met la technologie, la connaissance et les normes au cœur de ses processus opérationnels et incarne les valeurs de la collaboration, de l'inclusion, de la participation et de l'ouverture au peuple.
Le rapport de l'UIP contient également un certain nombre de recommandations visant à inciter les parlements à poursuivre la modernisation de leurs activités de base.

Celles-ci comprennent la nécessité d'amender en permanence la réglementation afin de réussir à fonctionner avec fluidité et d'assurer la continuité de la participation des parlementaires et du public, notamment dans les commissions ; la consolidation de formules de travail souples pour le personnel et les parlementaires ; ainsi que la promotion de la collaboration interparlementaire dans le but d'accélérer l'innovation et de développer le soutien mutuel entre les parlements.

L’UIP vous propose de découvrir comment les parlements du monde entier innovent en consultant leur liste de vidéos à ce sujet.