Cuba : la cheffe des droits de l’homme de l’ONU appelle au dialogue et à la libération des manifestants détenus

16 juillet 2021

Alors que de nombreux manifestants seraient détenus à Cuba depuis dimanche, dont certains au secret, la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, a appelé vendredi à la libération rapide de tous ceux qui ont été détenus pour avoir exercé leur droit à la liberté de réunion pacifique ou à la liberté d'opinion et d'expression.

« Je suis très préoccupée par l'usage présumé d'une force excessive contre des manifestants à Cuba et l'arrestation d'un grand nombre de personnes, dont plusieurs journalistes », a déclaré Mme Bachelet dans un communiqué de presse.

« Il est particulièrement inquiétant qu'il s'agisse de personnes qui seraient détenues au secret et de personnes dont on ignore où elles se trouvent. Toutes les personnes détenues pour avoir exercé leurs droits doivent être rapidement libérées », a-t-elle ajouté.

Demande d’enquête sur la mort d’un manifestant

La cheffe des droits de l’homme de l’ONU a regretté profondément la mort d'un manifestant dans le contexte des manifestations à La Havane, la capitale du pays des Caraïbes. Selon elle, il est important qu'il y ait « une enquête indépendante, transparente et efficace, et que les responsables rendent des comptes ».

Les manifestations à Cuba se déroulent dans un contexte économique difficile. Les manifestants ont exigé la levée des mesures économiques qui ont restreint l'accès des personnes aux produits de base, notamment la nourriture, les médicaments et les vaccins contre la Covid-19, a noté le Haut-Commissariat aux droits de l’homme (HCDH).

« J'exhorte le gouvernement à répondre aux doléances des manifestants par le dialogue, et à respecter et protéger pleinement les droits de tous les individus à se réunir pacifiquement et à la liberté d'opinion et d'expression », a déclaré Michelle Bachelet. Elle a également appelé au rétablissement complet de l'accès à l’Internet et aux médias sociaux.

La Haut-Commissaire a réitéré son appel à la levée des sanctions sectorielles unilatérales, compte tenu de leur impact négatif sur les droits de l'homme, y compris le droit à la santé.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.