La crise de la santé mentale chez les enfants amplifiée par la pandémie de Covid-19

11 juillet 2021

La moitié des enfants dans le monde subissent chaque année des violences en ligne et hors ligne, avec des « conséquences dévastatrices et à vie » pour leur santé mentale, prévient l’ONU.

Dans un message vidéo à un événement sur la santé mentale et le bien-être organisé jeudi, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a noté que les services de santé mentale souffraient depuis longtemps de négligence et de sous-investissement, avec « trop peu d'enfants » accédant au services dont ils ont besoin.

 « La pandémie de Covid-19 a amplifié le problème. Des millions d'enfants ne sont pas scolarisés, ce qui augmente leur vulnérabilité à la violence et au stress mental, tandis que les services ont été coupés ou déplacés en ligne », a souligné le chef de l’ONU. « Alors que nous envisageons d'investir dans une reprise solide, le soutien au bien-être mental des enfants doit être une priorité ».

Il a exhorté également les gouvernements à adopter une approche préventive en abordant les déterminants du bien-être mental grâce à une protection sociale solide pour les enfants et les familles. La santé mentale et le soutien psychosocial, ainsi que les approches de soins communautaires, « font partie intégrante de la couverture sanitaire universelle. Ils ne peuvent pas être sa partie oubliée ».

Il a aussi appelé les autorités du monde entier à prendre en compte les points de vue et les expériences vécues des enfants eux-mêmes, exposés à des menaces croissantes en ligne et hors ligne, lors de la formulation de politiques et de stratégies de protection.

« Les enfants jouent un rôle important dans le soutien du bien-être mental de chacun. Ils doivent être responsabilisés dans le cadre de la solution. Travaillons ensemble pour des sociétés durables, centrées sur les personnes et résilientes, où tous les enfants vivent à l'abri de la violence et avec les normes de santé mentale les plus élevées », a-t-il conclu.

La réunion co-organisée avec la Mission permanente de la Belgique auprès des Nations Unies et le Groupe des amis sur la santé mentale et le bien-être, a présenté une vidéo avec des contributions d'enfants de 19 pays qui ont pris des mesures pour se soutenir mutuellement.

Impact dévastateur de la violence sur la santé mentale des enfants

La Représentante spéciale des Nations Unies sur la violence contre les enfants, Maalla M'jid, a souligné l'impact dévastateur de la violence sur la santé mentale des enfants.

« L'exposition à la violence et à d'autres expériences négatives de l'enfance peuvent provoquer des réactions toxiques au stress qui causent des dommages physiologiques et psychologiques immédiats et à long terme », a-t-elle dit. « En plus du coût humain, le coût économique des maladies mentales est important ».

La phase de reprise de la pandémie offre une opportunité aux pays d'investir dans ce domaine, a-t-elle déclaré, soulignant que « nous ne pouvons pas revenir à la normale. Parce que ce qui était ‘normal’ avant la pandémie n'était pas assez bien, les pays ne consacrant en moyenne que 2% de leur budget de santé à la santé mentale ».

« En plus d'investir davantage, nous devons changer notre approche de la santé mentale. S'appuyant sur les leçons de la pandémie, les services de santé mentale et de protection de l'enfance doivent être reconnus comme salvateurs et essentiels. Ils doivent être intégrés à la fois à la préparation aux situations d'urgence et à la planification à plus long terme et les enfants doivent également façonner la conception, la mise en œuvre et l'évaluation des réponses », a-t-elle ajouté.

La réunion a contribué à sensibiliser à l'impact de la violence sur la santé mentale des enfants, à la fois avant et pendant la pandémie de Covid-19.

Des exemples ont été partagés d'approches efficaces pour soutenir la santé mentale des enfants de différentes régions et dans différents contextes ; identifier les étapes nécessaires pour intégrer les meilleures pratiques en matière de santé mentale ; mettre en œuvre les services de protection de l'enfance et de protection sociale pour mieux reconstruire après la pandémie, tout en soutenant la Décennie d'action pour atteindre les Objectifs de développement durable (ODD) d'ici 2030.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.