Développement durable : les leçons tirées de la pandémie aideront à relever les défis actuels et futurs, selon l’ONU

6 juillet 2021

Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires économiques et sociales, Liu Zhenmin, a encouragé mardi les Etats membres à prendre les mesures nécessaires pour réaliser les Objectifs de développement durable (ODD) et concrétiser l’Accord de Paris sur le climat.

« Les ODD restent à portée de main », a dit M. Zhenmin à l’ouverture du Forum politique de haut niveau sur le développement durable, organisé du 6 au 15 juillet par le Département des Nations Unies aux affaires économiques et sociales (DESA).

« Nous sommes à un moment critique de l'histoire de l'humanité. Les décisions que nous prenons et les actions que nous entreprenons aujourd'hui auront des conséquences capitales pour les générations futures. Les leçons tirées de la pandémie nous aideront à relever les défis actuels et futurs », a-t-il ajouté.

Lors de ce forum, 44 pays vont présenter les mesures qu'ils prennent pour faire avancer les objectifs de développement durable. Le forum a pour thème cette année : « Une reprise durable et résiliente après la pandémie de Covid-19 qui promeut les dimensions économiques, sociales et environnementales du développement durable ».

Liu Zhenmin a présenté le nouveau rapport de l’ONU sur l’état des progrès pour atteindre les Objectifs de développement durable. « Dans l'ensemble, ce rapport dresse un tableau inquiétant de l'état des ODD, six ans après l'adoption de l'Agenda 2030 », a-t-il dit. 

Le rapport révèle l’impact dévastateur de la pandémie de Covid-19. La pandémie a stoppé, ou inversé, des années, voire des décennies de progrès en matière de développement. L'extrême pauvreté mondiale a augmenté pour la première fois depuis 1998. En 2020, plus de 100 millions de personnes ont sombré dans l'extrême pauvreté et la faim chronique. Et les perturbations des services de santé essentiels ont menacé des années de progrès dans l'amélioration de la santé maternelle et infantile, l'augmentation de la couverture vaccinale et la réduction des maladies transmissibles et non transmissibles.

Le Secrétaire général adjoint a également noté que malgré un ralentissement économique lié à la pandémie, la crise climatique se poursuit sans relâche. Une réduction temporaire des activités humaines a entraîné une baisse des émissions de gaz à effet de serre. Cependant, les concentrations de gaz à effet de serre ont continué d'augmenter en 2020, atteignant de nouveaux records.

La réponse collective déterminera si la crise de la Covid-19 constitue un signal d'alarme nécessaire

Malgré le tableau inquiétant de l’état des ODD, M. Zhenmain a estimé que le rapport « met également en lumière des histoires de résilience, d'adaptabilité et d'innovation pendant la crise, qui indiquent qu'un avenir meilleur est possible ». Il a noté une immense résilience communautaire, une expansion rapide de la protection sociale, une accélération de la transformation numérique et une collaboration unique pour développer des vaccins et des traitements vitaux en un temps record.

Selon lui, la réponse collective au cours des 18 prochains mois déterminera si la crise de la Covid-19 constitue un signal d'alarme nécessaire. « La communauté mondiale doit avant tout garantir un accès équitable aux vaccins et traitements contre la Covid-19. Il s'agit d'une étape cruciale qui peut véritablement stimuler une décennie d'action », a-t-il dit.

Il a également jugé nécessaire des changements transformationnels et a rappelé que les ODD fournissent la feuille de route.

« Pour remédier aux vulnérabilités exposées par la pandémie, des transformations structurelles sont nécessaires, notamment : le renforcement significatif des systèmes de protection sociale et des services publics ; la hausse des investissements dans la science, la technologie et l'innovation ; le renforcement de la situation financière des pays en développement ; l’investissement dans l'énergie et l'industrie propres ; et le renforcement de la participation des femmes à la prise de décision », a-t-il souligné.

M. Zhenmin a également noté que le rapport démontre que les faiblesses des systèmes de données et d'information représentent un défi supplémentaire et énorme pour les décideurs. Un an après le début de la pandémie, seuls une soixantaine de pays disposent de données sur les taux d'infection et de mortalité à la Covid-19, qui peuvent être ventilées par âge et par sexe, et qui sont accessibles au public.

« Des données opportunes et de haute qualité sont plus essentielles que jamais. Les décideurs doivent traiter les données comme un atout stratégique et une priorité pour mieux reconstruire. Un financement accru des données à partir de ressources internationales et nationales est essentiel », a-t-il estimé.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.