Syrie : Guterres appelle le Conseil de sécurité à continuer d’autoriser les livraisons transfrontalières d’aide

23 juin 2021

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a appelé mercredi le Conseil de sécurité à prolonger pour une période d’un an son autorisation de livraisons transfrontalières d’aide humanitaire en Syrie.

Lors d’une intervention par visioconférence, le chef de l’ONU a noté devant les membres du Conseil que la situation était particulièrement difficile dans le nord-ouest, où plus de 70% de la population de cette région ont besoin d’une aide humanitaire pour survivre.

« Il est absolument essentiel de maintenir et d'augmenter notre niveau de soutien », a-t-il dit, insistant sur la nécessité de maintenir et de développer l’accès humanitaire, notamment les opérations transfrontalières et celles à travers les lignes de front.

« Nous discutons avec la Turquie et les groupes qui contrôlent la région et j’espère fortement qu'il sera possible de commencer des opérations à travers les lignes de front bientôt », a-t-il dit, tout en soulignant qu’elles ne seront jamais en mesure de remplacer l'assistance transfrontalière aux niveaux actuels.

Dans le nord-est de la Syrie, la situation est devenue plus difficile depuis la fermeture des opérations transfrontalières l'an dernier.

Dans le nord-ouest du pays, au cours des douze derniers mois, plus de 1.000 camions sont passés chaque mois par un seul point de passage. « Chaque étape de la livraison est scrupuleusement surveillée par des personnes sur le terrain pour s'assurer que cette aide n'est pas détournée et atteint ses bénéficiaires envisagés », a dit le Secrétaire général.

Dans ce contexte, il a encouragé les membres du Conseil à arriver à un consensus permettant aux opérations transfrontalières de continuer pendant une autre année.

« Un non-prolongement de l'autorisation du Conseil aurait des conséquences dévastatrices », a-t-il prévenu.

Une crise humanitaire de grande ampleur

Pour appuyer son propos, le Secrétaire général a donné quelques chiffres concernant l’ampleur de la crise humanitaire en Syrie : 13,4 millions de personnes ont besoin d'une assistance humanitaire, 12,4 millions de personnes sont en situation d’insécurité alimentaire, et le produit intérieur brut a chuté de 60% depuis 2011.

« Les gens s'adaptent en réduisant la taille des repas (…) La crise économique est maintenant aggravée par la sécheresse », a souligné M. Guterres, notant également que la pandémie de Covid-19 continue de se propager dans le pays, avec des taux de transmission élevés.

S’agissant du financement des opérations humanitaires des Nations Unies, le chef de l’ONU a rappelé qu’il y a besoin de 4,2 milliards de dollars pour les activités en Syrie et 5,8 milliards de dollars pour aider les réfugiés syriens dans la région.

Mais à ce jour, seulement 636 millions de dollars ont été enregistrés pour la réponse en Syrie et 600 millions de dollars pour la réponse régionale. « C'est une fraction de ce qui est nécessaire. Je fais appel aux donateurs pour intensifier l'assistance et aider à renforcer la résilience pour faire face à ces énormes défis », a dit le Secrétaire général.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.