Somalie : les inondations ont fait près de 25 morts dont neuf enfants (OCHA)

11 mai 2021

Au moins 25 personnes ont péri dans des inondations et crues soudaines provoquées par des pluies torrentielles dans différentes parties de la Somalie, a annoncé, mardi, le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA).

« Parmi les victimes, les neuf enfants sont morts après l’inondation de leur maison dans la région de Banadir, qui abrite la capitale Mogadiscio, le 7 mai », a déclaré Jens Laerke, porte-parole d’OCHA, lors d’un point de presse au Palais des Nations à Genève.

Les organismes humanitaires sont particulièrement préoccupés par la situation de Belet Weyne, dans la région de Hiiran, qui pourrait connaître « des niveaux d’inondation sans précédent dans les prochaines 24 à 48 heures ».

En outre, le fleuve Juba est sorti de son lit, des maisons ont été emportées et le bétail a péri. Des inondations sont également signalées dans le nord du pays ainsi que des alertes continues aux crues soudaines dans toute la Somalie, en particulier pour les personnes vivant dans les zones basses.

« Dans les zones inondées, les communautés locales s’efforcent d’empêcher de nouvelles inondations en plaçant des sacs de sable, des poteaux et d’autres matériaux pour renforcer les berges », a détaillé le porte-parole d’OCHA.

La Somalie est actuellement frappée par une double catastrophe climatique. Avant ces récentes pluies torrentielles ayant provoqué des inondations fluviales et des crues soudaines, une sécheresse a été déclarée le 25 avril dernier. Plus de 80 % du pays est ainsi confrontée à des conditions de sécheresse modérée à sévère lorsque les pluies de Gu ont commencé dans certaines régions de Somalie fin avril et début mai.

12 sécheresses et 19 inondations en 31 ans

Mais les pluies sont arrivées trop tard pour la saison des semis, exacerbant les problèmes de sécurité alimentaire déjà importants. Et là où les pluies sont tombées, elles ont été excessives. Or l’impact combiné de la sécheresse et des inondations risque d’exacerber « la situation déjà critique de la sécurité alimentaire en Somalie, où plus de 2,7 millions de personnes devraient être en situation d’insécurité alimentaire ».

« Les deux chocs climatiques provoquent des déplacements, compromettent l’accès à l’eau potable, augmentent les maladies d’origine hydrique et ont un impact sur les moyens de subsistance des populations », a fait remarquer M. Laerke.

Plus largement, le pays a connu plus de 30 risques liés au climat depuis 1990, dont 12 sécheresses et 19 inondations, soit trois fois plus que le nombre de risques liés au climat enregistrés entre 1970 et 1990.

Avec les fonds limités disponibles, l’ONU et ses partenaires ont intensifié leurs interventions dans les zones touchées par la sécheresse, et ont apporté leur aide à au moins 353.000 personnes. Des efforts urgents sont également en cours pour répondre aux inondations soudaines. 

Malgré l’augmentation des besoins humanitaires, les prévisions de financement pour cette année sont les pires depuis six ans. Le plan de réponse humanitaire pour la Somalie de 2021 requiert 1 milliard de dollars pour aider quatre millions de personnes. À ce jour, le plan n’est financé qu’à hauteur de 19%.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Somalie : les combats déplacent jusqu’à 100.000 personnes à Mogadiscio (ONU)

Entre 60.000 et 100.000 personnes ont été forcées de fuir leurs maisons à Mogadiscio, à la suite de la flambée de violence du 25 avril, a annoncé mercredi le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA).