Covid-19 : les décès et les hospitalisations ralentissent au Brésil qui compte plus de 400.000 morts (OMS)

30 avril 2021

Alors que le Brésil a franchi le cap des 400.000 morts liés au nouveau coronavirus, les hospitalisations et les décès dus ont commencé à diminuer, après quatre semaines de baisse des infections dans ce pays d’Amérique du Sud, a déclaré vendredi l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

« Les cas ont maintenant diminué pendant quatre semaines consécutives, et les hospitalisations et les décès sont également en baisse. C’est une bonne nouvelle et nous espérons que cette tendance se poursuivra », a déclaré le Directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d’un point de presse virtuel depuis Genève, aux côtés du Dr Marcelo Queiroga, Ministre brésilien de la Santé. 

Le chef de l’OMS a néanmoins décrit « une situation grave » au Brésil, qui est devenu cette semaine le deuxième pays à dépasser les 400.000 décès dus au coronavirus et le deuxième pays le plus endeuillé au monde derrière les États-Unis. 

Aucun pays ne peut se permettre de relâcher la vigilance 

Dans son diagnostic, il a rappelé que depuis le début du mois de novembre, le Brésil traverse « une crise aiguë, avec une hausse des cas de Covid-19, des hospitalisations et des décès, notamment chez les jeunes ».

« Au cours du mois d’avril, les unités de soins intensifs ont fonctionné en plein régime dans tout le pays », a précisé le Dr Tedros.
Ces données interviennent alors qu’au cours des deux dernières semaines, « une grande partie de l’attention du monde s’est concentrée sur l’Inde ».

Bien que New Dehli reste en proie à « une crise grave (…), de nombreux autres pays dans le monde entier connaissent encore une transmission intense », a indiqué le chef de l’OMS, relevant que le Brésil fait partie « des pays les plus durement touchés par la pandémie de Covid-19 ».

Au total, le Brésil fait état de plus de 14 millions de cas de Covid-19 et plus de 400.000 décès. L’agence sanitaire mondiale de l’ONU ajoute que « la pandémie nous a appris qu’aucun pays ne peut se permettre de relâcher sa vigilance » et estime que le Brésil en est l’exemple.

La Covid-19 a durement touché le système de santé brésilien

Malgré sa « longue et fière histoire en matière de santé publique, avec trois décennies d’investissements dans le renforcement des soins primaires et des progrès vers la couverture sanitaire universelle », la pandémie de Covid-19 a durement touché le système de santé de ce pays et « menace d’anéantir ces acquis ». 

Plus largement, tous les pays auront des leçons à tirer de cette pandémie, a également souligné l’OMS, mettant en exergue les domaines dans lesquels le Brésil a bien « réussi », à savoir la détection précoce, la télésurveillance pour les patients et le déploiement des vaccins, avec la priorité accordée aux travailleurs de la santé, aux communautés autochtones et aux personnes âgées. 

Sur le front diplomatique, le Brésil augmente la production nationale de vaccins contre la Covid-19 et a rejoint l’initiative de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) visant à augmenter la production de vaccins par le transfert de technologie. 

« L’OMS est solidaire du Brésil », a insisté le Dr Tedros.

Brasilia plaide pour un partage des doses de vaccin disponibles 

Le chef de l’OMS est revenu sur l’étroite collaboration de son agence avec le gouvernement brésilien pour répondre « aux besoins urgents en médicaments et autres fournitures, telles que des diagnostics, de l’oxygène et des masques, ou encore la quête des dizaines de millions de dollars de médicaments que le gouvernement peut maintenant se procurer ». 

A noter qu’à la date 29 avril 2021, un total de 968.452.196 de doses de vaccin ont été administrées dans le monde dont près de 41 millions sérums (35.525.209 selon l’OMS) au Brésil.

« Le Brésil a distribué 41 millions de doses de vaccin mais a besoin de davantage de sérums pour atteindre l’objectif de 2,4 millions de doses par jour », a déclaré le Ministre brésilien de la Santé, Marcelo Queiroga, lors de cette conférence de presse virtuelle de l’OMS, soutenant que les pays devraient partager les doses de vaccin disponibles avec le Brésil, durement touché, afin de contribuer à la lutte mondiale contre la Covid-19, y compris la propagation de nouveaux variants.

« Les pays devraient apporter des doses de réserve dès que possible afin que nous puissions élargir notre campagne de vaccination et contenir la pandémie à ce moment critique et éviter la prolifération de nouvelles variantes », a-t-il plaidé.

Près de 150 millions de cas dont 3,15 millions de décès

Plus de 149.910.744 cas confirmés de cas ont été décomptés depuis décembre 2019 dans le monde dont 3.155.168 décès.  

Les pays les plus touchés en nombre total de cas sont les États-Unis (31.889.171 cas dont 568.836 morts), l’Inde (18 762 976 cas dont 208.330 décès), le Brésil (14 521.289 cas dont plus de 400.000 morts), la France (5.479.327 cas dont 103.234 décès) et la Russie (4.796.557 cas confirmés dont 109.731 morts).

Bien que les cas et les décès liés au coronavirus soient en légère baisse, l’OMS rappelle l’importance d’adopter une approche globale et coordonnée « pour réduire la transmission et empêcher une résurgence et de nouvelles pertes de vies humaines ». Cela signifie des mesures de santé publique, notamment la surveillance, les tests, la recherche des contacts, les mesures de quarantaine et des soins attentionnés, ainsi que des mesures individuelles, notamment la distanciation physique, les masques, l’hygiène des mains et la ventilation.

« Si chacun fait sa part - les gouvernements à tous les niveaux, l’OMS et ses partenaires, le secteur privé, les organisations confessionnelles, la société civile, les communautés et chaque Brésilien - nous vaincrons ce virus », a conclu le Dr Tedros.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Covid-19 en Europe : le nombre de personnes vaccinées dépasse celui des contaminations (OMS)

L’Europe compte désormais plus de personnes vaccinées contre la Covid-19 que de personnes contaminées par le virus, a affirmé, jeudi, le responsable de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour cette région.