Myanmar : des millions de personnes confrontées à la faim alors que la crise s’aggrave (PAM)

22 avril 2021

L’insécurité alimentaire augmente fortement au Myanmar et des millions de personnes supplémentaires devraient souffrir de la faim dans les mois à venir, a averti jeudi le Programme alimentaire mondial de l’ONU (PAM).

« Sous le triple effet de la pauvreté préexistante, de la pandémie de Covid-19 et de la crise politique actuelle, la faim et le désespoir augmentent fortement dans tout le Myanmar », a indiqué l’agence onusienne, qui va « intensifier ses opérations en réponse à la hausse rapide de la faim dans ce pays.

Selon le PAM, jusqu’à 3,4 millions de personnes supplémentaires auront du mal à se procurer de la nourriture au cours des trois à six prochains mois, notamment dans les zones urbaines.

« De plus en plus de pauvres ont perdu leur emploi et n’ont pas les moyens de se nourrir », a déclaré dans un communiqué le Représentant du PAM dans ce pays, Stephen Anderson. « Une réponse concertée est nécessaire dès maintenant pour soulager les souffrances immédiates et empêcher une détérioration alarmante de la sécurité alimentaire », a-t-il ajouté.

Des familles de Yangon obligées de sauter des repas

Le PAM va ainsi mettre en place une nouvelle opération d’aide alimentaire. Elle vise jusqu’à deux millions de personnes vulnérables dans les quartiers pauvres des principales villes du Myanmar et dans d’autres zones où des déplacements de population ont récemment eu lieu.

L’intervention du PAM à Yangon ciblera dix des communes les plus pauvres, dont beaucoup abritent de vastes quartiers informels. Le PAM suit également la situation dans d’autres régions du pays et s’est dit prêt à fournir une aide aux communautés touchées, y compris celles nouvellement déplacées par le conflit armé, si nécessaire.

En attendant, les équipes du PAM ont déjà constaté que des familles de Yangon et de ses environs sont poussées à bout. Elles sont obligées de sauter des repas, mangent des aliments moins nutritifs et s’endettent, simplement pour survivre.

Et le dernier rapport de suivi du marché mené par le PAM montre qu’à Yangon et dans tout le pays, le prix moyen du riz a augmenté de 5 % depuis janvier. Dans le même temps, le prix moyen de l’huile a augmenté de 18 % depuis février.

Le prix du riz a augmenté jusqu’à 43 % dans certaines communes

Cette hausse du prix de l’huile peut même passer jusqu’à 25% à Yangon. Selon le PAM, la hausse des prix des denrées alimentaires est particulièrement élevée dans certains États frontaliers, notamment Rakhine, Kachin et Chin.

Dans l’État de Kachin, par exemple, le prix du riz a augmenté jusqu’à 43 % dans certaines communes, et celui de l’huile de cuisson de 32 %. Le prix du carburant a augmenté d’environ 30 % dans tout le pays.

Nous comptons sur la communauté internationale pour continuer à soutenir le peuple du Myanmar -  Stephen Anderson, Représentant du PAM

Face à cette situation et malgré « l’instabilité » socio-politique, le PAM a maintenu son aide humanitaire aux personnes déplacées internes et aux autres populations vulnérables touchées par un conflit de longue durée. En mars, 374.000 personnes ont bénéficié de l’aide onusienne dans les zones touchées par le conflit dans les États de Chin, Kachin, Rakhine et Shan.

Au cours des prochains mois, le nombre de personnes auxquelles le PAM vient en aide va presque tripler. Il passera de 1,3 million à 3,3 millions. Pour ce faire, 106 millions de dollars US sont nécessaires de toute urgence.

« Pour éviter qu’une crise humanitaire de grande ampleur ne se déroule sous nos yeux, nous devons agir. Nous comptons sur la communauté internationale pour continuer à soutenir le peuple du Myanmar », a conclu M. Anderson.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Myanmar : la coopération de l’ONU avec l’ASEAN est cruciale pour aider à mettre fin à la répression, selon Guterres

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a estimé, lundi, lors d’un débat au Conseil de sécurité, que la coopération entre les Nations Unies et l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) était cruciale pour aider à mettre fin à la répression au Myanmar.