L'ONU est profondément solidaire de Saint-Vincent après des éruptions volcaniques dévastatrices

19 avril 2021

Suite à une série de puissantes éruptions du volcan La Soufrière sur l'île caribéenne de Saint-Vincent, le chef de l'ONU a exprimé lundi sa profonde solidarité avec le peuple et le gouvernement du pays.

« Cette crise survient au moment le plus difficile, alors que le monde est aux prises avec l'impact de la pandémie de Covid-19 et à l'approche de la saison des ouragans », a déclaré le Secrétaire général António Guterres dans un communiqué publié par son porte-parole.

« Le Secrétaire général salue les efforts de réponse locaux en cours et réitère le plein soutien des Nations Unies », a déclaré Stéphane Dujarric.

Navin Pato Patterson
Des panaches de cendre s'échappent du volcan de la Soufrière à Saint-Vincent et les Grenadines le 13 avril dernier.

Aider le petit État insulaire en développement

Saint-Vincent-et-les-Grenadines, situé dans le sud des Caraïbes, se compose de plus de 30 îles et cayes, dont neuf sont habitées.   

Du haut de ses 1.220 mètres, La Soufrière domine la plus grande île, Saint-Vincent. Bien que silencieux depuis 1979, le volcan a commencé à cracher de la fumée et à gronder en décembre, avant de connaître une véritable éruption le 9 avril. 

M. Dujarric a déclaré que le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) annoncera mardi le déblocage d'un million de dollars du Fonds central d'intervention d'urgence (CERF) pour aider à la réponse. « Les Nations Unies (...) se tiennent prêtes à fournir une aide supplémentaire », a-t-il ajouté.  

Bajanpro
Le Coordinateur résident des Nations Unies Didier Trebucq (pointant) et le Premier ministre Ralph Gonsalves, ainsi que d'autres représentants d'agences onusiennes, évaluent l'impact de l'éruption du volcan La Soufrière.

Un « effort massif » nécessaire

Au cours du week-end, Didier Trebucq, Coordinateur Résident des Nations Unies pour la Barbade et les Caraïbes orientales, ainsi que les représentants du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), du Programme alimentaire mondial (PAM) et de l'Organisation panaméricaine de la santé (OPS) ont fait un voyage de 10 heures en bateau jusqu'à Saint-Vincent-et-les-Grenadines pour évaluer la situation en vue des efforts de réponse et de redressement.

Avec les autorités locales, ils ont visité plusieurs sites accueillant des familles qui ont été forcées d'évacuer suite à l'éruption il y a 10 jours.

Il y a environ 15.000 personnes évacuées qui ont besoin d'une assistance immédiate, a rapporté le fonctionnaire de l'ONU via Twitter, ajoutant qu'il y a beaucoup de vues de désolation et de nouvelles menaces d'éruptions.

Alors que les habitants continuent d'être évacués de la zone orange, les représentants de l'ONU se sont rendus dans la zone rouge, où M. Trebucq a déclaré que les villages abandonnés sont « recouverts de cendres lourdes [...] et les routes pavées ont été transformées en pistes ».

« Le nettoyage et la récupération des biens écologiques et humains nécessiteront un effort massif », a-t-il ajouté.

Selon l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS) :

  • Jusqu'à 20 000 personnes ont été évacuées
  • Environ 1 450 familles ont été déplacées
  • Les images satellites montrent un nouveau cratère avec plusieurs évents, dont la profondeur est estimée à environ 100 mètres
  • Les habitants rentrent dans la zone rouge pour vérifier le bétail et les biens
  • Les éruptions explosives, les gaz, les cendres et les secousses entravent les évacuations en cours et les efforts humanitaires
  • Les infrastructures, les installations et les services ont subi des dommages importants et ont été perturbés
  • Des hébergements limités/temporaires sont disponibles pour accueillir les personnes évacuées
  • L'aéroport reste fermé jusqu'à 16h00 lundi

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.