Des experts des Nations Unies déplorent les violations des droits de réfugiés burundais

13 avril 2021

Des experts des droits de l'homme des Nations Unies* ont appelé mardi les gouvernements de la Tanzanie et du Burundi à respecter les droits des réfugiés et des demandeurs d'asile qui ont fui le Burundi, déplorant les informations faisant état de disparitions forcées, de torture, de retours forcés et d’intimidation.

 

La police et les services de renseignement tanzaniens, en coopération avec les services de renseignement burundais, auraient procédé à des arrestations arbitraires et des disparitions forcées, ont déclaré les experts.

« Outre la politique stricte de maintien des refugiées dans les camps, imposée par le gouvernement tanzanien, les réfugiés et demandeurs d'asile burundais vivent désormais dans la crainte d'être enlevés au milieu de la nuit par les forces de sécurité tanzaniennes et emmenés vers un lieu inconnu ou d'être renvoyés de force au Burundi », ont indiqué les experts.

Des opposants politiques burundais auraient été traqués parmi la population réfugiée et demandeuse d'asile en Tanzanie. La situation en matière de sécurité dans les camps semble extrêmement compromise au vu des informations selon lesquelles des agents de renseignement burundais se faisant passer pour des réfugiés dans les camps identifient des individus spécifiques qui sont ensuite arrêtés par les forces de sécurité tanzaniennes.

« Le gouvernement du Burundi doit mettre fin à la répression contre ses citoyens, y compris ceux qui demandent une protection internationale en Tanzanie », ont déclaré les experts.

Disparitions forcées et torture

Des réfugiés ont confirmé avoir été emmenés par la police tanzanienne, soumis à des disparitions forcées et à la torture avant d'être refoulés ou contraints de signer pour un « retour volontaire ».

Certains ont été interrogés sur leur affiliation présumée à des groupes armés et sur la possession d'armes, sur leurs activités dans les camps, et dans certains cas, on leur a demandé de l'argent pour les libérer.

« Nous sommes extrêmement alarmés par les informations selon lesquelles certains réfugiés burundais auraient été tués après avoir été enlevés par les forces de sécurité tanzaniennes », ont ajouté les experts.

L'inquiétude croissante quant à la sécurité des réfugiés et demandeurs d’asiles burundais en Tanzanie aurait poussé de nombreuses personnes à retourner au Burundi par peur plutôt que par volonté réelle de retourner dans leur pays d'origine.

« Il est extrêmement décourageant que depuis que le gouvernement a annoncé en août 2020 qu'une enquête sur les disparitions forcées était en cours, aucun résultat n'a encore été rendu public », ont déclaré les experts.

« Le gouvernement tanzanien est conscient de la situation et doit prendre toutes les mesures nécessaires pour faire cesser immédiatement ces violations et y remédier », ont-ils ajouté.

NOTE :

Les Rapporteurs spéciaux font partie de ce que l'on appelle les procédures spéciales du Conseil des droits de l'homme. Les procédures spéciales, le plus grand organe d’experts indépendants du système des droits de l’homme des Nations Unies, est le nom général des mécanismes indépendants d’enquête et de suivi du Conseil qui traitent soit de situations nationales spécifiques, soit de questions thématiques dans toutes les régions du monde.

Les experts des procédures spéciales travaillent sur une base volontaire. Ils ne font pas partie du personnel des Nations Unies et ne reçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants de tout gouvernement ou organisation et servent à titre individuel.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Burundi : la Commission d’enquête demande la levée des incertitudes sur la politique des droits humains

« La situation actuelle au Burundi est trop complexe et incertaine, pour pouvoir parler d’une véritable amélioration », ont alerté jeudi des enquêteurs de l’ONU.