Les migrants laissés en rade et sans assistance par les restrictions liées à la Covid-19

8 avril 2021

Les restrictions de voyage pendant la pandémie de Covid-19 ont été particulièrement dures pour les réfugiés et les migrants qui se déplacent par nécessité, laissant des millions de personnes en détresse, a déclaré jeudi l'OIM, l'agence des Nations Unies pour les migrations.

Selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), la première année de la pandémie a été marquée par plus de 111.000 restrictions de voyage et fermetures de frontières dans le monde entier, au plus fort de l'épidémie en décembre.

Ces mesures « ont contrarié la capacité de nombreuses personnes à poursuivre la migration comme outil pour échapper à un conflit, à un effondrement économique, à une catastrophe environnementale et à d'autres crises », a soutenu l'OIM.

À la mi-juillet, près de trois millions de personnes étaient bloquées, parfois sans accès à une assistance consulaire, ni aux moyens de satisfaire leurs besoins essentiels.

Au Panama, l'agence des Nations Unies a déclaré que des milliers de personnes ont été coupées du monde dans la jungle alors qu'elles tentaient de se rendre aux États-Unis ; au Liban, les travailleurs migrants ont été fortement touchés par l'explosion survenue à Beyrouth en août 2020 et par l'augmentation subséquente des cas de Covid-19.

Les fermetures de frontières ont également empêché les personnes déplacées de chercher refuge, a affirmé l'OIM, mais pas les voyageurs d'affaires, qui « ont continué à se déplacer assez librement », y compris par les « voies vertes » convenues, comme celle entre Singapour et la Malaisie.

En revanche, ceux qui se sont déplacés par nécessité - comme les travailleurs migrants et les réfugiés - ont dû absorber des coûts de quarantaine et d'auto-isolement onéreux, a indiqué l'OIM, notant qu'au premier semestre 2020, les demandes d'asile ont chuté d'un tiers, par rapport à la même période l'année précédente.

PAHO/Karen
Depuis le début de la pandémie Covid-19, les migrants et les réfugiés vénézuéliens sont confrontés à de nombreux défis.

Des restrictions inégales

Au fur et à mesure que la crise de la Covid-19 se poursuit, cette distinction entre ceux qui peuvent se déplacer et ceux qui ne le peuvent pas, va probablement s'accentuer, a déclaré l'OIM, « entre ceux qui ont les ressources et les possibilités de se déplacer librement, et ceux dont les déplacements sont sévèrement limités par des restrictions de voyage et de visa liées à la Covid-19 ou préexistantes, et par des ressources limitées ».

Cette inégalité est encore plus probable si le voyage est autorisé pour toute personne ayant été vaccinée ou testée négative à la Covid-19, ou pour ceux qui ont accès à des dossiers médicaux numériques - une impossibilité pour de nombreux migrants.

Selon le rapport de l'OIM, le verrouillage des frontières a également réduit les options pour ceux qui vivent dans des camps surpeuplés présentant des taux élevés d'infection par le coronavirus au Bangladesh et en Grèce.

En Amérique du Sud, pendant ce temps, de nombreux Vénézuéliens déplacés en Colombie, au Pérou, au Chili, en Équateur et au Brésil, ont perdu leurs moyens de subsistance et certains ont cherché à rentrer chez eux - notamment en faisant appel aux services de passeurs.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Covid-19 : des experts appellent à inclure les migrants dans l'accès équitable aux vaccins

Tous les migrants devraient être inclus dans les campagnes de vaccination sur la pandémie de Covid-19, quels que soient leur nationalité et leur statut migratoire, ont demandé, dans une note d'orientation publiée ce lundi, des experts des Nations Unies et de différents systèmes des droits de l’homme africain, européen et interaméricain.