Mali : quatre Casques bleus tués dans l’attaque d’un camp de la MINUSMA

2 avril 2021

Les Nations Unies ont condamné l’attaque meurtrière perpétrée vendredi contre une base de la mission de l’ONU au Mali dans la région de Kidal.

Les Casques bleus de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation du Mali (MINUSMA) ont repoussé, vendredi, une attaque complexe contre un de leur camp à Aguelhok, dans le nord-est du pays.

L’attaque a eu lieu le matin du 2 avril aux alentours de 6h15 (heure locale).

« Les Casques bleus ont vaillamment repoussé une attaque complexe perpétrée par plusieurs terroristes lourdement armés », a indiqué la MINUSMA dans un communiqué de presse publiée le jour de l’attaque.

La mission onusienne a fait état, vendredi, d’un bilan provisoire de quatre Casques bleus tchadiens décédés ainsi que de 19 blessés. Des hélicoptères ont été dépêchés sur place afin d’évacuer les blessés.

« Les assaillants ont subi de lourdes pertes notamment plusieurs morts abandonnés sur place », a précisé l’opération de paix de l’ONU.

Par la voix de son porte-parole, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a condamné dans les termes les plus forts cette attaque.

L’attaque a également été fermement condamné par la MINUSMA, qui l’a qualifié d’« ignoble attaque terroriste » et d’une « énième tentative contre le processus de paix et la mise en œuvre de l’accord par les ennemis de la paix », et par le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de paix, Jean-Pierre Lacroix.

« Le Secrétaire général rappelle que les attaques visant les Casques bleus peuvent constituer des crimes de guerre au regard du droit international et que leurs auteurs sont passibles de poursuites », a dit son porte-parole dans une déclaration de presse publiée le soir de l’attaque meutrière.

« Ce crime ne doit pas rester impuni », a insisté M. Lacroix sur son son compte Twitter officiel.

M. Guterres a exhorté les autorités maliennes à déployer tous les efforts possibles afin « d’identifier et de traduire rapidement en justice les auteurs de cette attaque odieuse ».

La MINUSMA a assuré que cette attaque n’entamera en rien sa détermination à poursuivre l’exécution de son mandat. La mission onusienne a également réitéré son engagement continu à protéger les populations et à œuvrer pour la paix. « Le Secrétaire général réaffirme la solidarité des Nations Unies avec le peuple et le gouvernement de la République du Mali dans leur quête de paix » a également souligné son porte-parole.

Le chef de l’ONU et la MINUSMA ont salué le courage et la bravoure des Casques bleus qui ont vigoureusement repoussé cette attaque. L’opération de paix des Nations Unies au Mali a également remercié les forces internationales qui ont apporté leur soutien aérien.

M. Guterres, M. Lacroix et la MINUSMA ont présenté leurs condoléances au gouvernement tchadien, ainsi qu’aux familles des soldats de la paix tombés au champ d’honneur. Ils ont également souhaité un prompt et complet rétablissement aux blessés.

La MINUSMA est la mission des Nations Unies la plus dangereuse au monde. Depuis sa création en 2013, 245 Casques bleus ont été tués. Cinq soldats de la paix avaient déjà trouvé la mort en janvier dans des attaques au Mali.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Mali : l’ONU conclut que le groupe touché par une frappe aérienne à Bounty était majoritairement composé de civils

Des enquêteurs de la Mission des Nations Unies au Mali (MINUSMA) concluent dans un rapport publié mardi que la force française Barkhane a  frappé un rassemblement « très majoritairement composé de civils » le 3 janvier 2021 près du village de Bounty.