Mozambique : l’ONU mobilisée pour aider les personnes fuyant les violences à Palma

30 mars 2021

Les agences humanitaires des Nations Unies sont mobilisées pour venir en aide aux personnes fuyant les violences dans la ville de Palma, dans le nord-est du Mozambique.

Depuis le 24 mars, la ville de Palma située près d’un important gisement de gaz est attaquée par des combattants surnommés « Al-Chabab » et revendiquant leur affiliation à l’organisation terroriste Etat islamique.

« Des affrontements sporadiques sont encore signalés à Palma ce matin », a déclaré mardi, Jens Laerke, le porte-parole du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA) à Genève.

Selon OCHA, plus de 110.000 personnes vivent à Palma et aux alentours et environ 40% d’entre elles sont des personnes qui avaient déjà été déplacées d’autres parties de la province de Cabo Delgado. Des milliers de personnes ont quitté la ville pour se réfugier dans la brousse.

Pour les Nations Unies, il est difficile de pouvoir vérifier ce qui se passe à Palma où les communications sont coupées. « Mais nous avons reçu des rapports alarmants que des dizaines de civils auraient été tués dans des conflits et affrontements », a dit M. Laerke.

« Notre personnel a appris que bon nombre des personnes évacuées avaient vu des membres de leur famille tués », a, pour sa part, déclaré Paul Dillon, porte-parole de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Au 30 mars, l’OIM a enregistré 3.361 personnes déplacées ayant fui les violences à Palma. « Beaucoup ont fui sans rien d'autre que les vêtements qu'elles portent », a indiqué M. Dillon.

« Nous nous attendons à ce que des milliers de personnes supplémentaires arrivent à pied, en bateau et par la route pour atteindre des destinations plus sûres, notamment Pemba, à environ 400 kilomètres au sud le long de la côte », a ajouté M. Laerke.

Evacuation de plus de 280 personnes

Depuis le début des attaques sur Palma, le service humanitaire aérien des Nations Unies opéré par le Programme alimentaire mondial (PAM) a évacué plus de 280 personnes depuis Palma et ses environs. Parmi les personnes évacuées, des enfants. Sept mineurs non-accompagnés ont été pris en charge par le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) à leur arrivée, lundi, à l’aéroport de Pemba.

« Tous les enfants sont désorientés et effrayés. Beaucoup ont passé des jours à se cacher dans la brousse sans nourriture ni eau », a expliqué Marixie Mercado, porte-parole de l’UNICEF.

Selon les derniers chiffres de l'OIM, un total de 670.000 personnes ont été déplacées dans le nord du Mozambique depuis le début des attaques en octobre 2017. Plus de moitié d’entre elles (350.000) sont des enfants, selon l’UNICEF.

« L'ONU et nos partenaires humanitaires réagissent rapidement, en garantissant que nous avons des équipes prêtes à accueillir ceux qui fuient », a assuré M. Laerke.

L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), l’OIM , l’UNICEF et le PAM ont commencé à distribuer aux personnes déplacées une aide alimentaire, sanitaire et logistique (abris de base et articles ménagers). Du savon, des médicaments, de l’eau et des services d’assainissement ont également été fournis pour lutter contre le choléra et la Covid-19.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Mozambique : le PAM aide 400.000 personnes touchées par le conflit dans le nord-est du pays

Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) a fourni une aide alimentaire à 400.000 personnes touchées par le conflit dans la province de Cabo Delgado, dans le nord-est du Mozambique, malgré l’insécurité croissante et des financements limités.