100 millions d'enfants supplémentaires n'auront pas le niveau minimum en lecture à cause de la pandémie

26 mars 2021

Plus de 100 millions d'enfants n'atteindront pas le niveau minimum de compétence en lecture en raison de l'impact des fermetures d'écoles liées à la pandémie de Covid-19, selon une nouvelle étude de l'UNESCO.

Le nombre d'enfants ne possédant pas les compétences de base en lecture, qui était sur une courbe descendante avant la pandémie, aurait dû ainsi passer de 483 millions à 460 millions en 2020. 

Au lieu de cela, le nombre d'enfants en difficulté a bondi à 584 millions l’an dernier, augmentant de plus de 20% et effaçant les progrès réalisés au cours des deux dernières décennies grâce aux efforts faits dans le domaine éducatif, précise l'étude de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO).

Convocation des ministres de l’éducation

L'UNESCO a convoqué une réunion des ministres de l'Education du monde entier le 29 mars prochain, intitulée Un an de COVID : donner la priorité à la relance de l'éducation pour éviter une catastrophe générationnelle, qui vise répondre à trois préoccupations majeures de l'ordre du jour des politiques éducatives : rouvrir les écoles et soutenir les enseignants ; atténuer les abandons et les pertes d'apprentissage ; accélérer la mutation numérique. 

La Directrice générale de l'UNESCO, Audrey Azoulay, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, et le Directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, donneront le coup d’envoi des travaux. 

Les réalisations de la Coalition mondiale pour l'éducation, lancée il y a un an par l'UNESCO pour soutenir la continuité de l'apprentissage, seront également présentées lors de cette rencontre.

Au moins 400 millions d'apprenants et 12 millions d'enseignants bénéficient directement ou indirectement des actions de la Coalition, notamment par l'accès à des plateformes en ligne nouvellement créées, à des ressources éducatives, à des programmes d'études numérisés et à des formations. La Coalition compte 170 partenaires publics, privés et de la société civile actifs dans une centaine de pays. 

25 semaines de perturbation de la scolarité 

La scolarité a été perturbée pendant 25 semaines en moyenne depuis le début de la pandémie en raison de fermetures complètes ou partielles. 

Les pertes d'apprentissage devraient être les plus importantes dans la région Amérique latine et Caraïbes, ainsi qu'en Asie centrale et du Sud. 

L’étude indique qu'un retour à la situation ayant précédé la pandémie pourrait prendre une décennie. La reprise pourrait toutefois intervenir d'ici 2024 à condition que des efforts exceptionnels soient déployés pour proposer des cours et des stratégies de rattrapage. Cependant, selon les nouvelles données d'une enquête conjointe menée par l'UNESCO et l'UNICEF, seul un quart des élèves bénéficient de tels programmes de remise à niveau. 

Donner la priorité à l’instruction 

Si le nombre d'apprenants touchés par les fermetures partielles ou complètes d'écoles n'a pas beaucoup changé depuis le début de la pandémie, les gouvernements prennent de plus en plus de mesures pour maintenir les écoles au moins partiellement ouvertes, signale l’UNESCO. 

Les établissements sont totalement ouverts dans environ la moitié des pays dans le monde (107 États), principalement en Afrique, en Asie et en Europe, et desservent 400 millions d'apprenants du préélémentaire au secondaire. 

Les écoles restent fermées dans 30 pays, ce qui a un impact sur quelque 165 millions d'élèves. Dans 70 pays, elles sont partiellement ouvertes dans certaines régions, pour certaines classes, ou avec une présence réduite. Ces conditions affectent environ les deux tiers de la population scolaire et étudiante mondiale, soit près d'un milliard d'apprenants. 

Pour limiter les abandons et les pertes d'apprentissage, il convient de donner la priorité à l’instruction lors de la reprise. Mais on estime que 65% des gouvernements des pays à faible revenu ont réduit le financement de l'éducation, contre 35% dans les pays à revenu élevé. Alors que les mesures fiscales pourraient injecter davantage de ressources dans l'éducation, l'UNESCO estime que 2% seulement sont réservés à l'instruction dans les plans de relance budgétaire. 

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.