Le Fonds de solidarité pour la Covid-19 a un an et a besoin de plus d'argent

15 mars 2021

Le Fonds de solidarité pour la Covid-19 achève sa première année et doit réunir 1,96 milliard de dollars pour continuer à répondre à la pandémie en 2021.

Cette initiative, soutenue par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et ses partenaires, permet de fournir aux pays en développement des fournitures médicales, des vaccins, des tests et des traitements contre la maladie.

Le Fonds est géré par la Fondation des Nations Unies et la Swiss Philanthropy Foundation en tant que plateforme innovante pour les entreprises, les particuliers et les organisations. L'objectif est de coopérer directement pour prévenir, détecter et répondre au nouveau coronavirus dans le monde entier.

Jusqu'à présent, plus de 661.000 donateurs se sont engagés à verser près de 250 millions de dollars. Les fonds sont utilisés pour l'équipement de protection de millions de travailleurs et professionnels de la santé en première ligne de la lutte contre la pandémie.

L'argent sert également à apporter des informations vérifiées sur la prévention et le traitement de la Covid-19.

Le Fonds aide aussi les réfugiés et les personnes déplacées à faire face à la maladie.

Des seringues sont assemblées puis emballées dans une usine en Espagne.
© UNICEF/Francis Kokoroko
Des seringues sont assemblées puis emballées dans une usine en Espagne.

Laboratoires

À l'occasion de ce premier anniversaire, les organisateurs demandent un financement solide, qui comprend la livraison de bouteilles d'oxygène à plus de 150 pays, le renforcement des capacités de centaines de laboratoires et la réalisation de plus de 250 millions de tests.

Cette initiative a permis de fournir 12.000 lits de soins intensifs et de coordonner l'arrivée de 180 équipes médicales dans le monde entier pour sauver les systèmes de santé qui s'effondrent sous la pression de la Covid-19.

Une partie du financement du Fonds de réponse à la Covid-19 est également allouée au mécanisme COVAX pour distribuer les vaccins contre la maladie dans 142 pays en développement.

Le Directeur général de l'OMS, Tedros Ghebreyesus, a remercié les donateurs pour leur soutien. « Beaucoup a été fait au cours de cette première année », a-t-il déclaré, « mais la pandémie est encore loin d'être terminée ». « Par conséquent, personne ne doit baisser la garde, ni en matière de prévention, ni en matière de soutien financier », a-t-il fait valoir.

Un agent de santé au Soudan fait le signe de la victoire en se faisant vacciner contre la Covid-19.
Photo : UNICEF/Ahmed Salim Yeslam
Un agent de santé au Soudan fait le signe de la victoire en se faisant vacciner contre la Covid-19.

Le vaccin d'AstraZeneca

Après que plusieurs pays européens ont arrêté la distribution du vaccin d'AstraZeneca la semaine dernière, l'Italie, la France et l'Allemagne ont pris la même décision ce lundi.

S'adressant aux journalistes à Genève, M. Tedros a déclaré que cette mesure avait été prise « à titre de précaution » à la suite de rapports faisant état de caillots sanguins chez des personnes ayant reçu le vaccin provenant de deux lots produits en Europe.

« Cela ne signifie pas nécessairement que ces événements sont liés à la vaccination, mais c'est une pratique courante de les examiner et cela montre que le système de surveillance fonctionne et que des contrôles efficaces sont en place », a précisé le chef de l’OMS.

Le Comité consultatif de l'OMS sur la sécurité des vaccins a examiné les données disponibles et est en contact étroit avec l'Agence européenne des médicaments, qui doit se réunir mardi.

AstraZeneca est un partenaire du Covax, qui a pour objectif de distribuer au moins 2 milliards de doses d'ici la fin de l'année, en vaccinant 20% de la population dans chacun des 142 pays participants.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.