En position de responsabilité, les femmes agissent concrètement pour le bien commun

8 mars 2021

A l’occasion de la Journée internationale des femmes (8 mars), les Nations Unies appellent à faire du leadership des femmes dans tous les domaines une priorité.

« L’absence généralisée et désastreuse de représentation des intérêts des femmes a trop duré », a déclaré Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU Femmes, dans un message pour la journée. 

Mme Mlambo-Ngcuka appelle à renforcer la représentativité des femmes « dans tous les domaines, actuellement dominés par les hommes, où des décisions sur des questions qui affectent la vie des femmes sont prises ».

Cette année, la Journée internationale des femmes met en avant le pouvoir de transformation que recèle la participation des femmes sur un pied d’égalité avec les hommes.

« Les faits sont là. Quand les femmes gouvernent, l’État investit davantage dans la protection sociale et la pauvreté régresse plus vite », a, pour sa part, expliqué António Guterres, le Secrétaire général des Nations Unies dans son message pour la journée.

« Quand les femmes siègent au parlement, les pays sont plus fermes dans leurs politiques de lutte contre les changements climatiques. Quand les femmes participent aux négociations de paix, les accords sont plus durables », a-t-il ajouté.

Depuis que les femmes sont aussi nombreuses que les hommes aux plus hautes fonctions de l’ONU, l’action de l’organisation internationale en faveur de la paix, du développement durable et des droits humains est encore plus concertée, a souligné le Secrétaire général.

Le monde a besoin de femmes leaders

Dans une tribune publiée par l'agence Inter Press Service, Audrey Azoulay, la Directrice générale de l’UNESCO, et Katrín Jakobsdóttir, la Première ministre d'Islande estiment que compter le nombre de femmes occupant les plus hauts postes de pouvoir ne suffit pas.

« Le monde a besoin de femmes leaders - il a surtout besoin de leaders féministes », ont-elles déclaré. « Nous avons donc la responsabilité de soutenir ces leaders féministes, d’où qu’elles viennent. Pour le bénéfice des femmes et de l’égalité des genres, mais plus généralement pour l’ensemble de nos sociétés – car c’est de cela dont il est question ».

Le Président de l’Assemblée générale des Nations Unies, Volkan Bozkir, a appelé à faire en sorte qu'aucune femme n'éprouve le besoin de justifier sa présence. « Nous devons veiller à ce qu'aucune femme ne soit menacée, sous-payée ou sous-estimée pour le travail qu'elle effectue », a déclaré M. Bozkir dans un message sur Twitter. « Personne ne doit être limité par un plafond de verre », a ajouté le Président de l’Assemblée générale.   

La Dre. Natalia Kanem, Directrice exécutive du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) - l’agence onusienne pour la santé sexuelle et reproductive - a encouragé les femmes et les filles qui rêvent de leadership à le faire. « N'attendez pas. C'est votre droit et le monde a plus que jamais besoin de vous », a-t-elle dit.

A ce jour, aucun pays n'a encore atteint la parité totale entre les sexes en matière de leadership. « Mais je crois que nous y arriverons et que les femmes, collectivement, changeront notre monde pour le mieux », a dit Mme Kanem. 

Un avis partagé par le Secrétaire général de l’ONU. « Qu’elles soient à la tête d’un pays, d’une entreprise ou d’un mouvement populaire, les femmes agissent concrètement pour le bien commun et font progresser la réalisation des objectifs de développement durable », a souligné M. Guterres.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Plus d’un quart des parlementaires dans le monde sont des femmes, mais il faudrait encore 50 ans pour atteindre la parité

À la suite des élections tenues en 2020, la proportion de femmes parlementaires dans le monde a atteint un taux record de 25,5%, soit une augmentation de 0,6 point par rapport à 2019, selon la dernière édition du rapport de l’Union interparlementaire (UIP) intitulé Les femmes au parlement, publiée à l’occasion de la Journée internationale des femmes.