En Iraq, le Pape François diffuse un message de paix, de tolérance religieuse et de résilience de l’humanité

7 mars 2021

La cheffe de l’UNESCO a salué la visite historique du Pape François dans le nord de l'Iraq où il s’est rendu pour prier dans une ancienne église détruite par l'organisation terroriste EIIL.

Après son arrivée en Iraq vendredi, le Pape François s’est rendu ce week-end à Mossoul et dans des lieux saints du cœur chrétien du pays du Moyen-Orient. Au milieu d’églises en ruines, ce dimanche, le souverain pontife a appelé à la paix et a prié pour les victimes du conflit avec l'État islamique d'Iraq et du Levant (EIIL), qui a fait des milliers de morts.

Audrey Azoulay, la Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), et Noura Al Kaabi, le Ministre de la culture et de la jeunesse des Émirats arabes unis (EAU), ont salué la visite historique papale à l'église Al Tahera, l'un des sites d’un projet de reconstruction et réhabilitation dirigée par l’agence culturelle onusienne.

La visite du Pape « est également une étape importante pour la coopération entre l’UNESCO et les partenaires de l'initiative Faire revivre l’esprit de Mossoul », a déclaré dimanche Mme Azoulay sur Twitter.

Symbole emblématique au carrefour des cultures

Construit en 1859 et inauguré en 1862, l’église Al-Tahera est un symbole emblématique tissé dans l'histoire de Mossoul. L'église est au cœur de la vieille ville, autrefois définie par les murs de la ville ottomane sur la rive ouest du Tigre, en face de l'ancienne Ninive. Ses multiples autels, sa salle à manger et ses deux salles de sacristie la distinguent des autres églises de la même période.

En décembre dernier, lorsque le projet de restauration a démarré, le représentant de l'UNESCO en Iraq, Paolo Fontani, avait déclaré que « la réhabilitation de cette église est importante non seulement en raison de sa valeur en tant que patrimoine culturel, mais aussi en tant que témoignage de la diversité de la ville, fier carrefour de cultures et havre de paix pour différentes communautés religieuses au fil des siècles ».

À l'époque, le Ministre émirati de la culture avait déclaré que grâce aux efforts de restauration des EAU avec l'UNESCO, l'objectif n'était pas seulement de reconstruire divers lieux de culte, mais « aussi d'autonomiser la jeunesse musulmane en créant des opportunités d'emploi, en fournissant une formation professionnelle et technique et en améliorant les compétences des artisans dans le domaine de la préservation du patrimoine culturel ».

Harmonie et cohésion entre les religions 

Dans leur déclaration conjointe publiée dimanche, Mme Azoulay et M. Al Kaabi ont estimé que la visite du Pape François à l'église d'Al-Tahera envoie un message clair au monde selon lequel l'harmonie et la cohésion entre les disciples de toutes les religions est le seul moyen pour faire avancer et progresser l’humanité et les moyens les plus efficaces de relever les défis croissants auxquels le monde est confronté.

Le Ministre émirati et la cheffe de l’UNESCO ont souligné l'importance de la visite du Pape sur l’un des sites du projet Faire revivre l’esprit de Mossoul pour diffuser le message de paix et de fraternité. Ils ont souligné la force et la résilience de l'humanité pour contrer le message de division diffusé par l’EIIL responsable de la destruction de la mosquée Al Nouri et des églises Al Saa'a et Al Tahera.

« La visite du Pape sur le site du projet a été une source d’inspiration pour ceux qui sont engagés dans les efforts de réhabilitation et donne une forte impulsion aux efforts visant à instaurer la paix et l’harmonie en Iraq, dans la région et dans le monde », ont déclaré Mme Azoulay et M. Al Kaabi.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.