L’année de confinement pourrait mettre en péril la santé mentale des enfants (UNICEF)

4 mars 2021

Depuis le début de la pandémie de Covid-19, au moins un enfant sur sept, soit 332 millions d’enfants dans le monde, a été soumis à une politique nationale de confinement obligatoire ou recommandé pendant au moins neuf mois, une situation qui met en péril sa santé mentale et son bien-être, affirme l’UNICEF.

Alors que la plupart des enfants dans le monde ont vécu sous une forme ou une autre de confinement intermittent au cours de l’année dernière, une nouvelle analyse publiée jeudi par le Fonds des Nations Unies pour l’enfance, qui utilise les données de l’Oxford Covid-19 Government Response Tracker, fournit un tour d’horizon de certaines des conditions de confinement les plus longues à l’échelle mondiale.

Selon l’analyse, 139 millions d’enfants dans le monde sont soumis à des mesures nationales de confinement obligatoire pendant au moins neuf mois depuis que la Covid-19 a été qualifiée de pandémie le 11 mars 2020. De telles politiques, qui impliquent que ces enfants n’ont pas le droit de sortir de chez eux, sauf quelques exceptions, concernent des pays tels que le Nigéria, le Paraguay ou le Pérou par exemple. Sur les 332 millions d’enfants concernés, les 193 millions d’enfants restants sous soumis à des politiques nationales de confinement recommandé depuis la même période.

« Avec les mesures de confinement nationaux et les restrictions en matière de déplacements liées à la pandémie, l’année passée a été éprouvante pour chacun d’entre nous, en particulier pour les enfants », indique Henrietta Fore, Directrice générale de l’UNICEF.

« Quand on vit chaque jour séparé de ses amis et de ses proches, et que l’on est parfois enfermé à la maison avec son agresseur, les effets sont dévastateurs. De nombreux enfants se sentent effrayés, seuls, anxieux et inquiets pour leur avenir. Cette pandémie doit nous permettre de mieux aborder la santé mentale de l’enfant et de l’adolescent, et cela commence par accorder à ce problème l’attention qu’il mérite », a-t-elle ajouté.

OMS
Le suicide est la deuxième cause de décès chez les 15-19 ans dans le monde. L'OMS et l'UNICEF s'unissent pour lutter contre la menace croissante des troubles mentaux chez les jeunes.

La pandémie de Covid-19 a perturbé ou interrompu les services de santé mentale dans 93 % des pays du monde

Alors que la pandémie entre dans sa deuxième année, ses conséquences sur la santé mentale et le bien-être psychosocial des enfants et des jeunes sont graves. En Amérique latine et aux Caraïbes, un sondage U-Report récemment réalisé par l’UNICEF auprès des jeunes a généré plus de 8 000 réponses. Il a révélé que plus d’un quart d’entre eux souffrait d’anxiété et 15 % de dépression. 

Même avant la pandémie, les enfants et les jeunes avaient déjà des problèmes de santé mentale, la moitié de tous leurs troubles mentaux se développant avant l’âge de 15 ans et 75 % au début de l’âge adulte. La majorité des 800 000 suicides recensés chaque année sont des jeunes et l’automutilation est la troisième cause principale de décès chez les 15-19 ans – taux encore plus élevés chez les adolescentes. On estime qu’à l’échelle mondiale, un enfant sur quatre vit avec un parent souffrant de troubles mentaux.

Les mesures de confinement ont contraint de nombreux enfants victimes de violence, de négligence ou de maltraitance au sein de leur foyer à rester enfermés avec leur agresseur, sans le soutien de leurs enseignants, de leur famille élargie ou de leur communauté. Les besoins en matière de santé mentale des enfants issus des groupes de population vulnérables, tels que les enfants qui vivent et travaillent dans la rue, les enfants handicapés et les enfants vivant dans des situations de conflit, risquent d’être entièrement négligés.

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la pandémie de Covid-19 a perturbé ou interrompu les services de santé mentale dans 93 % des pays du monde, alors que la demande de soutien dans ce domaine augmente. Dans une étude menée dans 194 villes de Chine, 16 % des personnes interrogées ont signalé présenter des symptômes de dépression modérée à sévère durant la pandémie et 28 % des symptômes d’anxiété modérée à sévère. 

Donner la priorité aux services de santé mentale en faveur des enfants

Dans ce contexte, l’UNICEF aide les gouvernements et les organisations partenaires à donner la priorité aux services en faveur des enfants et à les adapter. Par exemple, au Kazakhstan, l’UNICEF a lancé une plateforme de services de conseils personnalisés en ligne pour les enfants et mis en place des formations à distance pour les spécialistes de la santé mentale au sein des établissements scolaires. En Chine, l’UNICEF et l’entreprise de médias sociaux Kuaishou ont lancé un projet en ligne pour réduire l’anxiété chez les enfants. 

Plus tard dans l’année, l’UNICEF consacrera son rapport bisannuel, La situation des enfants dans le monde, à la santé mentale de l’enfant et de l’adolescent, dans le but de sensibiliser davantage le public à ce problème mondial et de proposer des solutions, et d’encourager les gouvernements à redoubler d’efforts dans ce domaine. 

« Si nous n’avions pas pleinement conscience de l’urgence de la situation avant la pandémie de Covid-19, nous ne pouvons plus l’ignorer aujourd’hui », ajoute Henrietta Fore. « Les pays doivent investir en masse dans l’élargissement des services de santé mentale et de soutien proposés aux jeunes et aux personnes qui s’occupent d’eux au sein des communautés et des écoles. Nous devons également déployer à plus grande échelle des programmes d’éducation parentale afin de garantir que les enfants des familles vulnérables obtiennent le soutien et la protection dont ils ont besoin chez eux ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Covid-19 : les maladies mentales, une pandémie « parallèle »

La pandémie de Covid-19 a généré une « épidémie parallèle » : la détérioration de la santé mentale, en particulier chez les jeunes. L’Organisation de la Santé (OMS) met en place une nouvelle coalition de la santé mentale pour aider les Etats à faire face à ce problème.